Basket – Handball – Volley

Hand féminin - UMB-B | Emmanuel Mayonnade : "Dijon ? Le match de l'année pour nous"

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde jeudi 26 mars 2015 à 7:00

L'UMB-B va devoir hausser son niveau, comme elle l'avait si bien fait en coupe de la Ligue.
L'UMB-B va devoir hausser son niveau, comme elle l'avait si bien fait en coupe de la Ligue. © Daniel Vaquero

Dernières de la Ligue féminine, les handballeuses de l'Union Mios-Biganos-Bègles joueront samedi (20h) en Bourgogne une grande partie de leur avenir en Ligue féminine. A deux jours de cette rencontre cruciale pour le maintien dans l'élite du handball français, l'entraîneur Emmanuel Mayonnade s'est confié à France Bleu Gironde. Entretien.

France Bleu Gironde : Vous disputez samedi à Dijon un match qui compte double ?


Emmanuel Mayonnade  : Effectivement, c'est un match important, un match à six points. C’est assez simple. Si on perd samedi à Dijon, on sera sûr à 800% de commencer les playdowns en qualité de bon dernier de la phase régulière. Ca sous entendrait, partir avec zéro point (ndlr : contre 2 points pour le 9ème, 3 pour le 8ème et 4 pour le 7ème) et ça entacherait grandement nos chances de maintien. Après, si on prend ce match, on passe devant notre adversaire du jour avant une dernière journée où on pourrait aspirer à la huitième place.

Et ça changerait forcément tout ?

C’est une évidence. La 8ème place est jouable à condition de faire 2 sur 2. Et pour faire 2 sur 2, il faut prendre le premier match. On se déplace à Dijon, c'est le match de l’année pour nous. Dans le même temps, le Havre recevra Metz qui a tout intérêt à gagner pour décrocher la deuxième place. Si on a deux bons résultats ce week-end, on recevrait le Havre (ndlr : mercredi 1er avril à Biganos) pour finir 8ème.

"On a beaucoup bossé sur la vidéo depuis une quinzaine de jours. Moi, j’ai regardé huit matches de Dijon, j’ai presque 500 séquences"

Votre préparation est perturbée par les blessures et les absences…

C’est sûr.  Après, j’aspire à ce que tout le monde soit très concentré intellectuellement pour négocier la rencontre à venir. On a beaucoup bossé sur la vidéo depuis une quinzaine de jours. Moi j’ai regardé huit matches de Dijon, j’ai presque 500 séquences. C’est comme ça qu’on compense les absences du début de semaine (ndlr : Lévêque, Bulleux, Gonzalez retenues en sélection). Mais c’est le lot de tout le monde, Dijon avait aussi des internationales aux quatre coins de l’Europe.

Emmanuel Mayonnade est persuadée que l'UMB-B sortira renforcée de cette épreuve. - Radio France
Emmanuel Mayonnade est persuadée que l'UMB-B sortira renforcée de cette épreuve. © Radio France
Jusqu’ici, votre équipe a très mal négocié les tournants de sa saison. Peut-il en être autrement ?

D’abord parce qu’on aura normalement notre effectif au complet, ensuite parce qu’on a eu beaucoup de temps pour préparer ce match-là. Le groupe est assez réceptif dès lors qu’on passe pas mal de temps sur la vidéo. Le match se jouera sur des détails. J’ose espérer qu’on sera capable de faire basculer la rencontre de notre côté. C’est le match qui peut nous permettre de gommer toutes les lacunes vues cette saison. Je veux croire qu’on sera capable d’oublier ce qui s’est fait en amont et d’être focalisé uniquement sur ce match-là.

"Je sais que je me battrai jusqu’au bout, qu’on va préparer les matches comme on l’a toujours fait et si certaines doivent recevoir un petit coup de pied dans le derrière, elles le recevront. Mais sincèrement, je n’ai pas le sentiment que certaines se défileront"

Beaucoup de joueuses ne seront plus là la saison prochaine. C’est une inquiétude quant à leur motivation ?

Non, je ne veux pas le croire. Je ne suis pas dans la tête de tout le monde. Je sais que je me battrai jusqu’au bout, qu’on va préparer les matches comme on l’a toujours fait et si certaines doivent recevoir un petit coup de pied dans le derrière, elles le recevront. Mais sincèrement, je n’ai pas le sentiment que certaines se défileront. Franchement, ce n’est pas dans l’intérêt des filles de nous laisser tomber et je ne vois pas pourquoi elles le feraient. C’est le sport pro aujourd’hui de devoir partir à droite à gauche. Je ne veux pas croire un instant qu’elles puissent perdre pied.

La structure est jeune et les enjeux sont importants. Vous avez peur du vide ?

On n’est pas dans une plus mauvaise posture que Dijon ou que les autres. Il ne faut surtout pas jouer avec la peur au ventre, avec ce qui peut se passer. Si on est amené à tomber, on tâchera de s’en relever de la meilleure des façons possibles. C’est excitant parce que je pense que c’est une épreuve qu’il faut tous traverser sportivement. Si on la passe, elle nous rendra plus forts. Il n’y a pas de raison d’avoir peur mais il faut assumer la situation dans laquelle on s’est mis tous ensemble.

Avant de tourner le dos à l'UMB-B, Marion Maubon veut maintenir le club en LFH. - Radio France
Avant de tourner le dos à l'UMB-B, Marion Maubon veut maintenir le club en LFH. © Radio France
 

Partager sur :