Basket – Handball – Volley

La SIG veut se payer un nouveau Rhénus

Par Jules de Kiss, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass vendredi 29 janvier 2016 à 20:34

La salle du Rhénus
La salle du Rhénus © Maxppp

Lors d'un point presse vendredi, le président de la SIG Martial Bellon et le maire de Strasbourg Roland Ries ont présenté un projet d'extension et de modernisation du Rhénus. Un projet sans calendrier précis pour l'instant, en attendant des financements qui seront totalement privés.

Ce n'est pour l'instant qu'une ébauche de projet, mais l'ambition est là : agrandir et rendre le Rhénus plus attractif qu'il ne l'est aujourd'hui. Pour s'installer durablement dans le top 20 du basket européen, le club doit augmenter son budget. De 7,1 millions d'euros en 2016, il souhaite passer à 9 ou 10 millions d'euros d'ici 2020. Et cela passe nécessairement par une salle plus grande pour augmenter les recettes de billetterie.

Passer de 6.000 à 8.000 places

Dans un premier temps, la SIG souhaite agrandir sa salle de 1.800 places en installant une nouvelle tribune sur un flan du terrain. La capacité de la salle avoisinerait ainsi les 8.000 places. Mais Martial Bellon, le président du club voit encore plus loin. Il prévoir d'installer deux tribunes supplémentaires de 1.000 places chacune derrière les paniers pour atteindre une jauge de spectateurs proche de 10.000 : "Nous avons besoin, estime-t-il, d'un équipement plus grand et plus adapté aux conditions d'accueil du monde économique : des salons d'honneur, des lieux de séminaire, des loges, comme on en trouve dans toutes les grandes salles d'Europe". Des espaces commerciaux de 3.000 mètres carrés et des restaurants devraient également être construits pour augmenter les recettes du clubs grâce à leur location.

Plus de 20 millions d'euros de travaux sur fonds privés

Mais le club compte aussi augmenter ses revenus grâce à une opération de naming. La SIG veut trouver une entreprise qui donnerait son nom à la nouvelle enceinte contre un gros chèque, de plusieurs centaines de milliers d'euros par an. Elle se donne jusqu'à la fin de l'été pour trouver ce partenaire. Un apport essentiel à ces travaux qui devraient coûter plus de 20 millions d'euros. Martial Bellon comme Roland Ries ont précisé qu'il n'y aurait pas un centime d'argent public dépensés dans ce projet.

Par ailleurs, en marge de ce point presse, la direction de la SIG et les représentants de l'Eurométropole, de Strasbourg et d'Illkirch-Graffenstaden ont acté la cession définitives des actions détenues par ces collectivités locales au consortium d'entreprises SIG et Entreprises, désormais actionnaire majoritaire du club à hauteur de 87%.

Partager sur :