Basket – Handball – Volley

Hand féminin - LFH : vent mauvais sur l'UMB-B

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde vendredi 13 février 2015 à 18:04

La capitaine de l'UMB-B Marion Maubon sait que cette défaite risque de coûter cher.
La capitaine de l'UMB-B Marion Maubon sait que cette défaite risque de coûter cher. © Daniel Vaquero

Battue d'un souffle (24-25) chez elle par Toulon en match en retard, l'UMB-B risque fort de ne pas voir les play-offs cette saison. Et donc de jouer sa peau pour ne pas descendre.

L'ancienne ailière de Metz a bien du mal à cacher sa tête des mauvais jours , de ceux où vous n'avez aucune envie de dire tout haut ce que vous pensez tout bas.

La rage et l'efficacité (8 buts sur 9 tirs) de Chloé Bulleux n'auront pas suffi à éviter une défaite qui plonge les Girondines dans le doute . Elles avaient pourtant réussi à se remettre d'un départ raté (1-4, 4ème) pour compter jusqu'à cinq longueurs d'avance (11-6, 18ème).

Les 3 buts de Noémie Lachaud n'auront pas suffi. - Aucun(e)
Les 3 buts de Noémie Lachaud n'auront pas suffi.

Mais rien n'est facile cette saison pour cette UMB-B là, une UMB-B qui n'a pas su gérer son avantage pour s'incliner à cinq secondes de la fin sur un but, synonyme de coup de poignard.

Même un sans faute risque de ne pas suffire

Avant la rencontre, les enjeux étaient clairs. Après, ils le sont malheureusement encore plus pour un club qui risque fort de ne pas voir les phases finales.

Emmanuel Mayonnade : "Une certaine forme d'incompétence de notre part"

Dernière de LFH avec cinq points de retard sur le dernier strapontin qualificatif occupé par Toulon et un goal average défavorable sur les Varoises, les joueuses d'Emmanuel Mayonnade sont condamnées au sans faute. Sans être sûres que ça suffise.

L'avenir le plus probable, c'est donc l'enfer des playdowns et une lutte acharnée pour éviter la relégation.

Julie Foggea : "Les playdowns, ça ne se joue qu'au mental"

L'UMB-B n'est pas encore KO mais elle va devoir vite se relever de ce qui ressemble fort à un vilain coup .

Le public de la salle Duhourquet a pourtant poussé jusqu'au bout. - Aucun(e)
Le public de la salle Duhourquet a pourtant poussé jusqu'au bout.

 

Chloé Bulleux : "Mentalement, on est nulles"