Basket – Handball – Volley

Hand féminin - Challenge Cup : l'UMB-B se saborde face au Havre (21-28)

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde samedi 4 avril 2015 à 21:08

Myriam Borg et l'UMB-B en ballotage très défavorable.
Myriam Borg et l'UMB-B en ballotage très défavorable. © Daniel Vaquero

Les joueuses de l'Union Mios-Biganos-Bègles ont raté leur demi-finale européenne. Une défaite de sept buts à domicile qui semble rédhibitoire pour une équipe en plein doute qui devra montrer autre chose pour sauver sa fin de saison.

L'objectif de l'UMB-B était de maintenir le suspense avant le match retour. C'est raté. Les Girondines se présenteront vendredi sur le parquet de Gonfreville avec sept buts de retard.

Si cet écart traduit la différence entre les deux équipes à l'issue de ce match aller, il est surtout la conséquence d'un énorme trou d'air dans la seconde partie de la première période.

Brouillonne mais toujours à hauteur (8-8), l'Union a encaissé un 7-0 qui lui a plombé le moral et les chances de qualification.

"On doit perdre une vingtaine de ballons, c'est hallucinant. On ne peut pas prétendre gagner la Challenge Cup en jouant un match d'une telle pauvreté technique" — Emmanuel Mayonnade, entraîneur de l'UMB-B

Le gros coup de sang de l'entraîneur a piqué l'équipe dans son orgueil. Elle est même revenue à quatre longueurs (18-22) avant de retomber dans des travers dont elle est coutumière cette saison.

Symbole de l'impuissance girondine, Noëmie Lachaud n'a inscrit qu'un but aux Havraises. - Aucun(e)
Symbole de l'impuissance girondine, Noëmie Lachaud n'a inscrit qu'un but aux Havraises.

L'absence de l'arrière internationale Alice Lévêque a bien sûr pesé mais elle ne peut expliquer l'accumulation de pertes de balle et de mauvais choix, symboles d'une formation girondine qui doute de son handball.

"Le problème, c'est qu'on s'effondre. Il faut une vraie remise en question individuelle" — Marion Maubon, capitaine de l'UMB-B

Sauf exploit, l'UMB-B peut dire adieu à l'Europe et va devoir se retrousser les manches pour ne pas dire adieu à la Ligue féminine.

Emmanuel Mayonnade : "Ce soir, j'ai un peu les boules"