Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Limoges CSP : pour Pierre Fargeaud, l'annonce du retour du public dans les salles est "un grand soulagement"

-
Par , France Bleu Limousin

L'annonce du retour progressif du public dans les salles comme Beaublanc est évidemment une bonne nouvelle pour le Limoges CSP qui compte bien en faire profiter au moins une fois chacun de ses abonnés et partenaires. Mais le directeur général Pierre Fargeaud reste prudent. Entretien.

Le directeur général du Limoges CSP fait le point sur le retour du public, le finances du club et revient sur le choix de la BCL
Le directeur général du Limoges CSP fait le point sur le retour du public, le finances du club et revient sur le choix de la BCL © Radio France - Jérôme Ostermann

C'est une nouvelle que les dirigeants du Limoges CSP n'attendait plus. Le retour progressif du public dans les salles à partir du 19 mai avec dans un 1er temps, une jauge de 800 personnes maximum. Et une jauge de 5 mille personnes à compter du 9 juin à condition de détenir le fameux passeport sanitaire. Un retour sous condition sur lequel revient le directeur général du club Pierre Fargeaud. Entretien.

Comment accueillez-vous cette nouvelle du retour progressif du public ?

C'est un grand soulagement ! Enfin revoir du public à Beaublanc. C'était même inespéré il y a encore 1 mois. Donc c'est forcément une excellente nouvelle. On sait que ce sera une jauge très limitée dans un 1er temps. Du même genre que la jauge que nous avions lors du dernier match en public face à Igokea. On espère quand même qu'il y aura une jauge beaucoup plus élargie pour notre dernier match à domicile contre Le Mans (15 juin). D'après les annonces, on pourrait peut-être avoir une jauge à 5 mille.

Que tout le monde puisse voir au moins un match à Beaublanc avant la fin de la saison

Mais il reste beaucoup d'incertitudes...

Oui, sur les détails et la façon dont on va devoir s'organiser, il reste beaucoup d'incertitudes. On sait qu'on est encore dans une situation sanitaire qui est compliquée. Il y a des critères qui n'ont pas été précisés. Il y a peut-être des critères de taux d'incidence qui vont faire varier la jauge en fonction des départements. On sait qu'aujourd'hui nous sommes dans un département de la Haute-Vienne qui est touché. Forcément, les mesures annoncées par le gouvernement seront peut-être un peu amendées par la préfecture. Nous allons soumettre nos protocoles sanitaires à la préfecture. Mais la nouvelle que l'on retient, c'est que l'on va pouvoir accueillir du public. Et notre objectif, c'est de pouvoir accueillir tous nos abonnés, nos groupes de supporters et nos partenaires au moins pour un match chacun. Que tout le monde puisse voir au moins un match à Beaublanc avant la fin de la saison. 

On attend les précisions qui devraient être données la semaine prochaine

Mais est-ce vraiment limpide sur l'exigence de tests PCR et/ou de vaccins que ce soit pour une jauge à 800 ou à 5 mille ?

Limpide non ! C'est pour cela qu'on va être prudent et attendre les textes. Ce qui semble ressortir, c'est que dans un 1er temps (pour jauge à 800), il n'y aura pas besoin de vérifier l'existence d'un passeport vaccinal ou d'un test. Mais ce sera soumis à des mesures drastiques en matière de distanciation physique. Cela vaudra pour tout le monde y compris les groupes de supporters. Il semblerait que dans un 2e temps, sur la possibilité d'accueillir 5 mille personnes, ce serait soumis à la vérification d'un passeport vaccinal. Cela soulève beaucoup de questions. Qui doit faire cette vérification ? Les organisateurs des compétitions sportives en l'occurrence le Limoges CSP ? Des autorités sanitaires ? D'un point de vue pratique, on sait que pour faire entrer 5 mille personnes à Beaublanc, il nous faut entre 1 heure et 1 heure et demie. Si on doit aussi vérifier les passeports vaccinaux, ça risque de mettre beaucoup plus de temps. Il y a encore des questions pratiques qui se posent. On attend les précisions qui devraient être données la semaine prochaine. 

Economiquement, ça ne changera pas la face de la saison

Si symboliquement, cette mesure est importante, cela ne sera pas de nature à réaliser un rattrapage économique.

Absolument pas. L'important, c'est la symbolique. De se dire que tout le monde pourra voir au moins un match à Beaublanc avant la fin du championnat. Il nous reste 5 matches à Beaublanc donc ça laisse cette possibilité là. C'est ce que tout le monde attend. Cette impatience, on là sent depuis des mois et des mois et nous aussi on en a marre de n'entendre que les crissements des chaussures sur le parquet. Je pense que les joueurs aussi n'attendent que ça. Economiquement, ça ne changera pas la face de la saison qui aura des conséquences financières dont on a déjà parlé. Et sur la question des remboursements, on reste sur la même ligne de conduite. On fera le point en fin de saison. S'il le faut, il y aura remboursement ou compensation.  

