Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Basket | Pauline Lithard, un bout d'Alsace à Landerneau

jeudi 31 mai 2018 à 5:49 Par Julien Balidas, France Bleu Breizh Izel

Pauline Lithard, meneuse du Landerneau Bretagne Basket (club récemment sacré champion de France de Ligue féminine 2), est en stage cette semaine avec l'équipe de France A'. Grande première pour elle avec les seniors. Son Alsace, son enfance, sa vie en Bretagne... la joueuse de 24 ans se dévoile.

Pauline Lithard jouera en Ligue féminine sous les couleurs de Landerneau l'an prochain.
Pauline Lithard jouera en Ligue féminine sous les couleurs de Landerneau l'an prochain. © Radio France - Julien Balidas

Landerneau, France

Appelée pour un stage avec l'équipe de France A' de basket (du 28 mai au 4 juin, avec trois rencontres amicales contre la Hongrie à Landerneau), Pauline Lithard voit son excellente saison se prolonger un petit peu. Entretien au parfum alsacien. 

Kaysersberg, le cocon familial

"Quand je dois me présenter, je dis direct que je suis de Kaysersberg", attaque d'emblée Pauline Lithard. L'Alsacienne est originaire de cette commune située à 80 kilomètres au sud de Strasbourg : "J'en suis très fière, j'adore mon village. Village préféré des Français en 2017 s'il vous plait ! Mes parents sont toujours là-bas, mon tonton a été maire de la commune aussi." 

"J'étais un peu garçon manqué"

Kaysersberg, là où tout commence. _"_J'ai voulu imiter ma grande sœur, qui a trois ans de plus que moi. J'ai commencé à l'âge de six ans au club de la ville. J'étais la seule fille au milieu d'un groupe de mecs. J'étais un peu un garçon manqué, ça m'amusait de les battre. J'ai toujours eu cet esprit compétition, avec cette volonté d'être la meilleure." 

Derrière, Pauline Lithard va très vite grandir. Surclassée en minimes et chez les cadettes, elle rejoint le Pôle Espoirs de Strasbourg, qu'elle décrit comme "les plus belles années de sa vie." Explications : "Je suis partie à treize ans, Strasbourg c'est à une heure de chez moi. J'ai quitté ma famille, mais l'internat finalement c'était top. Les meilleures années de ma vie, en quatrième et troisième. On avait une chambre à quatre." 

De la muscu à côté de Teddy Riner

Dans la foulée, la jeune Alsacienne découvre l'INSEP. Pendant un an. Elle fait partie des neuf joueuses françaises au plus fort potentiel de la génération choisies pour intégrer le temple de la formation française à Paris. "Je faisais ma muscu à côté de Christine Aaron, on voyait Teddy Riner de temps en temps." Un an et puis s'en va. Du côté de Bourges, puis Reims et Charleville où elle découvrira l'élite du basket féminin. En parallèle, elle porte le maillot des équipes de France. Sacrée championne d'Europe U18 contre la Russie en Roumanie avec la génération 94/95 puis vice-championne du monde l'année suivante. 

La Bretagne, terre d'adoption 

Cette tête bien faite (mention bien au bac ES, puis licence STAPS en management du sport) a atterri en Bretagne, et semble apprécier. "Les gens sont super cool. J'ai été très bien accueillie. Je me sens bien, la ville est très active, il y a Brest à côté. Je vais souvent voir les matchs de foot. Quand on se plait bien, la tête va, le basket aussi." Tout va bien en Bretagne, en revanche, on ne pourra pas la convaincre : "La Bretagne c'est ma région d'adoption, mon coup de cœur, mais ça ne peut pas rivaliser avec l'Alsace", sourit-elle.