Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley DOSSIER : La saison 2018 - 2019 des handballeuses de Metz Handball

Metz Handball : "Un engouement comme jamais"

jeudi 11 avril 2019 à 18:21 Par Clément Lhuillier et Antoine Barège, France Bleu Lorraine Nord

A la veille d'un rendez-vous historique en 1/4 de finale de la Ligue des Champions entre Metz Handball et Bucarest, le président messin Thierry Weizman se confie sur ses espoirs et sur l'organisation d'un match hors norme.

Thierry Weizman, président de Metz Handball
Thierry Weizman, président de Metz Handball © Maxppp - Alexandre MARCHI.

Metz, France

Metz Handball est à la veille d'un des matchs les plus importants de son histoire. Samedi à 20h, les Dragonnes accueilleront Bucarest en 1/4 de finale retour de la Ligue des Champions. A l'aller en Roumanie, les Messines l'avaient emporté 31 à 26. Ces cinq petits buts d'avance constituent un espoir immense pour le club mosellan comme pour le handball féminin français :  jamais un club de l'hexagone n'a atteint le Final Four de cette compétition. Et contrairement à leurs précédents échecs à ce niveau, les joueuses du président Thierry Weizman peuvent sérieusement envisager la qualification. 

Thierry Weizman, c'est un événement autant pour la ville que pour le club ? 

Bien sur, et même pour le handball et pour le sport français. Y a un engouement comme jamais. On a dépassé ce qu'on avait vécu en 2013 pour la finale de la coupe EHF. La Ligue des Champions c'est un événement encore au dessus, en terme de demandes de places, et de médiatisation. Je suis extrêmement sollicité par des médias nationaux et non plus seulement de la presse locale. Et j'ai des messages qui arrivent de diverses personnalités du monde du sport, économique... C'est extraordinaire ! 

Les Arènes seront pleines ? 

Ce sera beaucoup plus que plein. Accueillir plus de 5.000 personnes, avoir la ministre des Sports, ça génère des contraintes en matière de sécurité supérieures à d'autres matchs mais on assume tout ça avec le plus grand plaisir. On va devoir mettre plusieurs guichets en place, avec de la sécurité en plus. C'est une organisation comme on en a jamais eu en 30 ans à Metz Handball, jamais. 

Pourtant, il ne faut pas s'enflammer...

Y a deux mi-temps d'une heure, on a gagné la première. On sait que dans le sport tout peut arriver : on peut être dans un mauvais jour, avoir des décisions contraires, Bucarest peut aussi être dans un jour fantastique où tout lui réussi. Le public l'a bien compris puisqu'il vient en masse en dépit de cette très très courte victoire à l'extérieur. Ça signifie que tout est encore possible par rapport à l'année dernière où on avait pris une volée à l'aller. C'est pour rentrer dans le Top 4 des meilleures équipes du monde, y a un enjeu considérable, et j'espère qu'on va se hisser à la hauteur.

Pour vous, personnellement, c'est l'aboutissement du travail fourni ?

Pas seulement pour moi, mais aussi pour les bénévoles qui donnent beaucoup de temps par passion et quand l'issue est favorable, c'est le salaire des bénévoles. C'est parce qu'on rêve de ce genre de moments qu'on travaille dès années et dès années pour y arriver. Mais j'ai aussi une pensée pour les joueuses, l’entraîneur, nos partenaires, les collectivités qui nous suivent. Et on est tous très contents de l'aborder, et peut être d'aller encore plus loin. 

Ce 1/4 de finale de retour de la Ligue des Champions entre Metz et Bucarest, vous le vivrez en direct sur France Bleu Lorraine avec Clément Lhuillier, Cédric Lang-Roth et Arthur Blanc.