Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Mondial de handball : les clubs limousins déçus du peu d'engouement suscité chez les jeunes handballeurs

vendredi 25 janvier 2019 à 5:04 Par Adèle Bossard, France Bleu Limousin

Rares sont les jeunes handballeurs qui connaissent et suivent l'équipe de France pendant ce mondial de handball. "C'est frustrant parce qu’au niveau national, on ne peut pas faire mieux", déplore leur entraîneur.

Au gymnase de Buxerolles à Limoges.
Au gymnase de Buxerolles à Limoges. © Radio France - Adèle Bossard

Limoges, France

L'équipe de France de handball est aux portes d'une nouvelle finale mondiale ! Les Bleus, doubles tenants du titre, disputent ce vendredi soir leur 9ème demi-finale mondiale en 10 éditions depuis 2001. La France excelle en handball, chez les hommes mais aussi chez les femmes puisqu'elles ont ont remporté le championnat d'Europe, à domicile, le mois dernier.

Et pourtant, les clubs de handball limousins ne constatent pas l'engouement espéré chez les jeunes, notamment à l'ASPTT Handball de Limoges. Dans l'équipe des moins de 11 ans qui s'entraîne ce mercredi après-midi par exemple, rares sont ceux qui connaissent vraiment les joueurs de l'équipe de France, et la plupart citent Nikola Karabatic ou "le gardien" de l'équipe.

Une partie de l'équipe des moins de 11 ans de l'ASPTT Handball de Limoges. - Aucun(e)
Une partie de l'équipe des moins de 11 ans de l'ASPTT Handball de Limoges. - DR - Julien Noury

Il a quand même, c'est vrai, quelques mordus qui suivent Karabatic et ses coéquipiers pour qui c'est une source de motivation. "Parce que j'ai hâte de devenir comme eux et je veux être aussi fort qu'eux", assure Nathanaël, 9 ans. "J'aime bien les regarder mais j'aime bien jouer aussi. _Quand je regarde, j'ai envie d'y jouer, et je m'en inspire aussi_", poursuit Martin, handball depuis ses quatre ans et qui regarde les matchs "dès qu'il peut".

"C'est un des ratés de la fédération, les gosses sont à peine au courant"            
- Jean-Noël, de l'ASPTT Handball

Ce serait tout l'intérêt, estime Jean-Noël, de l'ASPTT Handball, de médiatiser davantage l'excellence française : "Il n'y a pas que le fait de répéter des gestes. C'est aussi regarder, voir, s'identifier. Et ils font parfois des gestes que même nous ne pensions pas qu'ils seraient capables de faire. Justement, je pense que c'est un des ratés de la fédération. Les gosses sont à peine au courant parce que leur communication n'est pas assez élaborée".

L'euro de handball féminin, qui s'est tenu en France en décembre, annoncé sur les murs du gymnase. - Radio France
L'euro de handball féminin, qui s'est tenu en France en décembre, annoncé sur les murs du gymnase. © Radio France - Adèle Bossard

Frustrant quand les équipes nationales, féminine comme masculine, enchaînent les titres, reconnaît l'entraîneur, Julien Noury : "Oui, c'est frustrant parce qu’au niveau national, on ne peut pas faire mieux. J'essaie de leur dire quand ça passe sur des chaînes comme TMC car tout le monde n'a pas le câble. On en parle, on met les affiches dans le gymnase mais je n'ai pas l'impression que ça suffit encore en fait". Certains enfants, en tout cas, nous assurent qu'ils vont demander à leurs parents la permission de regarder la finale, dimanche... si la France se qualifie. L'ASPTT Handball, de son côté, va organiser un déplacement en Dordogne pour suivre depuis les tribunes le match de l'équipe de France féminine de handball le 24 mars prochain au Palio de Boulazac.