Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket - Handball - Volley

L'ex-arrière de Metz Handball Gnonsiane Niombla victime de racisme en Hongrie

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Elle a quitté les Dragonnes pour le club hongrois de Siofok l'été dernier. Lors d'un match de championnat à l'extérieur, remporté par son équipe, elle a dû subir "des cris de singe" de la part d'un "public raciste", comme elle le raconte sur son compte Instagram.

Gnonsiane Niombla avec le maillot de l'équipe de France
Gnonsiane Niombla avec le maillot de l'équipe de France © Maxppp - DENIS TRASFI

Metz, France

Depuis le début de la saison, l'arrière des Bleues Gnonsiane Niombla, 29 ans, joue avec le club hongrois de Siofok, qu'elle a rejoint après avoir quitté Metz Handball. Et ce sont des faits déplorables qu'elle a relayés sur son compte Instagram. Lors d'un déplacement à Debrecen, où son équipe s'est imposée, 39 à 30, la joueuse a subi les insultes "d'un public raciste". 

"Jouer devant un public aussi raciste je n'avais jamais vécu cela, merci à vous, vous m'avez tellement donné de force! Éducation 0 comportement 0 cerveau 0. Allez, bonne continuation", écrit la jeune femme, visiblement bien remontée. Elle a donné quelques détails au journal l'Equipe : "J'ai eu le malheur d'être du mauvais côté quand je faisais mes longues passes. Quand je suis rentrée sur le terrain, cris de singe. J'ai fait une contre-attaque, pareil. Je ne comprends pas le hongrois mais il n'y avait pas une once de bienveillance", a-t-elle expliqué. Selon elle, rien n'a été fait, notamment du côté des arbitres, pour stopper ces agissements.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu