Basket – Handball – Volley

Le CSP retrouve le Pirée pour tutoyer les Dieux de l'Olympe

Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin mercredi 4 novembre 2015 à 16:09

Au loin, une salle pleine de souvenirs pour le Limoges CSP
Au loin, une salle pleine de souvenirs pour le Limoges CSP © Radio France - Jérôme Ostermann

Au moment de se rendre au stade de la Paix et de l'Amitié au Pirée, il y aura comme un air de famille pour les limougeauds, beaucoup de souvenirs aussi pour certains, et surtout un immense défi à relever pour les joueurs du CSP face à l'Olympiakos.

Cette rencontre de la 4ème journée de l'Euroleague à forcément un parfum particulier. C'est ici que le 15 avril 1993, le Limoges CSP a écrit la plus belle page de son immense palmarès. Le titre de champion d'Europe des Mickaël Young, Franck Butter, Jurij Zdovc, Willie Redden, Richard Dacoury, Jean-Marc Dupraz, Jimmy Vérove et autres Jim Bilba et Frédéric Forte. Ces deux derniers aujourd'hui coach assistant et président du Limoges CSP auront forcément une émotion particulière au moment de retrouver ce stade de la Paix et de l'Amitié qui les a vu grimper sur le toit de l'Europe.

"Comme un air de famille pour les limougeauds"

Au delà de la nostalgie, il y aura aussi comme un air de famille. Il faut dire que cette salle est certes trois fois plus grande que le palais des sports de Beaublanc (près de 15 mille places), mais au niveau de son architecture extérieure, elle est une copie parfaite de l'antre limougeaude, inaugurée (1981) quatre ans seulement avant sa "petite sœur" du Pirée (1985). Si cela peut aider la bande à Philippe Hervé à jouer "comme à la maison" face à l'Olympiakos, ce ne serait pas de trop. Car l'essentiel est ailleurs. Ce jeudi, c'est surtout l'un des plus grands défi du CSP "version Forte" qui attend Limoges.

"Le CSP va vendre chèrement sa peau"

Si le CSP court après son histoire et son lustre d'antan, l'Olympiakos est en plein dedans. Sur leurs trois titres de champions d’Europe, les grecs en ont décroché deux ces dernières années (2012 et 2013). Champions 2015 de leur championnat national, ils ont multiplié les qualifications aux différents Final Four (7 participations entre 1994 et 2015) et restent sur une défaite en finale la saison dernière face au grand Real Madrid. Pour les joueurs du CSP, c'est certainement le meilleur moment pour les jouer. Ceci dit, le défi reste immense mais pas impossible aux yeux du pivot Ali Traoré.

Traoré :"Limoges va vendre chèrement sa peau"

Comment parler de l'Olympiakos sans évoquer son maître à jouer ? L'arrière-meneur Vasilios Spanoulis. Cet homme est un génie du basket. Pas du genre physique de déménageur mais plutôt un Garry Kasparov des parquets. Un QI basket hors norme et un sang froid au dessus de la moyenne quand les matchs et les titres se gagnent. Le meneur du CSP Léo Westermann en parle d'ailleurs comme d'un véritable mythe.

Westermann :"Spanoulis élève le niveau du basket européen"

Mais réduire cette formation au seul Spanoulis serait une grave erreur. Cet effectif compte de nombreux joueurs de talent. A l'instar de l'ailier US Matt Lojeski ou de l'intérieur grec Giorgios Printezis. Un vrai casse tête pour Philippe Hervé. L'entraineur de Limoges qui de son côté possède une arme supplémentaire en la personne de Yakhouba Diawara. L'ex NBAer, tout juste arrivé de Miami, est qualifié et à disposition de son coach pour ce match de la 4ème journée de l'Euroleague. Rencontre à vivre en intégralité ce jeudi soir sur France Bleu Limousin. Avant match à 20h00. Entre deux à 20h45.