Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tests de grossesse au NAHB : six joueuses en désaccord avec la version du club signent une lettre ouverte

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Dans une lettre ouverte publiée, ce dimanche midi, plusieurs joueuses du Nantes Atlantique Handball ont tenu à exprimer leur désaccord avec la version officielle du club présentée, ce vendredi. Elles n'étaient pas "spécifiquement" informées que des tests de grossesse leur avaient été prescrits.

Le président, l’entraîneur ainsi que plusieurs joueuses du Nantes Atlantique Handball ont tenu une réunion, ce vendredi, pour affirmer que les tests de grossesses effectués n'avaient rien "d'illégal".
Le président, l’entraîneur ainsi que plusieurs joueuses du Nantes Atlantique Handball ont tenu une réunion, ce vendredi, pour affirmer que les tests de grossesses effectués n'avaient rien "d'illégal". © AFP - Loïc Venance

La polémique autour des tests de grossesse effectués sur des joueuses professionnelles du Nantes Atlantique Handball a pris un nouveau tournant, ce dimanche midi. Six joueuses du club ont signé une lettre ouverte sur le site de l'Association des joueuses et joueurs professionnels de handball pour expliquer le fait qu'elles n'avaient pas été "spécifiquement informées que les bilans biologiques" que les joueuses ont du réaliser au mois de mai comprenaient "un test de grossesse sanguin".

Deux versions s'opposent

Après avoir dévoilé que la moitié de l'équipe avait "délibérément refusé d’assister à la conférence de presse du club, par désaccord avec la version qui allait être exposée", certaines joueuses qui ont tenu à conserver leur anonymat ont donné leur version de l'histoire. "Nous, signataires de cette lettre ouverte, n’avons pas été spécifiquement informées que les bilans biologiques que nous sommes allées faire, comprenaient un test de grossesse sanguin. Ce n’est pas notre rôle de savoir si c’est illégal ou non, mais nous aurions simplement voulu être informées au préalable et avoir pu donner notre consentement."

Dans ce texte co-écrit par la moitié de l'effectif professionnel actuel, selon l'AJJPH, les handballeuses nantaises "dénoncent" cette pratique et souhaitent "qu’une prise de conscience s’effectue pour qu’aucune autre joueuse, pour qu’aucune autre femme n’ait à vivre ça de nouveau dans le cadre de son travail, qu’elle soit sportive ou non." Cette lettre intervient quelques heures après l’énigmatique message posté par Beatriz Escribano, visiblement pas très convaincue par les explications de sa direction. " Mieux vaut être vaincu en disant la vérité que triompher par le mensonge", peut-on notamment lire sur son compte Instagram

Ce vendredi, le président du Nantes Atlantique Handballavait expliqué devant un vingtaine de journalistes que "oui, des tests ont été effectués mais ils n'ont rien d'illégal, selon Arnaud Ponroy. Ils n'ont pas été effectués sans le consentement des joueuses." Cette version avait été confirmée par l'arrière droite du club, Camille Ayglon-Saurina. "On a eu une ordonnance qui nous le disait. [...] Il y a eu une volonté de la part du médecin d'être clair et rien n'a été fait de manière insidieuse."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu