Basket – Handball – Volley

Le Limoges CSP ? C'est fou !

Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin dimanche 10 janvier 2016 à 0:44

Le capitaine Léo Westermann plein de hargne face au BCM
Le capitaine Léo Westermann plein de hargne face au BCM © Maxppp - P.Lachenaud

Décidément, ce club est vraiment très particulier. Trois jours après la démission de l’entraîneur, le CSP Limoges a balayé le leader de la Pro A, Gravelines-Dunkerque, samedi soir à Beaublanc, sur le score de 79 à 63. Le départ d'Hervé a remobilisé un groupe pourtant rongé par le doute.

Il n'y avait qu'à voir l'ambiance et les sourires retrouvés samedi au Palais des Sports de Beaublanc. Ce match, l'un des plus aboutis pour ne pas dire le meilleur depuis le début de saison, a de quoi redonner le moral. Evidemment, battre le leader de la Pro A de 16 points c'est bien, mais en plus la manière y était, et ça, c'est encore mieux ! Avant cette rencontre de la 16e journée de Pro A, et trois jours seulement après le départ surprise de l’entraîneur Philippe Hervé, ses deux adjoints qui assurent l'intérim, avaient demandé aux joueurs de prendre du plaisir, de courir et de se passer le ballon. Ils ont fait encore mieux que ça.

De l'engagement, de l'envie et de la solidarité

Prenant leurs adversaires à la gorge dès l'entame (20 à 11 dans le QT1, 42 à 26 à la MT), les joueurs du CSP ont livré un match tout en engagement, en combativité. Une soirée pleine de solidarité et d'envie. Cela leur a permis de prendre jusqu'à 22 points d'avance. Et même si les jambes étaient lourdes en fin de rencontre, même si le BCM est revenu à 9 points dans les dernières minutes, jamais les limougeauds n'ont tremblé. Malgré l’absence de l'ailier Nobel Boungou Colo, écarté après un incident le matin même à l'entrainement. Ils ont eu la plus belle des réactions possibles. A l'image d'un Will Daniels MVP pour le première fois de la saison avec 14 points , 4 rebonds pour 20 d'évaluation en 18 minutes de jeu.

Le départ d’Hervé les a choqué selon Traoré

 Une réaction directement liée à la démission de Philippe Hervé selon le pivot Ali Traoré :"Rien est facile à Limoges. On s'est créé une bulle pour nous concentrer sur le terrain et rien d'autre. On a donné tout ce qu'on avait, collectivement. On s'est bien passé la balle. Il y avait des sourires ce soir. On s'est fait plaisir en jouant et ça nous a permis de faire un gros match. On a fait un boulot excellent en défense. Le départ du coach nous a vraiment choqué. On s'est regroupé autour des deux assistants coachs. Ils nous ont dit que ce match, on le gagnerait en étant un groupe soudé. Et c'est ce qui s'est passé. Ce déclic, ont peut l'attribuer à Bertrand et Jim. Ça fait énormément de bien et ça nous soulage. On se dit que si on l'a fait une fois, on peut le refaire. J'espère que c'est une victoire sur laquelle ont peut bâtir.

Le plaisir retrouvé, l'une des clés de ce succès

C'est vrai que les deux techniciens intérimaires ont évidemment une bonne part dans la réaction du groupe, même si pour Bertrand Parvaud, le mérite en revient aux joueurs :"_Les joueurs ont bien répondu et c'est tout à leur honneur. Ils savaient qu'ils _avaient leurs responsabilités à assumer et des choses à montrer. On a tout de suite vu, lors des entraînements qui ont précédé, qu'ils avaient cette envie, que quelque chose était en train de se passer. Les sourires avant le match étaient importants. C'était pour Jim et moi, une première victoire. Et puis il y a la victoire à la fin du match. Une victoire collective. C'est vraiment plaisant. Vu que l'équipe est dans le doute, il ne fallait surtout pas rater le début de match, ce que l'on a réussi à faire sous l'impulsion de notre capitaine Léo Westermann. On a eu de la tête et on a maîtrisé jusqu'au bout, malgré la fatigue en fin de match."

Et pourquoi pas se relancer en Eurocoupe ?

Et cette victoire fait aussi du bien au niveau comptable. Si le CSP reste 11e de Pro A, il est désormais à égalité de victoires avec le 8e. Place maintenant à l'Eurocoupe avec un déplacement sur le parquet du Paok Salonique. Avec les mêmes ingrédients et le même état d'esprit, pourquoi pas s'imposer en Grèce ? Après la défaite face à Oldenburg, un succès mardi soir serait aussi synonyme d'espoir, sur la scène européenne.