Basket – Handball – Volley

Un choc des extrêmes pour un exploit ?

Par Benjamin Glaise, France Bleu Orléans mardi 27 décembre 2016 à 6:00

Contre la lanterne rouge Nancy, L'OLB de Luc Loubaki s'était incliné 72 à 65
Contre la lanterne rouge Nancy, L'OLB de Luc Loubaki s'était incliné 72 à 65 © Maxppp - Pierre Mathis

Pour son dernier match de l’année 2016, c’est une énorme rencontre qui attend l’OLB et ses supporters. Les Orléanais reçoivent dans leur Palais des Sports le leader monégasque. Un adversaire redoutable mais qui compte lui aussi quelques blessés dans ses rangs.

2 défaites seulement en 14 matches de Pro A, Monaco impressionne depuis le début de saison. Et son tableau de chasse a de quoi faire des envieux. Les Monégasques ont battu l’ASVEL, Chalon-sur-Saône, Le Mans ainsi que Strasbourg et Pau ces deux dernières semaines. Aucun favori cette saison n’a réussi à faire chuter l’AS Monaco Basket. Pourtant le calendrier des joueurs de Zvezdan Mitrovic est tout sauf léger. Avec la Ligue des Champions, les Monégasques enchaînent 2 matches par semaine et multiplient les kilomètres parcourus dans toute l’Europe. Mais que ce soit en Pro A ou dans sa poule européenne (9 victoires en 10 matches), Monaco est premier. C'est « un rouleau compresseur » comme le qualifie le pivot orléanais Abdel Sylla. Avec l’un des effectifs les plus complets et les plus alléchants du championnat, la « Roca Team » essore ses adversaires. « Ils arrivent à garder une très forte intensité pendant 40 minutes et c’est ce qui fait que les autres équipes craquent » explique Abdel Sylla. Pour le coach de l’OLB, Pierre Vincent :

Ils ont 12 joueurs professionnels avec beaucoup d’intensité défensive. Ils ont des joueurs très athlétiques partout et chaque poste est doublé voire triplé. Donc ils mettent beaucoup d’intensité et ils détruisent les autres équipes.

Face au SLUC de Dominique Sutton, l'Orléanais Micah Downs avait inscrit 18 points - Maxppp
Face au SLUC de Dominique Sutton, l'Orléanais Micah Downs avait inscrit 18 points © Maxppp - Pierre Mathis

Inimaginable il y a 4 ans

En 2012, Monaco jouait encore en Nationale 2 (4ème division). Difficile de croire alors que Monaco allait devenir l’un des favoris pour le titre en Pro A. L’impulsion a été donnée par Sergeï Dyadechko, un homme d’affaire ukrainien qui a fait fortune dans la banque. En 2012, il est victime d’une tentative d’assassinat dans son pays. Dyadechko décide alors de s’installer à Monaco et rejoint son ami de Donetsk, l’ancien perchiste Sergueï Bubka. Passionné de basket, et autrefois président du club de Donetsk, Dyadechko investit dans l’ASM basket avant d’en devenir le président. Et sa contribution financière est considérable puisqu’il apporterait prêt de 70% du budget du club. Au prix de recrutements hors-normes, Monaco monte les marches qui le séparent de la Pro A au pas de course. En 4 ans, la « Roca Team » retrouve l’élite quittée il y a près d’un demi-siècle. Et pour sa première saison, le club finit premier de la saison régulière (éliminée par l'ASVEL en demi) et remporte la Leaders Cup, un parcours inédit pour un promu. Cette année, l’effectif est encore plus fourni. « C'est le recrutement le plus abouti de ces dernières saisons » souligne Vincent Collet, le sélectionneur de l’équipe de France et coach de Strasbourg qui a subi la loi des Monégasques (77-62) le 18 décembre dernier. Avec 7 joueurs qui ont déjà joué l’Euroleague, Monaco semble en mesure de mener de front le championnat de France et la Ligue des Champions avec succès.

"Ils ont des gros joueurs mais c'est avant tout un collectif, un rouleau compresseur" Abdel Sylla (pivot de l'OLB) à propos de Monaco

Le bon moment d’accueillir Monaco ?

Présenté ainsi, difficile d’imaginer l’OLB s’imposer ce soir. Mais Abdel Sylla est clair : « Pour nous l’objectif c’est bien de gagner. Ce n’est pas parce que c’est Monaco en face [que l’on part défaitiste]. On a déjà brulé un joker à Nancy (défaite vendredi dernier chez la lanterne rouge 72 à 65). Il faut essayer de se rattraper le plus tôt possible et on a la chance de le faire contre Monaco. » Et si une victoire resterait un exploit, Monaco arrive avec un effectif diminué. A Pau la semaine dernière, 5 Monégasques manquaient à l’appel. Pierre Vincent y voit une opportunité :

Heureusement pour nous, ils sont dans une position un peu délicate où ils ont quelques blessés. Donc ça nous ouvre quelques portes. Autant quand j’ai vu le match [de Monaco] contre Dijon et Strasbourg, je ne voyais pas trop les armes [que l’on pouvait utiliser] en attaque, autant là ce que j’ai vu contre Pau me laisse à penser que ce n’est pas impossible d’aller les challenger. De toutes les façons, on n’a rien à perdre contre Monaco.

"On a rien perdre contre Monaco" annonce Pierre Vincent (entraîneur de l'OLB)

Des cadres toujours à l’infirmerie

Si Monaco possède son lot de blessés (à commencer par son arrière titulaire Yakuba Ouattara qui a annoncé son forfait pour le match de ce soir ainsi que pour le All Star Game de jeudi), que dire de l’OLB ? Blessé à la cheville à Nancy, le meneur suisse Jonathan Kazadi est incertain pour la rencontre de ce soir. Les Orléanais seront par ailleurs toujours privés de leurs leaders d’attaque (Marcellus Sommerville et Kyle McAlarney) et de défense (Antoine Eïto). En comptant Antoine Mendy, lui aussi blessé, ces 4 joueurs représentent plus d’1/3 des paniers inscrits par l’équipe depuis le début de la saison. Ce soir, l’OLB, de nouveau privé de ses cadres, réaliserait donc un fantastique exploit en cas de victoire face au leader.