Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley DOSSIER : La saison 2017-2018 des handballeuses de l'ESBF à Besançon

ITW & photos - La handballeuse bisontine Alizée Frécon reste fidèle à l’ESBF

-
Par , France Bleu Besançon

Les deux tiers de l'effectif de l'ESBF seront en fin de contrat en juin 2018. Le club de handball féminin de Besançon (D1/LFH) compte bien en conserver un maximum et envoie un premier signal fort et symbolique avec la prolongation de sa talentueuse demi-centre, Alizée Frécon, "l'enfant du club".

Alizée Frécon, demi-centre de l'ESBF jusqu'en juin 2020 désormais, signe sa prolongation de contrat entourée de sa coach Raphaëlle Tervel et de son Président Didier Weber
Alizée Frécon, demi-centre de l'ESBF jusqu'en juin 2020 désormais, signe sa prolongation de contrat entourée de sa coach Raphaëlle Tervel et de son Président Didier Weber © Radio France - Julien Laurent

Besançon, France

Alizée Frécon continuera de mener le jeu de l'ESBF jusqu'en juin 2020 ! Au minimum. La demi-centre des handballeuses de Besançon (D1/LFH) – dont le précédent contrat arrivait à échéance à l'issue de cette saison 2017-2018 – a signé, ce jeudi, une prolongation de deux saisons supplémentaires avec "son club de toujours". Comme une évidence pour cette Bisontine "pur jus" de 23 ans qui a débuté le handball – à l’ESBF, bien sûr – en 1999, c’est-à-dire à peine après avoir soufflé ses cinq bougies sur son gâteau d’anniversaire à l’époque…

Alizée Frécon ou la grande famille de l’ESBF

Une évidence, peut-être, mais surtout un joli symbole ! Car Alizée Frécon est la fille de l’ancienne joueuse Joëlle Demouge qui, avec ses copines, en 1988, avaient offert le tout premier titre de champion de France de D1 au club bisontin. Une équipe féminine de l’ESB entraînée, à l’époque, par un certain Michel Demouge : l’emblématique coach à l’origine du handball féminin de haut niveau à Besançon, qui n’est autre que le père de Joëlle Demouge et le grand-père d’Alizée Frécon…

Alizée Frécon, la demi-centre de l'ESBF, contre Metz en 2016-2017 - Aucun(e)
Alizée Frécon, la demi-centre de l'ESBF, contre Metz en 2016-2017 - Créatif Photo

Continuer à remonter l’ESBF vers les sommets

Et pourtant, ’’l’enfant du club’’ qu’est Alizée Frécon aurait très bien pu aller voir ailleurs pour continuer sa prometteuse carrière. Sélectionnée en équipe de France A’ puis convoquée à un stage de préparation de la grande équipe de France A durant le premier semestre 2017, la tonique et spectaculaire demi-centre bisontine était courtisée par la concurrence du haut de tableau du championnat de France de D1 (LFH). Mais Alizée Frécon a préféré la fidélité et la stabilité à Besançon, au détriment d’un salaire qui aurait pu être un peu plus élevé ailleurs...

Alizée Frécon, demi-centre ESBF : "Ici, je continue à progresser d'année en année, ma vie en dehors va bien, ma vie au handball va bien donc changer pour changer (...) c'est pas forcément une bonne idée!"

Et parce que, sportivement aussi, elle aimerait bien continuer la remontée vers les sommets de ’’son’’ ESBF : avec toutes ses copines de l’équipe – issues également, pour la plupart, du centre de formation du club bisontin – et avec également ses deux exigeantes et ambitieuses coaches, Raphaëlle Tervel et Sandrine Delerce, dont les contrats courent aussi sur les deux prochaines saisons !

Les deux tiers de l’effectif bisontin en fin de contrat en juin 2018

Depuis leur relégation express en D2 (2014), les handballeuses bisontines ont constamment monté le curseur : championnes de France de D2 et remontée dans l’élite (2015), 5e place qualificative pour les Play Off de D1 (2016), suivie la saison dernière de la 4e place de D1 (élimination en demi-finale des Play Off) synonyme de grand retour en Coupe d’Europe – après sept ans d’absence lors de cette actuelle saison 2017-2018 (élimination au 3e Tour de la Coupe EHF par les Russes du Lada Togliatti)

Alizée Frécon (au centre) a découvert les très âpres joutes européennes en 2017 (Togliatti - ESBF, le 11 novembre) - Maxppp
Alizée Frécon (au centre) a découvert les très âpres joutes européennes en 2017 (Togliatti - ESBF, le 11 novembre) © Maxppp - Ludovic Laude

Augmentation de salaire en cas de nouvelle qualification européenne

A la mi-championnat, l’ESBF est actuellement 7e à quatre points du ’’Top 4’’ qualificatif pour l’Europe. Et histoire de motiver encore davantage leurs troupes à décrocher un nouveau ticket européen pour la saison prochaine, les dirigeants du club bisontin ont décidé d’inclure une (légère) augmentation de salaire à leurs nombreuses joueuses en fin de contrat au printemps 2018. Soit pas moins de quatorze joueuses concernées sur les vingt-une qui composent aujourd’hui l’effectif de l’ESBF. Enfin, plus que treize désormais, avec la prolongation d’Alizée Frécon…Et parmi ces treize Bisontines, il y a notamment les deux internationales de l’équipe de France : la gardienne de but, Cathy Gabriel (actuellement au Mondial 2017 en Allemagne, avec les Bleues) et l’ailière droite, Amanda Kolczynski

Didier Weber, Président ESBF : "On ne donne pas de primes de match à Besançon (...) par contre, on a trouvé opportun de mettre aux joueuses une rémunération liée à la qualification en Coupe d'Europe"

Voici la liste des onze autres joueuses de l’ESBF en fin de contrat, au terme de la saison 2017-2018 : Alice Lévêque, Aissatou Kouyaté, Marine Dupuis, Appoline Feuvrier, Anna Manaut, Zeljana Stojak, Julie Dazet, Laurence Brame, Pauline Robert, Nelly Plazanet et Mathilde Lorrillard. Le club bisontin ne pourra – et ne veut pas – prolonger tout ce beau monde ! Afin de dégager l'argent nécessaire, également, au recrutement d'une ''Top joueuse" plus expérimentée et donc plus chère. C'est l'une des pistes envisagées par les dirigeants et le staff technique de l'ESBF...

Choix de la station

France Bleu