Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley DOSSIER : La saison 2018 - 2019 des handballeuses de Metz Handball

Metz Handball : du changement pour la saison 2018-2019

lundi 27 août 2018 à 10:32 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord

C'est l'heure de la reprise pour Metz Handball. Les Dragonnes débutent le championnat ce mercredi avec la réception de Toulon. Mais à l'intersaison, il y a eu du mouvement : plusieurs joueuses d'importance sont parties, d'autres sont arrivées. France Bleu vous propose une revue d'effectif.

Couronnée avec les autres Messines à la fin de la saison passée, Ana Gros a quitté le club à l'intersaison.
Couronnée avec les autres Messines à la fin de la saison passée, Ana Gros a quitté le club à l'intersaison. © Maxppp - Anthony Picoré

Metz, France

On les avait quittées le 26 mai dernier au soir, auréolées d'un 22è titre de championnes de France. Retour à la compétition, ce mercredi, pour les handballeuses messines. Elles accueillent Toulon à 20h30, en ouverture du championnat de France.

Mais la particularité, cette année, c'est que l'équipe a beaucoup changé. En tout cas plusieurs joueuses d'importance sont parties. Dont évidemment Ana Gros, l'arrière, la gâchette slovène. Elle a rejoint les rangs de notre meilleur ennemi, Brest. Mais ce n'est pas la seule a être partie : la pivot Laurisa Landre est désormais Toulonnaise, tout comme la jeune Marie-Hélène Sajka. Et la gardienne, Marina Rajcic, est rentrée chez elle, au Montenegro.

Deux Bleues, une Croate et une Polonaise

"On devrait retrouver une ossature sensiblement identique malgré tout à celle de la saison passée, précise toutefois l'entraîneur messin, Manu Mayonnade. Il y a un projet de jeu qui a été fidèle à celui qu'on avait la saison passée à 70 %. On l'a renouvelé un tout petit peu au regard des nouvelles sensibilités et des nouvelles compétences des joueuses."

Les joueuses en question, c'est Ivana Kapitanovic dans les buts, Aleksandra Zych à l'arrière, tout comme Gnonsiane Niombla, l'internationale tricolore. Autre Bleue à rejoindre Metz, Astride N'Gouan, en provenance de Brest. Cette dernière reconnaît que ce n'est pas simple d'arriver dans un groupe comme Metz.

Il faut travailler plus que les autres dans un premier temps.

"Ça fait longtemps qu'elles jouent déjà ensemble donc dans le projet il faut trouver sa place. En fonction de ça, quand je vais trouver ma place, là je pourrai développer un peu plus mes qualités ou trouver les petites clés que je pourrai apporter."

Mais le regard, c'est évidemment à l'arrière droit qu'il se portera, ce mercredi. Comment les Messines vont-elles parvenir à faire oublier Ana Gros, et sa moyenne de 7 buts par match ? "Je trouve que tout le monde en fait des caisses et des caisses, coupe d'emblée la capitaine Grâce Zaadi. Parce que c'est bien beau, oui, Ana c'est vrai que c'est devenu une belle joueuse. Mais ça ne me fait pas peur. Je pense en revanche que l'équipe va se construire autrement, parce que c'est vrai qu'elle avait une certaine place."

Le plus dur, ce sera évidemment de retrouver des automatismes avec celle qui remplace en nombre la Slovène, à savoir la Polonaise Aleksandra Zych. Ce que confirme Grâce Zaadi : "il ne faut pas oublier que Xenia (Smits, l'autre arrière, NDLR), Ana et moi ça devait faire peut-être 3 ans qu'on évoluait ensemble donc il y avait beaucoup d'automatismes qui étaient déjà installés. Maintenant voilà, c'est une nouvelle joueuse qu'il faut intégrer. On va travailler et on va essayer de développer une belle affinité sur le terrain."

Un budget en hausse

"Aleksandra aura besoin d'un tout petit peu plus de temps, abonde l'entraîneur. Il n'y a qu'à le voir sur des séances d'entraînement : effectivement on prend beaucoup de temps aujourd'hui pour se faire entendre. La barrière de la langue n'est jamais simple à dompter."

Avec un budget en hausse de 200.000 euros par rapport à l'an passé, Metz veut en tout cas continuer de dominer le handball féminin. Les objectifs n'ont pas encore été définis par le président, mais le standing du club incite évidemment aux ambitions. Dans un championnat qui s'annonce encore plus relevé. De l'avis général, Brest et Nantes en sont les deux autres grosses écuries.