Basket – Handball – Volley

Jackson Richardson : « Cherbourg, c’est l’un des meilleurs publics du handball »

Par Anthony Raimbault, France Bleu Cotentin mercredi 9 septembre 2015 à 21:39

Jackson Richardson, désormais entraîneur du DBHB
Jackson Richardson, désormais entraîneur du DBHB © Maxppp

La JS Cherbourg reçoit Dijon ce vendredi à l'occasion de la deuxième journée de ProD2. A la tête de l’équipe bourguignonne, une star planétaire du handball : Jackson Richardson. L’ancien Barjot s’est confié à France Bleu Cotentin avant d'aller se frotter aux Mauves.

  • Que pensez-vous de la JS Cherbourg, une équipe surprise la saison dernière en ProD2 ?

C’est une équipe qui a du potentiel, de beaux gabarits et un sens du jeu. J’ai regardé le résultat de l’année dernière. La 5e place, cela prouve que l’ambition de Cherbourg est d’aller encore plus haut. C’est à nous de rester vigilant, surtout que c'est très difficile de gagner là-bas, parce que c’est l’un des meilleurs publics du handball.

Jackson Richardson : « Cherbourg, c’est l’un des meilleurs publics du handball »

  • Cette ambiance peut faire la différence dans ce match ?

Jouer dans une salle comble, il ne faut pas que cela se retourne contre nous. Il faut positiver cette ambiance pour justement pouvoir jouer un handball correct et créer la surprise en allant gagner à Cherbourg.

  • L’entraîneur de Cherbourg Sébastien Leriche dit de votre équipe qu’elle est un peu à l’image du joueur que vous étiez : impressionnante en attaque… C’est un joli compliment non ?

J’essaie d’apporter une culture et ma connaissance du handball. Ce que je veux montrer, c’est un handball rapide, avec de la cohésion de groupe, pour que le danger puisse venir de partout. J’ai revu la vidéo du match que l’on a fait la semaine dernière contre Limoges (victoire 29-27), et justement, je n’étais pas satisfait à 100% de la prestation de mon équipe. Je l’ai dit aux joueurs cette semaine.

  • Votre objectif, c’est la montée en D1 ?

C’est difficile. Je découvre la région, je découvre le club. Ce serait trop m’avancer de dire « je vise la montée ». Je n’ai pas encore vu assez de matchs pour pouvoir situer Dijon par rapport aux autres équipes. Après, quand on est compétiteur et quand on est dans un club comme Dijon qui a des ambitions, on doit se donner à fond pour gagner tous les matchs.

  • C’est votre premier poste d’entraîneur principal dans un club qui, vous l’avez dit, a de l’ambition. Vous avez quand même la pression…

J’adore la pression. Avoir de la pression, cela veut dire que l’envergure du projet est important. Moi mon rôle c’est de transformer la pression qu’il peut y avoir en force pour mes joueurs, pour qu’ils arrivent à se transcender. Mais moi j’adore cette sensation, cette adrénaline qui vous permet de faire quelque chose de magique chaque week-end.