Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme DOSSIER : Les boucles de la Mayenne 2019

Boucles de la Mayenne : Thibault Ferasse vainqueur de la 45e édition, Bryan Coquard triomphe à Laval

Thibault Ferasse (Natura4ever - Roubaix-Lille-Métropole) est le grand vainqueur de la 45e édition des Boucles de la Mayenne. Dans un final inédit et pluvieux, rue Charles Landelle à Laval, Bryan Coquard (Vital Concept - B&B Hotels) a remporté sur le fil la dernière étape.

Le vainqueur des Boucles de la Mayenne Thibault Ferasse avec à droite Bryan Coquard le vainqueur de l'étape lavalloise
Le vainqueur des Boucles de la Mayenne Thibault Ferasse avec à droite Bryan Coquard le vainqueur de l'étape lavalloise © Radio France - Gildas Menguy

Département Mayenne, France

La règle (tacite) qui veut qu'un coureur ayant le maillot jaune des Boucles de la Mayenne le dimanche matin, soit sacré l'après-midi a été respecté pour la 45e édition. Le surprenant Thibault Ferasse (Natura4ever - Roubaix-Lille-Métropole), 24 ans, remporte la course en ayant brillamment défendu son maillot jaune acquis la veille sur la deuxième étape. Un Thibault Ferasse plein d'émotions sur la place de la Trémoille, lui qui participait pour la première fois aux Boucles de la Mayenne. 

Le costaud Ferasse...

Personne n'attendait cet espoir du cyclisme à ce niveau-là, pas même les pronostiqueurs. Le Costarmoricain et ancien coureur de l'UC Nantes-Atlantique Thibault Ferasse, ne faisait, au départ, pas figure de favori. Sur cette troisième étape, il a défendu bec et ongle ses huit secondes d'avance au général sur le deuxième : Mauricio Moreira de l'équipe Caja Rural. Des Espagnols très en vue qui ont donc remporté deux étapes sur les trois cette année.

... et le panache de Coquard

Ce dimanche, la troisième étape avait une saveur particulière avec une arrivée rue Charles Landelle à Laval et un circuit final qui faisait rouler les coureurs par trois fois dans la rue des Déportés et sa montée de 450 mètres. Le peloton a craqué un peu avant, sur les pavés de la rue du Val de Mayenne. Alors que Kevin Le Cunff (Saint-Michel - Auber 93) s'est élancé dans les derniers mètres pour la victoire d'étape, le Français s'est fait doubler par un autre Français ... Bryan Coquard, natif de Saint-Nazaire et médaillé olympique. Une arrivée sur le fil pour le coureur de Vital Concept B&B Hôtels présenté comme le grand favori de l'étape. Là les pronostiqueurs ne s'y sont pas trompés. 

"On a bien géré, on venait pour gagner c'est génial ! C'était un circuit très difficile, très casse-pattes. J'avais un petit peu peur avec les pavés parce qu'il y a des petites gouttes d'eau qui commençaient à tomber, ça aurait pu gâter la fête. C'est des arrivées qui me conviennent bien" - Bryan Coquard

Le maillot blanc termine sur les épaules de Dorian Godon (AG2R La Mondiale), Fabien Schmidt (Delko Marseille Provence) est quant à lui le meilleur grimpeur de ces Boucles de la Mayenne. Le maillot bleu des points chauds revient au Néerlandais Tim Naberman (Development Team Sunweb). Le meilleur sprinter est le Basque Jon Izaga Abarasturi.

Quand une banderole tombe avant le passage des coureurs ...

C'est un évènement sans gravité mais qui a donné quelques sueurs froides aux organisateurs. Dans la rue Charles de Gaulle de Laval, au croisement de  la rue aux Mesles, une banderole de la Région Pays de la Loire est tombée sur la route. Aucune explication pour le moment. C'était une banderole gonflable. Cet incident a fait freiner tous les motards, les voitures des équipes et évidement les coureurs qui descendaient à ce moment là, tambour battant, la rue Bernard Le Pecq.