Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Basket – Handball – Volley DOSSIER : La saison 2018 - 2019 des handballeuses de l'ESBF à Besançon

La cruelle et litigieuse défaite de l’ESBF contre Nantes

mercredi 30 janvier 2019 à 23:58 Par Julien Laurent, France Bleu Besançon

Avant leur match décisif de Coupe d’Europe en Russie dans quatre jours, les handballeuses de Besançon ont été battues par Nantes (26-27) ce mercredi soir en championnat de France de D1 (LFH). Une défaite sur le fil, après une dernière action litigieuse...

Battue pour la deuxième fois de suite en quatre jours, l’ESBF d’Aïssatou Kouyaté est dans le flou mais remontée avant son match décisif de Coupe d’Europe en Russie
Battue pour la deuxième fois de suite en quatre jours, l’ESBF d’Aïssatou Kouyaté est dans le flou mais remontée avant son match décisif de Coupe d’Europe en Russie © Radio France - Créatif Photo / ESBF Handball

Besançon, France

C'est une cruelle défaite que vient de subir l'ESBF, ce mercredi soir. Déjà battues quatre jours plus tôt, avec d’énormes regrets au final, chez les Norvégiennes de Larvik qui n'étaient pas forcément supérieures, les handballeuses bisontines se sont cette fois inclinées en championnat de France (LFH). Et dans leur Palais des Sports, contre Nantes, un des autres prétendants à la 3e place du classement de la D1 qui sera très précieuse au moment de débuter les playoffs fin avril. 

Mais là aussi, d'énormes regrets. Et beaucoup de colère également au terme de cette défaite concédée sur le plus petit des écarts (26-27), alors que l'ESBF aurait pu arracher l'égalisation et le match nul dans les ultimes secondes...

Les Bisontines punies par leur ex-gardienne, Cathy Grabriel... et les arbitres

Face à des Nantaises, 5e et qui restaient sur cinq victoires lors des sept dernières journées après leur début de saison raté, les Bisontines ont bataillé toute la partie (2-1, 4' / 3-5, 10' / 9-8, 21' / 10-10, 25'), c'est vrai, et couru après le score durant la seconde période (11-13, mi-temps) en revenant à plusieurs reprises à un petit but seulement de Nantes (13-14, 33' / 15-16, 40' / 18-19, 46'). Elles n'ont rien lâché, comme à leur habitude ! Même quand elles ont repris quatre buts de retard (21-25, 56'), elle sont encore revenues faire trembler les Nantaises à 28" de la fin (26-27)... 

Malgré l'enchaînement des matchs – quatre en deux semaines depuis le 12 janvier, date de la dernière sortie de Nantes en championnat – et malgré les absences sur blessures, toujours, de deux ses recrues estivales (Lara Gonzalez et Lindsay Burlet), la jeune troupe de Raphaëlle Tervel et Sandrine Mariot-Delerce a su faire fi de sa fatigue mentale et physique ! Malheureusement, contre ces Bisontines ce mercredi, il y avait Catherine ''Cathy'' Gabriel – l'ancienne gardienne du temple ESBF jusqu'à son départ pour Nantes l'été dernier – qui s'est offert pas moins de 13 arrêts pour son retour au bercail ! 

A LIRE AUSSI : Handball : La Bisontine Catherine Gabriel quittera l'ESBF en fin de saison

Mais il y avait aussi les arbitres... Messieurs Carmaux et Mursch n'ont pas vraiment fait un "arbitrage à la maison", comme ça peut encore arriver... Au contraire, même, ils ont régulièrement sanctionné l'ESBF de façons plus ou moins compréhensibles. Jusqu'à ces dix dernières secondes de la partie. Aïssatou Kouyaté, l'arrière droite bisontine, intercepte une passe nantaise – dans sa moitié de terrain, non loin de la ligne médiane – avant d'être aussitôt balancée, littéralement, par Kalidiatou Niakaté (championne d'Europe 2018 avec les Bleues, en décembre dernier), l'arrière gauche de Nantes. Coup de sifflet des arbitres. Logique. Beaucoup moins, en revanche, la sanction qui suit. 

Pas de penalty pour l'ESBF

Selon les nouveaux règlements officiels depuis 2016 sur les fautes intentionnelles dans « les 30 dernières secondes de jeu », c'est penalty (jet de 7 m) en pareil cas. Mais là, non, ce mercredi soir au Palais des Sports de Besançon. Incompréhension totale et grosse colère des coaches et des joueuses de l'ESBF, en particulier. Le duo arbitral leur annonce un simple jet-franc, à plus de 20 m du but adverse, alors qu'il ne reste plus que cinq grosses secondes à jouer et que les Nantaises sont évidemment toutes replacées en défense... Impossible d'égaliser, vous vous en doutez, pour arracher le match nul avant le buzzer final. Et voilà comment les Bisontines ont donc, très cruellement, perdu ce match finalement.

Une deuxième défaite, seulement après celle concédée de peu chez le leader messin, cette saison en 14 journées de championnat où l'ESBF est, du même coup, rejointe à la 3e place du classement par Nice qui sera son prochain adversaire à domicile, en D1 (13 février).  

Capables d'un exploit à Krasnodar, maintenant ?

Alors dans ce contexte, pas très positif avec ces deux frustrantes défaites d'affilée en quelques jours seulement, impossible pour l'ESBF, pensez-vous, d'aller réussir à gagner à Krasnodar dès ce dimanche (3 février, 14h, en direct sur France Bleu Besançon) en Coupe d'Europe ? C'est sûr, Chloé Bouquet, Alice Lévêque, Alizée Frécon et toutes leurs copines ne vont pas débarquer en Russie avec le moral au beau fixe pour tenter de décrocher cette victoire obligatoire afin de maintenir l'espoir d'une qualification en ¼ de finale de la Coupe EHF, lors de l'ultime journée de la Phase de Groupes (10 février). Mais, ne pas oublier non plus, que ces handballeuses bisontines là ont un caractère gros comme ça et ne sont finalement jamais autant libérées et efficaces que lorsqu'elles n'ont pas/plus la faveur des pronostics. Et là, en plus, elles sont énervées !