Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les tests de grossesse au Nantes Atlantique Handball "n'ont rien d'illégal" pour le président et les joueuses

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Au lendemain de la publication d'un communiqué de l'Association des joueuses et joueurs professionnels de handball dénonçant des tests de grossesse réalisés sur ses joueuses, la direction et les joueuses du Nantes Atlantique Handball ont tenté de faire désenfler la polémique, ce vendredi.

Le président du Nantes Atlantique Handball, Arnaud Ponroy, l’entraîneur Allan Heine ainsi que les joueuses Camille Ayglon-Saurina et Léa Lignières se sont exprimés, ce vendredi.
Le président du Nantes Atlantique Handball, Arnaud Ponroy, l’entraîneur Allan Heine ainsi que les joueuses Camille Ayglon-Saurina et Léa Lignières se sont exprimés, ce vendredi. © Radio France - Florian Cazzola

Nantes, France

Le Nantes Atlantique Handball, dans la tourmente depuis les révélations de tests de grossesses pratiqués sur ses joueuses, n'aura pas tardé à sortir de son silence. Moins de 24 heures après la publication du communiqué de l'Association des joueuses et joueurs professionnels de handball, la direction du club nantais a réagi. Elle confirme l'existence de ces examens mais affirme que les handballeuses étaient informées et consentantes

"Le médecin a agi en son âme et conscience"

Dans une salle de presse archi-pleine dans laquelle se sont massés plus de 20 journalistes locaux mais aussi parisiens, le président du club, accompagné de l’entraîneur et d'une dizaine de joueuses, sont arrivés pour tenter d'éteindre l'incendie. "Oui, des tests ont été effectués mais ils n'ont rien d'illégal, lâche d'emblée Arnaud Ponroy, le président du Nantes Atlantique Handball. Ils n'ont pas été effectués sans le consentement des joueuses. [...] Le médecin a fait, selon moi, son boulot en son âme et conscience avec l'assentiment des joueuses."

Venue avec dans les mains un communiqué rédigé "en groupe", Camille Ayglon-Saurina a confirmé les propos de son président. "C'est la première fois que l'on a ce genre de tests, explique l'arrière droite. Ce test a été ajouté aux tests obligatoires qui doivent être faits en début de saison. On a eu une ordonnance qui nous le disait. [...] Il y a eu une volonté de la part du médecin [qui s'occupe du club depuis le début de la saison] d'être clair et rien n'a été fait de manière insidieuse."

Un problème de compréhension chez certaines ? 

Questionnée pour savoir si toutes les joueuses savaient ce que "le taux de l'hormone Béta HCG" prescrit sur l'ordonnance signifiait, la capitaine Léa Lignières concède qu'il y a peut-être eu "un problème de compréhension chez certaines", malgré la volonté du docteur, non salarié du club, de se montrer "le plus clair possible". Dans la foulée, le président du club, Arnaud Ponroy, a tenu à affirmer que ni "l'entraîneur, ni les dirigeants" n'avaient "eu accès à ces tests". "Ce n'est de toute façon pas un outil dont se sert le club, balaye-t-il en expliquant que toutes les joueuses, à sa connaissance, ont subi ce test. Les joueuses sont sous contrat, qu'elles soient enceintes ou pas, ça ne change rien". 

Remonté contre l'association présidé par le gardien international Vincent Gérard qui a publié le communiqué ayant mis le feu aux poudres, le président du Nantes Atlantique Handball se réserve le droit de donner suite "à ces allégations mensongères". Pendant la conférence de presse, il a notamment dit réfléchir à un dépôt de plainte à l'encontre de l'AJJPH. C'est une joueuse du club qui aurait alerté l'Association des joueuses et joueurs professionnels de handball. 

Dans un communiqué publié ce vendredi soir, la Fédération française de handball et la Ligue féminine de handball ont rappelé que les médecins étaient libres de prescrire les examens qu'ils jugent nécessaires, mais ont réclamé que "toute la lumière soit faite" à Nantes. Pour éviter toute nouvelle polémique, les deux instances vont envoyer dans les prochains jours un rappel à tous les médecins de club sur "l'obligation légale de recueillir un accord exprès, formel et préalable des athlètes pour prescrire un dosage hormonal Béta HCG".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu