Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le volley professionnel en grand danger à Rennes : on fait le point

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique

En proie à d'importantes difficultés financières, le Rennes Volley 35 pourrait disparaître. Le club est suspendu à une décision de l'organe de contrôle de gestion du sport français, la DNACG. A ces difficultés de gestion s'ajoute un contentieux financier avec son partenaire amateur, le REC Volley.

Le Rennes Volley est en proie à d'importantes difficultés financières
Le Rennes Volley est en proie à d'importantes difficultés financières © Maxppp - Julien Pruvost/LANOUVELLEREPUBLIQUE/PHOTOPQR

Déjà pénalisé en cours de saison pour des soucis de gestion - le club avait fait une déclaration erronée de sa masse salariale - le Rennes Volley est aujourd'hui en danger de disparition : la dette du club est actuellement passée au crible par la DNACG, l'organe de contrôle de gestion du volley français. Sauf apport financier dans les prochains jours, le Rennes Volley pourrait fermer boutique, alors qu'il venait d'effectuer une saison historique (troisième de Ligue A et en demi-finale de la Challenge Cup) sur le plan sportif avant l'arrêt des compétitions. Faisons le point sur la situation du club.

Des problèmes de gestion récurrents

Depuis l'arrivée de la nouvelle équipe dirigeante menée par Brice Chambourg en 2018, le Rennes Volley 35 a été pénalisé à deux reprises par la DNACG : quatre points de retrait (dont deux avec sursis) et 15 000 € d’amende en 2019, puis en 2020 trois points de retrait, dont deux par révocation d'un sursis qui courrait depuis la saison dernière, pour "communication d'informations inexactes", et un (plus deux avec sursis), pour "rupture d'équité sportive". 

Les dirigeants actuels rejettent la faute sur leurs prédécesseurs, qui avaient omis de déclarer les avantages en nature dans la masse salariale des joueurs. Aujourd'hui le montant de la dette du Rennes Volley est inconnu, mais serait selon nos informations trop conséquent pour être supporté par les dirigeants et les partenaires du club.

Le président du Rennes Volley 35 Brice Chambourg
Le président du Rennes Volley 35 Brice Chambourg © Maxppp - Philippe Renault

Un contentieux avec le REC Volley

Pour pouvoir évoluer au plus haut niveau, le Rennes Volley s'était lié par une convention à la structure amateur du REC Volley, qui possède un numéro d'affiliation à la Fédération. En 2018, le ministère des Sports et la Fédération Française de Volley ont demandé au RV35 de se remettre en conformité avec le droit du sport : le club devait créer une société sportive pour pouvoir gérer l'équipe professionnelle. Cela n'a toujours pas été fait. Aujourd'hui dans les textes, c'est encore le REC qui dirige qui le club professionnel. Mais récemment, le REC a décidé de dénoncer la convention qui lie les deux clubs : le Rennes Volley n'a pas versé la somme de 68 000€ due au REC dans le cadre de cette convention. Un montant dont une partie (40 000€) sert à financer le sport amateur.

Le non paiement de cette somme met également le REC en péril. Si le REC venait à disparaître, le Rennes Volley ne pourrait pas rester en Ligue A, faute de posséder une numéro d'affiliation auprès de la FFVB. La présidente du REC Nathalie Guitton déplore "ne jamais avoir eu accès aux comptes du Rennes Volley pour juger de la situation financière" malgré la convention entre les deux clubs. Elle insiste : "Nous ne souhaitons pas la disparition du Rennes Volley, nous ne sommes pas ennemis !" Pour autant, le REC Volley aurait déjà soumis une demande d'agrément auprès de la LNV pour récupérer le strapontin du club en Ligue A en cas de disparition du RV35.

La situation de l'équipe première

Aujourd'hui le club n'a plus que cinq joueurs professionnels sous contrat, ce qui allège ses charges structurelles. Avec la crise, de nombreux joueurs sont disponibles sur le marché et les salaires pourraient être globalement revus à la baisse. Le coach Nikola Matijasevic est encore sous contrat pour un an. "Je m'imagine rester si le club survit" précise le technicien, qui ne tient pas à se mêler du volet administratif.

La Ville de Rennes ne financera pas le club au-delà du budget prévu

Depuis deux ans, la Ville de Rennes a souvent dû jouer les diplomates pour calmer les tensions entre le Rennes Volley et le REC Volley. Consciente des difficultés financières du club, elle ne prévoit pas de financement exceptionnel pour opérer un sauvetage : "Il est impossible, a fortiori dans la période que nous traversons et entre les deux tours des municipales, de prendre des engagements au-delà des sommes budgétées pour la saison 2019-2020. Si le Rennes Volley venait à être relégué, ce serait un crève-cœur, mais je ne doute pas que nous trouverons collectivement l'énergie nécessaire pour rebondir" écrit le conseiller municipal aux Sports Yvon Léziart dans un communiqué adressé à France Bleu Armorique.

Une pétition pour sauver le club

Face à la situation, les supporters du club tentent de se mobiliser pour sauver le Rennes Volley 35. Une pétition a été adressée aux pouvoirs publics pour venir en aide à la structure. 

"Nous demandons qu'un nouvel accord soit passé entre le RV35 et le REC afin de lui permettre de jouer à nouveau la saison prochaine en ligue A et de participer à la coupe d'Europe." écrivent les fans rennais.

Contactée à plusieurs reprises, l'équipe dirigeante du rennes Volley 35 n'a à ce jour pas répondu à nos sollicitations pour s'exprimer publiquement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess