Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les Boucles de la Mayenne 2021

Boucles de la Mayenne 2021 : "Le succès de Démare, c'est génial pour l'épreuve", se réjouit l'organisateur

-
Par , France Bleu Mayenne

Pierrick Guesné, le président des Boucles de la Mayenne, se réjouit ce dimanche de la façon se sont déroulées les Boucles de la Mayenne, deux après la dernière édition.

Pierrick Guesné, le président des Boucles de la Mayenne.
Pierrick Guesné, le président des Boucles de la Mayenne. © Radio France - Gildas Menguy

Les Boucles de la Mayenne 2021 se sont terminées ce dimanche avec la victoire du Français Arnaud Démare. Le champion de France s'est une nouvelle fois imposé au sprint dans la dernière étape, sa troisième victoire d'affilée. Cette 46e édition, quelque peu chamboulée par l'épidémie de coronavirus, a une nouvelle fois offert un beau spectacle aux fans de cyclisme. Pierrick Guesné, le président de la compétition, revient avec France Bleu Mayenne sur cette édition 2021.

Quel bilan faites-vous de cette 46e édition des Boucles de la Mayenne ? 

A chaud, le premier bilan est très positif parce que j'ai vu du monde tout au long de ces quatre jours. J'ai l'impression que la Mayenne revit aujourd'hui. C'était le premier événement en Mayenne depuis très longtemps. Et puis, je retiens surtout la victoire d'Arnaud Démare. Le succès du champion de France, c'est génial pour nous organisateurs.

Les Boucles ont-elles franchi un palier cette année, en terme d'organisation ?

Oui, même si c'est difficile pour nous de le voir directement. Les commissaires de l'UCI (Union Cycliste Internationale) nous l'on dit lors de la réunion de bilan. Le président du jury a su nous dire que l'organisation était au top. L'épreuve est passée en ProSeries cette année et pour nous, c'était une étape importante. J'avoue que là, on a bien passé ce cap. Mais on sait que c'est beaucoup de travail pour en arriver là.

Il y avait quatre arrivées pour sprinteurs cette année, avez-vous envie de changer le profil du parcours l'année prochaine ?

Le profil du parcours était très bien cette année. On a goûté cette année aux quatre étapes en ligne. Ce sont les coureurs qui décident de la physionomie de la course. La difficulté que l'on en a, c'est de faire en sorte que les parcours se calent au bon endroit et au bon moment avec les communes qui postulent pour accueillir un départ ou une arrivée. Ce n'est pas toujours facile. On a eu deux premières belles étapes. Ensuite, les deux suivantes, c'est vrai, étaient un peu moins propice à une course de mouvements. Mais, ce sont avant tout les coureurs qui font la course. J'ai vu une très belle épreuve avec un vainqueur, Arnaud Démare, je le répète qui va profiter à la renommée des Boucles et peut-être décider des équipes à aligner des coureurs de plus haut niveau mondial. 

Et l'an prochain, souhaitez-vous rétablir le prologue le jeudi ou conserver une étape en ligne comme cette année ?

L'an prochain, il y aura de nouveau, quatre étapes en ligne car on ne sait pas si la salle polyvalente et la place de Hercé à Laval seront libres. je ne peux rien vous dire concernant les villes-étapes. Enfin, concernant l'arrivée à Laval le dernier jour, mon souhait est de revenir sur le site d'arrivée de l'édition 2019, c'est à dire entre la place de la Trémoille et la cathédrale. C'était un réel succès, même si cette année, l'arrivée était magnifique. J'ai envie de retrouver ce circuit qui était atypique dans les rues de Laval et cette arrivée, rue Charles Landelle.

Ce qu'il a manqué cette année, c'est une étape pour les grimpeurs. Est-ce que l'an prochain, il y aura une étape plus difficile ou une arrivée au sommet ?

Il n'y aura pas, l'année prochaine, une arrivée au Montaigu comme on a pu le faire les années passées. On verra pour un peu plus tard. En 2023, ce serait superbe si on peut retourner au Montaigu. Mais dire aujourd'hui qu'il n'y avait pas une étape pour les grimpeurs, celle de vendredi était exceptionnelle quand même avec 2200 mètres de dénivelé. On nous dit sans arrêt que la Mayenne est plate. Mais j'ai rencontré des coureurs qui ont été surpris. On a vécu une très belle étape.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess