Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Glacerie : les basketteuses ont de la trempe, et une salle... trempée !

-
Par , France Bleu Cotentin

Une semaine après la claque reçue au Havre, les basketteuses de La Glacerie ont relevé la tête samedi soir en l'emportant à domicile face à Sainte-Savine (72-50). Une rencontre qui a du se terminer dans une autre salle, car le Cosec de la Saillanderie prenait l'eau !

Les basketteuses de La Glacerie l'ont emporté 72-50 contre Sainte-Savine
Les basketteuses de La Glacerie l'ont emporté 72-50 contre Sainte-Savine © Radio France - Pierre Coquelin

L'entraîneur glacérien Yoann Cabioc'h avait prévenu : après la claque subie au Havre, il attendait un "combat" face à Sainte-Savine. Mission accomplie par les Tangos avec cette victoire 72-50 samedi soir face à un concurrent direct pour les play-offs. Beaucoup de possession, d'investissement. "Ce soir, on s'est battus. On a fait des efforts en défense, sur les écrans, au rebond. On a eu une équipe combattive. Cette semaine, on avait besoin de se mettre dans la dureté, et de voir comment on réagit dans la dureté", explique le coach. 

Changement de salle pour... trois minutes de jeu

Un match marqué par un "incident", une péripétie. Vers 21h30, il reste trois minutes à jouer dans le dernier quart temps. Les Glacériennes mènent 65-46. Dehors, un déluge s'abat sur le Cosec. A tel point que de grosses fuites apparaissent, et qu'une partie du terrain se transforme en patinoire. Les glissades s'enchaînent. Et les bénévoles essayent tant bien que mal d'éponger le terrain. Après un premier arrêt quelques minutes auparavant, les arbitres décident de stopper la rencontre une seconde fois. Dès lors, que faire pour ces trois dernières minutes ? 

"Très honnêtement, c'est la première fois que je vois autant de pluie qui tombe lors d'un match. ça arrive parfois à l'entraînement, mais à ce point-là, jamais. Je pense que la salle nous alerte", confie le président de La Glacerie, Sylvain Jean. Dans la salle, la maire déléguée de La Glacerie contacte une collègue élue de Cherbourg-en-Cotentin pour trouver une salle de repli. Finalement, une solution est trouvée : le gymnase Léon-Jouhaux d'Equeurdreville, à 7km, est libre. Après approbation des arbitres, c'est là que vont se jouer les trois dernières minutes du match, devant une poignée de supporters - loin des 500 présents au coup d'envoi. 

Sylvain Jean, président US La Glacerie : "C'est la première fois que je vois autant de pluie qui tombe lors d'un match"

La colère froide du coach glacérien

C'est un scandale que le sport féminin soit traité comme ça ! Un scandale qu'on n'ait pas simplement une salle pour jouer au basket - Yoann Cabioc'h, entraîneur de La Glacerie

Une délocalisation qui "scandalise" le coach glacérien. "Il fait être clair : on ne peut pas avoir du haut niveau si on ne met pas des infrastructures de haut niveau. Les dirigeants font beaucoup d'efforts pour accueillir les partenaires et le public dans de bonnes conditions", souligne Yoann Cabioc'h, citant l'exemple d'une salle de judo aménagée en salle VIP, les problèmes de chauffage, et donc cette arlésienne des fuites d'eau dans la toiture. 

ça fait des années qu'on sait que la toiture est défaillante au Cosec. Là, on a 500 personnes, c'est comme ça qu'on les accueille ? En ne leur permettant pas de voir la fin du match ? - Yoann Cabioc'h, entraîneur de La Glacerie

Entre l'arrêt de la partie au Cosec, et la reprise au gymnase Jouhaux, il s'est écoulé une petite heure. Avec de gros risques pour les joueuses : "Changer de salle, refaire un échauffement, c'est un risque de blessure. Les filles qui ont glissé auraient pu se faire extrêmement mal. C'est leur métier, leur corps c'est leur outil de travail. Aujourd'hui, une équipe de N1 masculine ne jouerait jamais dans de telles conditions. On n'est pas dans les années 50. Il pleut dans la salle !", tonne l'entraîneur.

Yoann Cabioc'h, entraîneur US La Glacerie : "Aujourd'hui, une équipe de N1 masculine ne jouerait jamais dans de telles conditions"

Désormais, les joueuses de La Glacerie sont focalisées sur leur prochain rendez-vous, le 10 octobre : un déplacement périlleux sur le parquet d'Alençon, autre prétendant aux play-offs. Un derby normand qui s'annonce bouillant. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess