Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Strasbourg perd la finale de Pro A de basket face à Chalon-sur-Saône, cinquième défaite consécutive pour la SIG

Chalon-sur-Saône, France

Battus 74 à 65 ce vendredi soir à Chalon-sur-Saône, les basketteurs strasbourgeois laissent échapper pour la cinquième fois consécutive le titre de champion de France de Pro A. Ils perdent cette finale au bout du suspense, trois manches à deux.

 Frank Ntilikina lors de l'épilogue de la finale de ProA de basket opposant l'Elan Chalon à la Sig Strasbourg à Chalon sur Saône, le 23 juin 2017.
Frank Ntilikina lors de l'épilogue de la finale de ProA de basket opposant l'Elan Chalon à la Sig Strasbourg à Chalon sur Saône, le 23 juin 2017. © Maxppp -

Décidément, la SIG n'y arrive pas. Pour la cinquième fois de suite, le club de basket strasbourgeois bute sur la dernière marche vers le titre de champion de France. Après Nanterre en 2013, Limoges en 2014 et 2015, et Villeurbanne en 2016, c'est donc Chalon-sur-Saône qui a ruiné les espoirs de titre alsaciens en battant le SIG 74 à 65 ce vendredi soir à domicile dans une ambiance survoltée. La présence du meneur de jeu, Frank Ntilikina, à peine revenu de New York après une draft historique, n'y aura rien fait.

L'an passé déjà face à l'ASVEL, la SIG avait perdu la finale au terme du cinquième match décisif. Le club strasbourgeois est donc de plus en plus le Poulidor du basket français. Pour autant, cette cinquième désillusion consécutive n'est peut-être pas aussi douloureuse que les précédentes. Entre 2013 et 2016, la SIG a abordé les finales en tant que favori, en ayant le plus souvent dominé largement la saison régulière. Cette fois-ci, le scénario a été très différent. Le chemin vers la finale n'a jamais été aussi tortueux.

Equipe talentueuse, mais inconstante

L'équipe strasbourgeoise était relégable quand l'entraîneur Vincent Collet est revenu sur le banc de touche fin octobre 2016. Talentueuse mais beaucoup plus inconstante que ses devancières, elle était au bord de l'élimination en quarts de finale des play-offs face à Pau et surtout en demi-finale face à l'ASVEL, où elle a été menée deux manches à zéro.

Cette cinquième défaite consécutive en finale reste tout de même très amère. Les Strasbourgeois auraient pu décrocher le titre s'ils n'avaient pas laissé échapper de manière irrationnelle le match 3 au Rhénus. Ils menaient de dix points points à quatre minutes de la fin et s'étaient inclinés sur un shoot improbable à la dernière seconde.

Collet jusqu'en 2020

L'été sera donc une nouvelle fois douloureux pour le président Martial Bellon et l'entraîneur Vincent Collet. Mais les deux hommes remettront l'ouvrage sur le métier car Vincent Collet est lié au club jusqu'en 2020.

Revivez la finale commentée par Luc Dréosto

Choix de la station

À venir dansDanssecondess