Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'OLB : faire le plein à la maison face au Paris Levallois

-
Par , France Bleu Orléans
Orléans, France

Après une nouvelle courte défaite frustrante face à Nanterre (92-86) il y a 10 jours, Orléans retrouve, ce mardi soir (20h), son Palais des Sports face à l'autre équipe francilienne. Le Paris Levallois est l'une des équipes en grande forme du moment, 6e, à seulement 1 victoire du podium.

Les joueurs orléanais à l'entrainement ce vendredi, l'un des derniers avant la réception du Paris Levallois
Les joueurs orléanais à l'entrainement ce vendredi, l'un des derniers avant la réception du Paris Levallois © Radio France - Benjamin Glaise

C'est vraisemblablement privé de son meneur Antoine Eïto, que l'OLB s'apprête à recevoir le Paris Levallois pour le compte de la 29e journée de Pro A. L'intérieur monténégrin, Nemanja Milosevic, victime d'une entorse à la cheville devrait lui tenir sa place. Signes que le spectre des blessures qui a tant secoué Orléans n'a pas complètement disparu comme le précise le coach Thomas Drouot : "On a plein de petits pépins. Certains joueurs ont loupé les entraînements mais il n'y en a pas que 2, il y en a 4 ou 5 sur de petites blessures. On espère juste que tout le monde pourra tenir sa place lors des matches et on essaie de trouver le juste milieu entre s'entraîner pour progresser en tant qu'équipe et ne pas trop en faire pour ne pas puiser dans les organismes." Blessé au pied gauche, Antoine Eïto a raté pas mal d’entraînements et hier (vendredi), après une longue discussion avec son entraîneur, il semblait résigné à l'idée de devoir faire une croix sur le match du Paris Levallois, la douleur étant trop vive à froid. En revanche, il n'avait pas l'air d'être inquiet pour le déplacement capital à Châlons-Reims (le mardi 2 mai).

Antoine Eïto (de dos à droite) en pleine discussion avec son coach Thomas Drouot au sujet de ses douleurs au pied.
Antoine Eïto (de dos à droite) en pleine discussion avec son coach Thomas Drouot au sujet de ses douleurs au pied. © Radio France - Benjamin Glaise

Altercation entre Verdell Jones et Thomas Drouot

On n'avait plus eu de nouvelles de Verdell Jones depuis sa mise à pied par le club le 4 avril dernier pour des problèmes de comportement. Pour le moment, le club n'a pas communiqué sur une éventuelle sanction ou licenciement de l'arrière américain arrivé en cours de saison. Mais il s'avère que le joueur a été mis à pied à la suite d'une altercation virulente avec son ex-coach Thomas Drouot à l'issue de la défaite au Portel (85 à 63 le 31 mars dernier). Verdell Jones (plus de 22 minutes de moyenne lors de ses 13 premiers matches à l'OLB) n'y avait joué que 6 minutes (0 point à 0/2 au tir et -2 d'évaluation), son plus petit temps de jeu depuis son arrivée début décembre dans le Loiret. L'arrière était sans doute frustré par la baisse de son temps de jeu et son rendement au Portel, ce qui explique peut-être son débordement portelois.

"Si je dois partir, ce ne sera pas parce que je ne veux pas jouer en Pro B" Kyle McAlarney (capitaine de l'OLB)

J’ai signé pour 2 ans et j’honorerai mon contrat. - Kyle McAlarney (capitaine de l'équipe)

Kyle McAlarney (n°6) veut rester à Orléans
Kyle McAlarney (n°6) veut rester à Orléans © Radio France - Benjamin Glaise

Au club depuis l'été 2013, Kyle McAlarney avait signé en mai dernier pour 2 saisons supplémentaires, soit jusqu'à l'été 2018. Quid d'une relégation en Pro B à la mi-mai ? Kyle McAlarney reconnaît qu'il est difficile de ne pas y penser même s'il veut garder toute son énergie pour sauver le club : "Pour être honnête, bien sûr que j’y pense. Ce serait mentir que de dire que ce n’est pas dans un coin de ma tête. J’ai signé dans ce club pour 2 ans. Il n’y a rien dans mon contrat qui évoque une éventuelle descente en Pro B. En tout cas, si l’on descend je ne quitterai pas le club parce que c’est la Pro B. Si le club veut que je parte, ok... Que ce soit pour l’argent ou autre chose. Mais je ne partirai pas à cause de la Pro B. J’ai signé pour 2 ans et j’honorerai mon contrat. Vous savez on ne peut pas ignorer le fait que nous sommes aussi responsable de la situation dans laquelle nous sommes. Donc si je dois partir ce ne sera pas parce que je ne veux pas jouer en Pro B. Si je dois partir c’est parce qu’avec le club, nous ne serons pas parvenu à un accord. Néanmoins, pour moi, sous couvert des discussions avec le club, je serai ici l’an prochain. Mais bon je pense que pour le moment l’objectif principal et exclusif, pour le club, et pour moi c’est de rester en Pro A. Si l'on y arrive, la question de rester ou non ne se posera plus." Le message est clair, Pro B ou Pro A, le capitaine veut rester au club, si ce dernier arrive à se mettre d'accord avec lui.

