Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Sport professionnel : les clubs cherbourgeois sont-ils suffisamment accompagnés?

mardi 26 février 2019 à 15:50 Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin

En pointant du doigt la politique de la ville de Cherbourg-en-Cotentin en matière de soutien aux clubs professionnels, l'entraîneur de la JS Cherbourg handball Nicolas Tricon a jeté un pavé dans la mare. Le maire est venu défendre sa politique dans le KOP sur France bleu Cotentin.

En pleine ville, la situation de la salle Chantereyne est idéale, mais le bâtiment n'est plus en phase avec le sport professionnel moderne.
En pleine ville, la situation de la salle Chantereyne est idéale, mais le bâtiment n'est plus en phase avec le sport professionnel moderne. © Radio France - Anthony Raimbault

Le maire de Cherbourg-en-Cotentin, Benoît Arrivé, n'a pas vraiment goûté les reproches adressé par l'entraîneur du club de handball de Proligue. "Des critiques excessives et infondées aux vues du soutien financier de la collectivité pour les associations sportives", souligne Benoît Arrivé, avant d'ajouter "d'autres collectivités pourraient être montrées du doigt". 

Subvention stable dans un contexte délicat

Pour le maire de la commune nouvelle, Cherbourg-en-Cotentin a toujours été aux côtés des clubs fanions de la ville : le football, et désormais, le basket, et surtout, le handball. Et à la question comment se fait-il que la subvention accordée par la ville à la JS Cherbourg (307 000 euros), se situe environ 100 000 euros en dessous de la moyenne des subventions octroyées par les villes aux autres équipes du championnat de Proligue, la réponse du maire est en deux temps. "D'abord, il faut rappeler que la subvention ne diminue pas dans un contexte où les collectivités ont tendance à revoir leurs soutiens à la baisse. Ensuite, il faut aussi prendre en compte tous les services pris en charge par la ville et non facturés au club, à commencer par la mise à disposition gratuite du complexe Chantereyne pour les entraînements et les matchs, ainsi que le gardiennage de la salle". Selon le maire de Cherbourg-en-Cotentin, ce sont des services qui dans d'autres villes, sont payants pour les maires et amputent d'autant le niveau réel de la subvention consentie. 

Une Arena privée : une fausse bonne solution?

L'autre critique réapparue ces dernières semaines, concerne le projet de rénovation de l'espace Chantereyne. Ils sont plusieurs dans le monde sportif cherbourgeois à réclamer plus ou moins ouvertement la création d'un nouveau complexe sportif, sur le modèle d'une Arena évolutive, capable d'accueillir aussi bien les matchs de la JS Cherbourg ou de l'US la Glacerie, que des spectacles et autres concerts. Sur France Bleu Cotentin, Benoît Arrivé a fait part de sa méfiance vis à vis de ce modèle économique. _"_Ce sont des salles à 20 - 25 millions d'euros, construites par un prestataire privé. Il faut avoir en tête le montant du loyer réclamé par l'investisseur : environ 4 à 500 000 euros! Qui va payer? Les clubs auront-ils les moyens d'assumer cette charge?" Et le maire de rappeler les déconvenues dans certaines villes lorsqu'un club pensionnaire d'une telle salle est relégué à un niveau inférieur. 

La rénovation de Chantereyne nécessaire

Le projet qui tient la corde reste donc aujourd'hui la rénovation de la salle Chantereyne. "D'abord en raison de notre attachement à cet équipement en plein centre-ville", souligne le maire, "mais aussi pour l'accueil des scolaires". Deux arguments qui ne répondent pas aux attentes des responsables de clubs professionnels. Pour Stéphane Grout, directeur sportif de la JS Cherbourg handball, "un club comme le notre a besoin d'un équipement moderne permettant de valoriser les prestations proposées aux partenaires et ainsi de faire rentrer plus d'argent". C'est notamment la possibilité de disposer de salons privés modernes, de buvettes adaptées pour faciliter le travail des bénévoles... Si le maire de Cherbourg-en-Cotentin garantit de nouveaux standards en matière d'accueil du public et des partenaires via la rénovation du site, Stéphane Grout, malgré son attachement à la salle estime que "Chantereyne est un modèle dépassé"

Et puis il reste une question fondamentale pour la JS Cherbourg handball. Dans le cadre d'une rénovation, le site serait indisponible durant au moins une saison. Et que fera le club pendant ce temps? Où pourra-t-il jouer? Certains évoquent un aménagement temporaire dans le complexe Jean Jaurès d'Equeurdreville. Le maire de Cherbourg-en-Cotentin n'a pas apporté de précisions sur ce sujet. 

Et la communauté d'agglo dans tout cela?

Pour la première fois cette année, la Communauté d'agglomération du Cotentin a accordé une subvention à hauteur de 30 000 euros à la JS Cherbourg. Mais au delà de cet engagement financier, la CAC peut avoir un rôle à jouer sur la question de la création d'une salle adaptée aux besoins des clubs professionnels. L'agglomération sous l'impulsion de son président Jean-Louis Valentin, compte d'ailleurs lancer une concertation pour déterminer quel est l'équipement structurant essentiel qui manque aujourd'hui à l'échelle du territoire du Cotentin. De l'issue de cette consultation pourrait dépendre la réalisation d'une nouvelle salle. 

Jean-Louis Valentin, président de la CA Cotentin