Sports

Hand - Pro D2 : les Girondins de Bordeaux sont passés en mode playoffs

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde jeudi 10 avril 2014 à 6:00

Les handballeurs bordelais rêvent d'être les premiers à faire tomber Créteil.
Les handballeurs bordelais rêvent d'être les premiers à faire tomber Créteil. © Daniel Vaquero

Après avoir assuré le maintien, le promu est en bonne position pour accrocher les phases finales d'accession. Un exploit vendredi face au leader Créteil le ferait grandir encore un peu plus vite.

C'est un promu qui n'en est déjà plus un . Dix mois seulement après avoir accédé à la Pro D2, les Girondins de Bordeaux sont en mesure d'accéder aux phases finales qui mettront aux prises les équipes classées de la deuxième à la cinquième place.

Quatrième du championnat, avec 19 matches joués (contre 20 voire 21 pour certains de ses rivaux) Bordeaux estime être à deux victoires de la qualification . Même si six équipes se tiennent en un petit point, même si le programme s'annonce délicat (Créteil, Nancy et Chartres soit les trois meilleures équipes depuis le début 2014), l'équipe attaque ce sprint final avec gourmandise et sans aucune pression, ce qui n'est pas le cas de certains de ses adversaires.

Et quoi de mieux qu'un exploit pour faire un pas décisif ? Vendredi à 21h, les Girondins accueillent l'ogre Créteil, invaincu et assuré de retrouver l'élite la saison prochaine. Un match qui devrait attirer la foule salle Jean Dauguet avec, en hors d'oeuvre de choix, la demi-finale retour de Challenge Cup entre les filles de l'UMB-B et celles d'Issy-Paris.

Un enjeu sportif donc, doublé d'une opération séduction auprès d'un public qui prend de plus en plus l'habitude de commencer ses week-ends par un détour rive droite. Depuis le début de l'année, le club tourne à une moyenne de 1200 spectateurs par match bien, au delà des chiffres du début de saison. Preuve que la greffe est en passe de prendre.

Au moins 1000 spectateurs par match cette saison à Jean Dauguet. - Aucun(e)
Au moins 1000 spectateurs par match cette saison à Jean Dauguet.
Depuis un an, les dirigeants sont aussi lancés dans une course pour professionnaliser le club. Ils sont aujourd'hui une dizaine de salariés et de prestataires à travailler au quotidien pour développer l'administratif, le financier et la communication. Les Girondins préparent également leur changement de statut, un passage en SASP indispensable pour accélérer leur développement.

Geoffrey Cassagne : "Notre structure avance parallèlement"

Avec une Ligue Nationale (LNH) qui est en plein boom économique, les clubs de Pro D2 doivent redoubler d'efforts pour ne pas se laisser distancer en cas de montée. Pas d'actualité aux Girondins de Bordeaux même si la participation aux playoffs ne les mettrait pas à l'abri d'une "bonne" surprise.

Le gardien Bruno Pagès, l'un des plus expérimentés du handball français. - Aucun(e)
Le gardien Bruno Pagès, l'un des plus expérimentés du handball français.

Erik Mathé : "Si la montée se présente, il faut tout faire pour transformer l'essai"

Le budget d'un million d'euros devrait rester dans les mêmes eaux la saison prochaine même si on espère bientôt récolter les fruits financiers du travail entrepris en termes d'accueil des partenaires les soirs de matches, condition sine qua non d'une augmentation du sponsoring.

L'entraîneur Erik Mathé (à gauche) et son directeur général Geoffrey Cassagne. - Radio France
L'entraîneur Erik Mathé (à gauche) et son directeur général Geoffrey Cassagne. © Radio France

Geoffray Cassagne : "Faut qu'on arrive à s'accrocher à ce wagon"

Erik Mathé : "Ce serait une déception de ne pas les atteindre"

Partager sur :