"La clé de leur jeu c’est Jason Rich. Pour moi c’est le meilleur arrière du championnat" note le capitaine Kyle McAlarney

Je voulais juste rentrer à la maison, [...] c'est une saison difficile pour moi, mentalement - le capitaine de l'OLB, Kyle McAlarney

L'intérieur monténégrin, Nemanja Milosevic, se lance le défi à l'entraînement de scorer loin derrière la ligne à 3 points, et il n'est pas maladroit pour son poste !
L'intérieur monténégrin, Nemanja Milosevic, se lance le défi à l'entraînement de scorer loin derrière la ligne à 3 points, et il n'est pas maladroit pour son poste ! © Radio France - Benjamin Glaise

Sur le terrain, après avoir perdu de peu contre des gros (l'ASVEL, Le Mans, Monaco et Nanterre), l'OLB a mal à son mental. Perdre de si peu face à ce genre d'équipes commence risque de peser sur le moral des troupes qui doivent donc gagner pour relancer la dynamique, celle des victoires contre Nancy et Cholet... Et aller de l'avant après une nouvelle défaite frustrante contre Nanterre. Une soirée qui avait été compliquée pour Kyle McAlarney (7 points en 23 minutes). Le capitaine de l'OLB avait quitté le Palais des Sports sans un mot pour les supporters, un attitude qui n'est pas dans ses habitudes mais qui traduisait bien la frustration du joueur : "Si un supporter était venu me parler, j’aurai discuté avec lui, j’aurai signé des autographes et pris des photos . Ce n’était pas contre eux. Je voulais juste rentrer à la maison et être loin du Palais des Sports car comme je l’ai déjà dit, cette saison est difficile pour moi mentalement. Tous les joueurs de l’OLB sont pour le moment des joueurs de Pro B parce que nous sommes actuellement dans les derniers. C’est ma quatrième année ici. J’aime ce club, c’est ma vie. Et ne pas gagner de match comme ça alors qu’il y a du talent dans cette équipe… C’est difficile. Vraiment, je ne veux pas voir cette équipe descendre en Pro B." Dans cette situation, gagner contre le Paris Levallois devient capital.

"Que le coach ait fait un discours en hurlant dans les vestiaires avant le match, ou pas, je ne suis pas sûr que ce soit ça l'élément majeur de la victoire d'une équipe" Thomas Drouot sur l'intimité du vestiaire.

L'entraîneur Thomas Drouot (à droite) et son assistant Stéphane Paty observent avec attention l'échauffement de leurs joueurs
L'entraîneur Thomas Drouot (à droite) et son assistant Stéphane Paty observent avec attention l'échauffement de leurs joueurs © Radio France - Benjamin Glaise

Il y a une vraie montée en puissance - Thomas Drouot à propos de son ancien club, le Paris Levallois

Une urgence que partage son coach Thomas Drouot, à 6 matches de la fin, même avec panache, l'OLB ne peut plus perdre de rencontres : "On est dans une situation où [l'argument]"ça ne passe pas loin" n'est plus suffisant. On est tellement prêt de la fin de saison que maintenant il faut concrétiser ça par des victoires pour essayer de sauver la place de l'OLB en pro A." Il faut sauver le soldat OLB, un soldat qui bouge encore et qui se porte mieux. Maintenant il va falloir, non seulement bien jouer, mais aussi gagner. Et comme le confirme l’entraîneur, ce sera encore un gros défi face à l'une des meilleures équipes du championnat : "Dès le début de saison, ils ont montré des bonnes choses mais ils ont été assez irréguliers avec des bonnes performances et des moins bonnes. Et là depuis un mois et demi - deux mois, il y a une vraie, vraie montée en puissance. De toute façon avec le calendrier qu'il nous reste, il va falloir gagner un ou deux matches face à des équipes qui vont aller faire les playoffs. Il faut donc commencer par Paris ce soir." A l'aller, l'OLB avait créé la surprise en s'imposant de peu à Levallois (53-51), aux Orléanais de réaliser un nouvel exploit pour tenter de sortir de la zone rouge avant un déplacement, on l'a déjà dit, très, très important à Reims le 2 mai.

OLB - Paris Levallois, match à vivre en direct et en intégralité ce mardi 25 avril dès 19h45 sur France Bleu Orléans avec en invité l'intérieur orléanais Kévin Dinal.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess