Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Stéphane Grout : "Un mercato autour de 10-11 arrivées" à la JS Cherbourg

vendredi 1 juin 2018 à 12:46 Par Pierre Coquelin, France Bleu Cotentin

Mercato, préparation de la saison prochaine, "structuration" su club... Stéphane Grout, ancien directeur sportif de la JS Cherbourg, a repris du service pour "épauler" le président Vincent Férey.

Stéphane Groult, ancien directeur sportif, reprend du service aux côtés du président de la JS Cherbourg
Stéphane Groult, ancien directeur sportif, reprend du service aux côtés du président de la JS Cherbourg © Radio France - Pierre Coquelin

Cherbourg, France

Stéphane Grout, où en est-on du mercato de la JS Cherbourg en ce 1er juin ? Qui reste, qui part ? 

On a gardé le tryptique des deux ailiers (Williams Manebard et Youenn Cardinal) et le demi-centre (Romain Guillard). C'était très important. On garde aussi Ayhan Alexandre, qui s'est blessé : son contrat a été renouvelé d'un an. Là, on a recruté deux gardiens. Il faudra voir la complémentarité du binôme. Nicolas Bordier, gros joueur de club à Saran, très sérieux, qui remplace Bastien Khermouche au poste de pivot. Et puis aussi un arrière-droit, Marko Curcic (un Croate de 26 ans), qui arrive du championnat de D3 allemande. Il va amener beaucoup d'explosivité. On continue à travailler sur le 2e poste d'arrière-droit et deux postes d'arrière-gauche. Et pourquoi pas doublonner les ailes, et puis surtout encore recruter deux pivots. L'entraîneur Nicolas Tricon cherche surtout à structurer défensivement. 

Parmi les premières recrues, trois viennent de l'étranger. Pourquoi ces choix ? 

Sur les postes de gardiens de but, on avait du mal à trouver des Français. On n'a pas réussi à garder Jordy Jacoby : des négociations ont eu lieu, et puis Jordy a préféré partir à Caen. On lui souhaite bon vent. Sur le poste d'arrière droit, pareil : très compliqué de recruter un Français, surtout dans nos prix. En Europe, il y a des joueurs qui ont envie d'avoir une exposition en France. Regardez Curcic. C'est un superbe pari, il a des qualités. 

Jusqu'à mi-juin, on espère valider tous les recrutements

Comment on attire les joueurs dans cette presqu'île ? 

Nicolas Tricon a un énorme réseau. Il nous a ouvert un panel énorme. On serait allé chercher un jeune en centre de formation, ça aurait été un pari aussi. Il faut un équilibre. On ne peut pas mettre que des jeunes Français, car le niveau de la Proligue est très dur, très homogène. Le niveau augmente de saison en saison. Il faut qu'on fasse des coups, et espérer que ça marche. Les étrangers nous proposaient des rapports qualités/prix très intéressants. Par rapport à la saison dernière, on pense qu'il n'y aura qu'un étranger de plus. 

L'été va ressembler à quoi à la JS Cherbourg ?

Jusqu'à mi-juin, on espère valider tous les recrutements. Les bénévoles vont travailler aussi sur les hébergements. Il faut continuer à se structurer. Il y a des gens qui arrivent dans le bureau directeur. L'entraîneur est en train de travailler sa préparation. La reprise est prévue fin juillet, avec des stages. Peut-être pas des matchs à Cherbourg. On va attendre de voir. Il y a un énorme chantier qui s'est mis en place, et il est en train de se structurer. On est très optimiste. 

L'objectif du club sera entre la 8e et la 12e place de Proligue

Le mercato n'est pas terminé ? 

Non, on attend 10-11 arrivées au total. On sera sensiblement sur le même effectif que la saison dernière : 21 personnes ont joué en Proligue en 2017-2018, dont un noyau de 16-17 personnes. Là, on espère faire jouer 16 à 18 joueurs. 

Pour quel objectif ? 

On attend de finaliser le recrutement. Il sera forcément entre la 8e et la 12e place. Après, on verra car c'est un championnat très homogène : on s'aperçoit que dans cette Proligue, on peut jouer la 5e place ou descendre.En sachant qu'en étant premier du ventre mou, on peut jouer les playoffs.