J'espère qu'on a passé le plus dur 

Il y a quelque semaines a été annoncé un renforment de l'enveloppe destinée à compenser les pertes en billetterie pour tous les clubs. Est-ce de nature à vous rassurer ?

Oui, c'est une annonce très positive. Bien sûr que les pertes sont toujours supérieures aux aides mais on a quand même eu des aides qui sont arrivées au fur et à mesure de l'année et qui nous permettent de soutenir l'activité du club. C'est pour ça qu'on est toujours là. Il y a eu l'exonération de la part patronale des charges sociales qui a continué toute l'année. Le fond de solidarité qui existe depuis novembre. Et ce fond plus spécifique qui est le fond billetterie. Il y a eu un 1er fond billetterie versé sur l'année 2020. Une somme assez conséquente qui est venue compenser 55% des pertes de billetterie. C'est quand même non négligeable. Et ce qui a été annoncé très récemment, c'est qu'il y aurai un second fond billetterie pour compenser les pertes sur l'année 2021. Des montants sont annoncés mais ils ne sont pas encore définitifs. Ce serait au même niveau voir même un petit peu plus. Mais ce n'est pas validé. Ce qui est validé, c'est le principe. C'est vraiment une bonne nouvelle pour nous car ça va nous permettre d'envisager avec moins d'inquiétude la fin de saison. Et il faut aussi penser à la saison prochaine. A priori, elle recommencera fin septembre. Ces aides vont nous permettre de passer ce cap. J'espère qu'on a passé le plus dur mais il reste des mois qui vont encore être difficiles. Peut-être que le retour à une jauge normale va quand même prendre du temps. Le retour à la normale risque d'être un peu long et va encore nécessiter des aides. 

Faire en sorte que l'on passe avec le moins de casse possible cette crise terrible

A vous de ne pas faire n'importe quoi avec ces aides...

C'est ce que l'on fait depuis deux ans. Etre prudent. Ne pas faire n'importe quoi. On continue dans cette optique là. D'être le plus prudent possible. De trouver le bon équilibre entre les exigences sportives et les besoins de résultat mais aussi une bonne gestion pour faire en sorte que l'on passe avec le moins de casse possible cette crise terrible qui nous frappe depuis 1 an. 

Limoges, c'est un club européen 

Dans cette optique, à quel point est-ce important d'aller en play-offs et d'ainsi assurer une place en coupe d'Europe via la Basketball Champions League ? 

C'est essentiel. Limoges, c'est un club européen. Cette année, c'était notre 25e campagne européenne depuis 1982. J'espère bien qu'on fera la 26e campagne européenne la saison prochaine. C'est important pour la réputation du club. Pour qu'il reste sur l'échiquier du basket européen. Et forcément, économiquement, l'économie du club est basée sur cette participation à la coupe d'Europe. On a les cartes en main pour remplir cet objectif et garder cette 8e place et bien sûr viser plus haut. Je ne dirais pas que c'est vital mais c'est important. Pour l'image du club, ses finances et la dynamique que l'on veut imprimer.  

La BCL, c'est un choix de stabilité 

Le Final 8 de la BCL ne fait clairement pas rêver cette saison. Pas de regret d'avoir choisi cette compétition plutôt que l'Eurocup ?

Non, il n'y a pas de regret. Il y a l'Euroleague qui est une très belle compétition de part son niveau et l'Eurocup qui est son anti chambre. Mais la BCL s'est donnée les moyens de ses prétentions. On voit que son niveau a quand même augmenté cette année. J'espère que cela va continuer à être le cas. Il n'y a aucun regret. C'est un choix de stabilité. Dans des périodes troubles comme celle-là, on a besoin d'un cap et de savoir où on va. Quand il y a trop de mouvements, trop d'incertitudes, ça peut faire peur aux investisseurs, aux actionnaires et aux partenaires. On a joué la carte de la stabilité depuis que nous sommes arrivés à la gouvernance. Le choix de la BCL en fait partie avec la possibilité d'avoir une place garantie pendant 3 ans si on termine chaque année dans les 8 premiers du championnat. C'est dans la continuité de ce que l'on a voulu mettre en place. On assume ce choix là. Ce qui est important si on termine dans les 8 et qu'on y participe, c'est qu'on y figure mieux la saison prochaine. Et peut-être que dans ce cas là, le dernier carré fera plus rêver.       

Choix de la station

À venir dansDanssecondess