Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vers une saison blanche pour le sport amateur qui est toujours à l'arrêt

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

Si certains sports professionnels ont le droit de poursuivre leurs championnats respectifs, le sport amateur est en revanche à l'arrêt complet en terme de compétitions. Entre les matchs à huis-clos et l'absence de recettes, de nombreux dirigeants ne souhaitent pas reprendre.

François Ménival, l'entraîneur du Poinçonnet Basket souhaite repartir sur des bases saines et septembre mais il veut surtout éviter les matchs à huis-clos.
François Ménival, l'entraîneur du Poinçonnet Basket souhaite repartir sur des bases saines et septembre mais il veut surtout éviter les matchs à huis-clos. © Radio France - Sylvain ROGIE

La fameuse saison blanche se profile à l'horizon. Une saison blanche, c'est une saison sportive où il n'y a ni montées ni descentes. En clair vous restez dans votre division. Cela risque de se produire car plus les semaines passent et plus les restrictions sont nombreuses. Les dirigeants et les entraîneurs des clubs amateurs ou semi-professionnels de basket ont renvoyé tout le monde à la maison pour éviter une propagation du virus dans un lieu clos. Cela veut dire que le virus est toujours actif et qu'une éventuelle reprise de la compétition s'éloigne. 

Pas de public donc pas de recettes pour les clubs amateurs

François Ménival, l'entraîneur de l'équipe première du Poinçonnet basket NF1 ne souhaite pas reprendre dans les semaines à venir à huis-clos. "Sur le plan sanitaire, avec des tests PCR pour que les joueuses ne se contaminent pas, c'est envisageable. En revanche, ce qui m'effraie c'est de jouer sans public. Cela veut dire que vous êtes toujours privés de recettes mais que les salariés ne sont plus au chômage partiel et vous devez également assurer financièrement les déplacements. Ce qui est pour le moment pratiquement impossible", explique-t-il à France Bleu Berry.

Le Football Club de Déols, qui compte 360 licenciés répartis en 18 équipes, évolue pour la première fois de son histoire en championnat de France (N3). Ce sport de plein air n'a pas les mêmes contraintes que le basket-ball. Mais plus ça va et plus la motivation des seniors s'étiole. "Les jeunes prennent encore du plaisir mais les seniors de moins en moins parce que il y a un protocole pour pouvoir s'entraîner, ils doivent le faire sans contact. Et comme en plus il n'y a pas de perspective de reprise sur le court terme, c'est très compliqué", remarque le président délégué, François Gautron.

Les dirigeants des clubs amateurs ne souhaitent pas reprendre trop vite. Non seulement pour éviter les blessures mais surtout pour éviter une reprise et un nouvel arrêt peu de temps après à cause d'un hypothétique reconfinement. La solution, personne ne la connaît pour le moment. Mais il apparaît de plus en plus probable que l'on se dirige vers une saison blanche pour repartir sur des bases solides dès le mois de septembre 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess