Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket - Handball - Volley

Basket NBA : le Strasbourgeois Frank Ntilikina va réaliser son rêve américain

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

A 19 ans, le prodige strasbourgeois Frank Ntilikina doit faire ses débuts en NBA dans la nuit de jeudi à vendredi. Son équipe des New-York Knicks joue chez le Thunder d'Oklahoma. Retour sur la destinée incroyable de l'ancien meneur de jeu de la SIG.

Frank Ntilikina doit faire ses premiers pas en NBA avec New-York à Oklahoma
Frank Ntilikina doit faire ses premiers pas en NBA avec New-York à Oklahoma © Maxppp -

New York

Réfugiés de la guerre au Rwanda (Frank est lui né en Belgique), élevés par leur seule mère, les frères Ntilikina puisent dans ce passé douloureux leur force pour réussir. Yves devient chirurgien, Brice est kiné et le petit dernier Frank n'a qu'une seule obsession: percer dans le basket. A 16 ans, il fait ses débuts en pro A avec la SIG et à l'époque déjà, il rêvait d'Amérique : "J'aimerais aller en NBA un jour, nous racontait Frank Ntilikina. Je regarde depuis tout petit. Je m'inspire de beaucoup de joueurs, en particulier Kyrie Irving et Stephen Curry".

Il va affronter Curry, Westbrook and co

Ces monstres sacrés du basket, Frank Ntilikina va désormais les affronter tous les soirs ou presque. Son frère Brice n'en revient pas : "Je suis tellement fier de lui, c'est un truc de fou, rien que de voir sa photo sur les statistiques de la NBA ou de voir contre qui il va jouer, des méga-stars, c'est un rêve total".

Dès ses premiers matchs en jeune avec Saint-Joseph Strasbourg, Frank Ntilikina a crevé l'écran. Etienne Schutz, qui a entraîné la pépite pendant sept saisons, se souvient : "Frank a fait un match exceptionnel contre les poussins de Schirrhein et à la fin du match, il s'est passé quelque chose d'incroyable. Quand les joueurs se serrent la main, les jeunes de Schirrhein sont venus avec un stylo et du papier pour lui demander des autographes. Il a refusé car il était jeune et gêné, mais c'était symptômatique du fait qu'il allait devenir très très fort."

Un vrai stakhanoviste

Mais plus que le talent de Frank Ntilikina, c'est son acharnement au travail qui a épaté Etienne Schutz. "Par rapport à des enfants de son âge qui prenait ça pour un jeu, Frank considérait déjà presque ça comme un travail, raconte son premier coach. Il faisait dix fois plus ou cent fois plus que les autres. Ce n'est peut-être pas le joueur le plus talentueux que j'aie entraîné, mais c'est le plus travailleur et de loin, et c'est pour ça qu'il a réussi".

Frank Ntilikina, un acharné de travail selon son premier entraîneur Etienne Schutz

Un portait géant sur un immeuble de New-York

Désormais le stakhanoviste Frank Ntilikina a changé d'univers. Adieu l'intimité de la pro A, bienvenue sous les projecteurs de la NBA ! Symbole de cette démesure, le visage du Strasbourgeois est peint sur la façade d'un immeuble de vingt étages à New-York. Son frère Brice est allé le voir récemment à Big Apple : "C'est incroyable, il est dans un autre univers. Mais ce qui est exceptionnel avec lui, c'est qu'il apprend très vite aussi pour l'extra-basket. Il sait que New-York est une ville qui attend beaucoup de ses sportifs, il arrive à faire face à toutes les pressions médiatiques, à toutes les critiques. Il prend note et il continue son chemin".

Guidé par sa discussion avec Jordan

Lors de son premier voyage aux Etats-Unis à l'âge de 16 ans, Frank Ntilikina avait eu la chance de croiser Mickaël Jordan. Il lui avait alors demandé la clé de sa réussite. La légende du jeu lui avait répondu: "il faut aimer le basket plus que quiconque". Depuis, Frank Ntilikina vit avec cette obsession et maintenant qu'il a exaucé son rêve de jouer en NBA, il espère pouvoir en réaliser un autre : devenir champion NBA. Ca ne sera sans doute pas pour cette saison, car son équipe de New-York en pleine reconstruction apparaît bien trop faible sur le papier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu