Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Limoges CSP : Jerome Randle :"Je ne suis pas en train de jouer mon basket"

jeudi 30 mars 2017 à 12:23 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

Avant le match du Limoges CSP à Dijon vendredi soir en ouverture de la 25e journée de Pro A, le nouveau meneur US Limougeaud Jerome Randle se confie sur la mauvaise passe que traverse sa nouvelle équipe. Il ne cache pas sa frustration et sa difficulté à trouver son rôle au sein du groupe.

Après un 1er match très convaincant sur le parquet de Gravelines, le meneur du Limoges CSP Jerome Randle a de plus en plus de mal à aider son équipe
Après un 1er match très convaincant sur le parquet de Gravelines, le meneur du Limoges CSP Jerome Randle a de plus en plus de mal à aider son équipe © Maxppp - Marc Demeure

Limoges, France

Après deux défaites de suite au Portel et à domicile face au Paris-Levallois, le Limoges CSP, 10e de Pro A, est en mauvaise posture dans la course aux playoffs. De quoi frustrer le nouveau meneur du club, Jerome Randle, convaincu de pouvoir apporter beaucoup plus à sa nouvelle équipe au moment d'aller défier Dijon vendredi soir en ouverture de la 25e journée de Pro A (20h30, en intégralité sur France Bleu Limousin). Interview

France Bleu Limousin : Comment vivez-vous cette mauvaise période ?

Jerome Randle : C’est très difficile. J’essaye de trouver mon rythme avec l'équipe. Je pense que c'est toujours compliqué quand tu arrives en fin de saison et que tu essayes d'amener du changement. J’essaye de trouver ma place sur le terrain et de connaitre tout le monde. Perdre ces deux derniers matchs, c'était très dur pour moi. Je déteste perdre.

Pouvez-vous jouer sur vos qualités ?

Non, je ne suis pas en train de jouer "mon basket". Vous savez, c'est différent entre l’Australie et le basket européen. Ici, il faut jouer dans les systèmes. Ce que je comprends, je ne suis pas en désaccord avec ça. Mais je ne suis pas libre de faire ce que je pense pouvoir faire. C’est la façon de faire en Europe. On doit juste trouver le moyen de libérer quelques gars. On a beaucoup de bons joueurs dans cette équipe. Ils peuvent faire beaucoup de choses sur le terrain. Mais on doit être mis en position de pouvoir faire plein de choses. Marquer 8 points dans un quart temps, ce n'est pas notre équipe. Je ne suis pas ici depuis longtemps mais j'ai bien vu qu'on l'on pouvait marquer plus que 8 points dans le dernier quart temps. Mais tout était très fermé, sans mouvement. On doit être meilleurs là-dessus.

Dans cette mauvaise période, faut-il travailler plus à l'image de cette séance de tirs qui vous vous imposez après l'entrainement (mercredi midi) ?

Il ne s’agit pas de travailler plus dur, mais plus intelligemment. Tu peux venir à la salle et courir et faire des choses comme ça. Mais cela ne va pas aider. Ce qui va aider, c'est de travailler plus intelligemment. Trouver le moyen d'avoir de bons placements, de mettre tout le monde en mouvement, de mettre le ballon en mouvement, de mettre les joueurs dans la bonne position pour qu'ils soient en réussite. Mais ça prend du temps. On a encore 10 matchs. Ce n'est pas terminé. Je sais que tout le monde panique maintenant mais on doit travailler plus intelligemment.

Je pense que je pourrais détruire la Pro A

On a parfois l'impression que vous recherchez davantage la passe décisive que faire jouer votre équipe. Vrai ou faux ?

Je pense que c'est faux. Ce que l'on me donne, je le prends. Je ne cache pas le ballon. Si une passe facile se présente, je la délivre. Parfois, les gars ne l'attrape pas si c'est une mauvaise passe. Tous les bons joueurs perdent des ballons. Ça arrive. Je ne balance pas la balle n'importe où. On doit trouver le moyen d'améliorer nos placements. Si le placement est meilleur, je trouverai les gars plus facilement

Quelle est votre première impression sur la Pro A ?

Si j'étais libre de faire ce que je sais faire, je pense que je pourrais "détruire" cette ligue. C’est mon opinion. Si on a besoin que je mette 20 points, je le ferai. Mais ce n'est pas ce dont l'équipe a besoin. Je veux juste trouver le moyen d'aider l'équipe à gagner. Tout le monde met beaucoup de pression parce que Joseph et moi sommes arrivés. Tout le monde se dit, « ils vont sauver la saison ». Mais ce n'est pas facile à faire ! Nous n'étions pas avec l'équipe. Cela prend du temps de trouver la bonne alchimie dans une équipe de basket. Tu ne peux pas mettre la pression à deux joueurs pour qu'ils changent tout. On doit trouver le moyen de s'aider les uns les autres en tant qu'équipe, ne pas paniquer et faire les choses ensemble.

À votre avis, tous les joueurs pensent-ils comme vous ?

Je ne sais pas. Je suis différent. Je déteste perdre. Désolé mais ça me tue, ça m'empêche de dormir. Je viens juste d'arriver. Je n'ai joué que quatre matchs. Mais je veux gagner. Je n'aime pas perdre. Ça m'énerve de ne pas jouer comme je suis supposé jouer. J’ai le sentiment de ne pas pouvoir faire ce dont on a réellement besoin. Et cela me frustre. Ça me frustre vraiment.

Je n'ai pas encore trouvé mon rôle

Quel est votre rôle dans cette équipe ? Cela doit être différent de l’Australie...

C’est différent parce qu'en Australie, j'étais libre. On me demandait de faire du "Jerome Randle". Faire des passes, marquer, faire du « run and gun ». L’entraineur me mettait en position de pouvoir créer pour mes coéquipiers. On savait ce dont on avait besoin pour gagner. Ici, on a déjà les joueurs pour faire ça. On peut faire la même chose. On doit juste bouger un peu plus. J’essaye de trouver mon rôle. Mais je ne l'ai pas encore trouvé.

Vous n'avez qu'une victoire de retard sur le Top 8 avec 10 matchs à jouer. Il reste du temps mais la dynamique n'est pas bonne. Que pensez-vous de cela ?

Ce n'est pas terminé. Comme je l'ai déjà dit, tout le monde panique maintenant parce qu’on a perdu les deux derniers matchs. Mais avec une ou deux victoires, on peut intégrer le top 8. On ne sait jamais. Cela dépend aussi des autres mais on doit juste jouer dur et faire en sorte de gagner. Le match le plus important, c'est le prochain. On ne doit pas penser au dernier match mais aller à Dijon et jouer dans un environnement hostile. Je sais qu'ils seront durs dans leur salle. On doit y aller en équipe et faire ce que l'on peut pour aider. Tout le monde veut le gagner. Personne n'aime perdre. Tout le monde est affecté par cette situation.

Comment voyez-vous le match à Dijon ?

Ça va être un combat de chiens. Je sais qu'ils vont être durs. Jouer à l'extérieur est toujours difficile. Mais on a besoin de ce match. Ce match est très important. On doit y aller et jouer dur.