Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le BBH "n'a pas de pression" au Final 4 de la Ligue des championnes

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Après son titre de champion de France, Le Brest Bretagne Handball vit ce week-end son premier Final 4 de la Ligue des championnes, à Budapest. Les Brestoises défient les Hongroises de Gyor, triple tenant du titre, en demi-finale ce samedi. Gérard Le Saint, président du BBH, se confie à France Bleu.

Gérard Le Saint, le président du Brest Bretagne Handball, soulève le trophée de la Ligue féminine remporté face à Metz.
Gérard Le Saint, le président du Brest Bretagne Handball, soulève le trophée de la Ligue féminine remporté face à Metz. © Maxppp - Nicolas Creach

- Gérard Le Saint, dans quel état d'esprit êtes-vous avant ce Final 4, le premier dans l'histoire du BBH ?

C'est une fierté aujourd'hui. C'est aussi un objectif à long terme du club de figurer en Ligue des champions. Donc je pense que ça va être une première expérience. On attend pour voir comment ça va se passer, mais on n'a pas de pression.

- Le Covid empêche les supporters brestois de faire le déplacement à Budapest, vous êtes resté vous même à Brest pour cette première historique. Comment gérez-vous cette frustration ?

Toute cette saison a été un peu tronquée avec la Covid. Ce Final 4 c'est un peu pareil, sans public français. L'idée c'est d'aller en renfort l'année prochaine lors du Final 4. Cette année, ça permet d'avoir une première expérience. Ce qui est sûr c'est qu'on va revenir.

- Est-ce que ce Final 4, le premier pour le BBH et le deuxième seulement pour le handball féminin français, arrive plus tôt que ce que vous espériez ?

Pour nous le Final 4, c'est la cerise sur le gâteau. Les objectifs du club sont déjà remplis pour cette année (ndlr : doublé coupe/championnat). C'est sûr que le match de dimanche dernier face à Metz est une super préparation pour la demi-finale contre Gyor. 

- Après avoir ravi le titre de champion de France à votre grand rival, Metz, vous participez au Final 4 et vous pouvez faire mieux que les Messines il y a deux ans. Ca représente quoi pour vous ?

Ca veut dire qu'on avance vite. Et c'est vrai qu'on a une chance de faire mieux que Metz, qui a été pour la première fois au Final 4 en perdant ses deux matchs (ndrl : quatrième en 2019). Allez, on va dire que si on peut gagner un match sur les deux, ça sera déjà une très grande satisfaction.

- Cette saison le BBH dépasse le Metz handball. Vous pensez pouvoir vous inscrire dans la durée comme le club numéro 1 du handball féminin en France ?

Oui, on va essayer de rester à ce niveau. Ca ne va pas être facile. Mon homologue messin a dit après la finale de la Ligue féminine qu'il perd un titre tous les cinq ans. Donc il en gagne quatre tous les cinq ans. Mais je pense qu'on va trouver les moyens pour l'embêter. C'est sûr que notre volonté sera de rester champion de France.

- Quelque soit vos résultats ce week-end, c'est une saison exceptionnelle. Est-ce que ça vous conforte dans vos choix pour les saison à venir ?

Oui c'est sûr, on va attaquer la dixième année. La prochaine, ce sera plutôt une année de transition. Mais je pense qu'on va repartir de plus belle. Et vu les signaux qu'on a cette semaine après ce succès en championnat, notamment au niveau des partenaires, je pense qu'on arrivera un jour à atteindre l'objectif de gagner cette Ligue des champions. Ca pourrait être ce week-end, mais je pense qu'il faut quand même un peu plus d'expérience.

- Pour y parvenir, si ce n'est pas ce week-end, il faudra réussir à maintenir un certain budget. C'est envisageable dans le contexte actuel ?

L'année qui vient on va être en transition. Mais dans un an, on mettra tous les moyens pour avoir des objectifs financiers pour pouvoir aller plus haut. Cette année, on a une commerciale qui part. Moi j'ai recruté quatre personnes en plus au niveau du business. Quand elles seront bien formées, je pense qu'on aura les moyens de rivaliser avec les autres budgets des grandes nations européennes.

- Un petit pronostic pour la demi-finale contre Gyor ?!

Je vais vous dire, je pense qu'on va gagner d'un but ... juste à la dernière seconde ! Cette année, tout est permis. On a les moyens de rêver.

Gyor-Brest Brest Handball, demi-finale de la Ligue des championnes à Budapest, à vivre en direct ce samedi dès 15 heures sur France Bleu Breizh Izel. Coup d'envoi à 15 heures 15.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess