Basket – Handball – Volley

VIDEO : Saran a résisté mais a fini par tomber face au PSG (32-44)

Par Stéphane Barbereau, France Bleu Orléans jeudi 1 décembre 2016 à 0:02

Les Saranais à l'offensive dans la deuxième période face au PSG
Les Saranais à l'offensive dans la deuxième période face au PSG © Radio France - Stéphane Barbereau

Pas de surprise ce mercredi soir au Palais des Sports, la logique sportive a été respectée. Les handballeurs saranais, 11ème de la Starligue, ont été logiquement battus par leur leader invaincu du championnat depuis le début de la saison. Mais l'USM n'a pas à rougir.

Ils ont tenu le choc un peu plus d'une mi-temps. Les Saranais "n'ont pas à rougir" comme le soulignait après le match leur capitaine, Yann Gheisen :

On a un peu craqué sur le dernier quart d'heure physiquement, en plus avec nos blessés, on craque un peu et eux sont bien au-dessus. Mais d'autres équipes ont pris beaucoup plus que ça.

Il faut aussi préciser qu'en première mi-temps, le PSG a préservé ses meilleurs joueurs : les frères Karabatic et Luc Abalo ont joué une poignée de secondes, Thierry Omeyer et Mikkel Hansen ont regardé le match depuis le banc. Mais en seconde mi-temps, tout ce petit monde a bel et bien pris place sur le parquet permettant aux Parisiens de prendre le large. La star de cette équipe, Nikola Karabatic, reconnait s'être méfié des Saranais et de leur public :

On a vu Saran poser des problèmes à des équipes qui sont 3-4 points derrière nous. On savait qu'il y avait de la qualité ici. La salle est très belle, elle est comble, ça pousse et il n'y a pas beaucoup de clubs qui ont un public comme çà !

Si Saran a tenu le choc, c'est sûrement grâce au public qui a répondu présent jusqu'à la dernière seconde mais surtout grâce à une tactique mise en place dès le début de la rencontre. L'USM a beaucoup eu recours à la nouvelle règle dans le handball, en vigueur depuis les derniers JO de Rio, qui autorise une équipe à l'offensive à jouer à 7 contre 6 en utilisant son gardien. Une règle délicate puisqu'en cas de contre-attaque, la cage est vide, mais ce mercredi soir, elle a permis à Saran de coller au score selon Yann Gheysen : "On a vraiment réussi à les gêner en attaque sur le 7 contre 6. Il y a pas mal d'automatismes qui commencent à arriver puisque ça fait plusieurs matchs qu'on joue comme çà". L'autre bonne nouvelle de la soirée, c'est que les concurrents directs pour le maintien se sont également inclinés dans cette 10ème journée de 1ère division (Créteil, Dunkerque, Sélestat, seul Ivry a fait match nul). Saran reste donc à la 11ème place au classement avec 6 points.

Partager sur :