Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Limoges CSP - Crawford Palmer : "Les postes clés, je crois qu'on les a remplis"

-
Par , France Bleu Limousin

Le Limoges CSP est en pleine reprise. Les joueurs arrivent au compte-goutte en Limousin. Sachant que le 1er entrainement au complet est prévu pour le mercredi 14 août à Beaublanc. L'occasion de faire le point avec le nouveau directeur sportif Crawford Palmer. Entretien.

Crawford Palmer (à gauche), ici en compagnie de l’entraîneur du Limoges CSP Alfred Julbe lors de leur 1ère conférence de presse à Beaublanc
Crawford Palmer (à gauche), ici en compagnie de l’entraîneur du Limoges CSP Alfred Julbe lors de leur 1ère conférence de presse à Beaublanc © Maxppp - Thomas Jouhannaud

Limoges, France

Si Jerry Boutsiele et Nicolas Lang étaient en Limousin parmi les premiers, leurs coéquipiers vont arriver au compte goutte d'ici le 1er entrainement collectif au complet prévu le mercredi 14 août au Palais des sports de Beaublanc. Avant cela, le nouveau directeur sportif du Limoges CSP Crawford Palmer a accepté de faire le point sur cette intersaison et l'année à venir. Entretien.

Comment s'est passée cette intersaison avec une enveloppe recrutement à la baisse suite au départ d'une partie de l'ancien staff ?

Avec ce qu'il y a eu en fin de saison dernière, on savait que cela allait être compliqué de monter l'effectif. Mais je pense qu'on s'en est pas mal sorti. Ce n'est pas exactement ce que l'on avait prévu à la base. Il y a eu pas mal de changements et on a dû s'adapter. Mais globalement, on est assez satisfait du groupe qu'on a formé. C'est un groupe assez divers. Il y a des armes un peu partout. Ça va nous permettre pas mal de combinaisons différentes dans les choix tactiques, en défense et en attaque. On a des bons joueurs. On a des mecs biens. On a du physique, du talent, des shooter. Il va y avoir un championnat relevé cette année. On voit ce que font les autres équipes. Il y a de très bons effectifs, même chez les "petits". Mais on est dans ce que l'on souhaitait faire. On a un potentiel. Il faut le faire fructifier.

Perdre William Howard nous a chamboulé un peu 

Certains émettent déjà des doutes concernant le 2e meneur ou le 2e ailier. Comprenez vous ces critiques ou estimez-vous qu'il faut de toute façon une hiérarchie et des joueurs avec un rôle bien précis ?

Il y a des rôles. Il faut de la complémentarité. Il faut pouvoir jouer sur des registres différents. Il y a aussi la limite des moyens. Si tout le monde faisait ce qu'il voulait, on serait en NBA. Ce n'est pas le cas. Avec ce que l'on avait, j'espère que l'on a fait les bons choix. Cela se confirmera ou pas après les premiers matches. On a privilégié certains postes. Les postes clés, je crois qu'on les a remplis. Perdre William Howard (l'ailier a signé en NBA) nous a chamboulé un peu. Mais on l'a remplacé avec deux très bons joueurs JFL (Invernizzi et Lang). On a longtemps parlé du cas Killian Hayes. On aurait aimé le faire. C'était une question de budget. Est-ce que c'était un choix judicieux de prendre des risques en prenant un joueur qui venait pour un an en sachant que normalement, il n'allait pas rester derrière ? On a privilégié la complémentarité avec notre meneur principal Semaj Christon et un très bon joueur, solide, en rotation (Ovidijus Varanauskas). Il n'a peut-être pas le nom le plus ronflant mais je pense qu'il va apporter ce dont on a besoin. 

Avez-vous prévu une enveloppe pour réajuster votre effectif en cas de besoin ?

Si on a besoin d'ajuster, on trouvera des solutions. En n'allant pas au bout de tout ce qui était prévu, ça nous laisse un peu de marge mais on espère ne pas devoir en arriver là. Je pense qu'on est solide. Gagner le titre, ce sera compliqué. On est toujours optimiste. En début de saison, on a raison de l'être. Mais on est lucide aussi. Sur le papier, nous sommes plutôt équilibrés. Mais on a qu'un seul véritable poste 3. Cela va demander certaines adaptations, des efforts de la part de certains joueurs pour sortir de leur zone de confort. Mais quoiqu’il arrive, si on ne sort pas de sa zone de confort, on ne progresse pas. Dans les grandes lignes, on est bien. 

Le secteur intérieur est costaud

Cette problématique du poste 3 concerne surtout Hugo Invernizzi, qui jouait plutôt poste 4 ces dernières années...

C'est sûr que pour lui, cela va être une adaptation. Mais ce poste 3, on va être obligé de le couvrir de différentes façons. Nicolas Lang peut aussi se décaler en 3. On peut aussi jouer "smallball" avec Vee Sanford. On a Mbala qui peut défendre sur plusieurs postes et on a Marcus Gyniard que l'on ne connait pas en France . C'est un joueur plutôt collectif et qui a quand même du talent et du physique. On a des solutions.  

Que pensez-vous du secteur intérieur ?

Le secteur intérieur est costaud. Il n'y a pas forcément un point de fixation qui va apporter 20 points par match, mais je trouve que c'est plutôt équilibré. Avec un Jerry Boutsiele qui a montré son potentiel l'année dernière. On souhaite qu'il concrétise. Il a tout le potentiel pour ça. Brian Conklin revient avec sa hargne et son leadership. On a Benoît Mbala qui va découvrir ce niveau mais qui a déjà montré ses aptitudes en Pro B et en sélection. Ce secteur intérieur est assez dense avec un Atoumane Diagne qui amène de l'envergure et la protection du panier. Et autour, on a des joueurs qui savent jouer au basket. Si on trouve l'alchimie et que le coach apporte le côté technique et tactique, on peut faire de bonnes choses.

J'espère que l'ASVEL sera ce moteur qui nous tire tous vers le haut

Que pensez-vous du groupe du Limoges CSP en Eurocup ? 

Il n'y a rien de facile. Le but dans la construction de l'équipe, c'est d'être dense défensivement. Même si sur la fin, il y a eu des ajustements qui ont un peu changé la donne. Je pense que l'on a une équipe qui sera peut-être plus adaptée à l'Europe qu'à la JeepELITE. Mais l'idée, c'est de pouvoir s'adapter pour pouvoir bien figurer face aux gros en France, et d'avoir un effectif qui puisse jouer l'Eurocup à fond. 

Avec son retour en Euroleague et son rapprochement avec l'Olympique Lyonnais, l'ASVEL fait aujourd'hui figure de locomotive pour le basket français. Comment voit-on cela en tant que concurrent ?

Je n'y vois que du positif ! Franchement, ce n'est pas de la langue de bois. Si on regarde l'Espagne, il y a eu pendant très longtemps le Real Madrid et le Barça. Autour, on espérait ramasser les miettes. Mais on voit que cela a poussé des équipes comme Valence ou Baskonia à monter. Ça impose une concurrence qui est saine. A nous de bien travailler et de se développer sur et en dehors du terrain. L'ASVEL sera confrontée à un programme terrible. Le programme est lourd pour tous les clubs engagés en Europe, mais c'est particulièrement vrai pour les clubs engagés en Euroleague. Je ne souhaite aucune difficulté à l'ASVEL, mais on a vu Gran Canaria en grande difficulté la saison dernière dans le championnat espagnol. Ce rythme là est terrible. Il faut avoir les reins solides. Personnellement, j'espère que l'ASVEL sera ce moteur qui nous tire tous vers le haut.