Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Comment Bernard Hinault observait les failles de ses adversaires

-
Par , , France Bleu

Dans Planète Liza sur France Bleu, Bixente Lizarazu recevait ce dimanche la légende du vélo, Bernard Hinault. Le quintuple champion du Tour de France nous raconte deux gros coups durs qu'il a vécus sur le vélo. Il nous explique aussi pourquoi observer ses adversaires est primordial pour gagner.

Il a beau avoir remporté cinq Tours de France, trois Tours d'Italie et deux Tours d'Espagne, Bernard Hinault a également rencontré des coups de mou sur le vélo, en pleine course. Au micro de Bixente Lizarazu, dans Planète Liza, le « blaireau » comme on le surnomme se remémore comment il profitait lui-même des défaillances de ses adversaires et les deux moments qui l'ont marqué en pleine compétition.

Il faut savoir observer ses adversaires

La légende du vélo ne laissait rien au hasard... Avant de lancer une attaque, Bernard Hinault scrutait ses rivaux de près. Comme il le témoigne à Bixente Lizarazu, l'ancien coureur connaissait les signes de fatigue de ses principaux adversaires dont Joop Zoetemelk en tête. Celui-ci prenait une position particulière qui trahissait son épuisement... Un bon indicateur pour accélérer !

Ce modus operandi, Bernard Hinault le tirait tout simplement d'une histoire dans le monde du vélo entre les deux cyclistes italiens Coppi et Bartali. Ce dernier plaçait un équipier dans la roue de son rival. Lorsqu'une veine apparaissait sur le mollet droit de Coppi, signe de sa vulnérabilité, l'équipier hurlait « La veine, la veine ! », en guise de code pour que Bartali lance l’assaut.  

La fringale, cet ennemi terrible  

S'il était à l'affût des défaillances de ses concurrents, Bernard Hinault a également lui-même connu ces moments où les jambes et les bras ne répondent plus. Deux fringales en particulier durant sa carrière lui ont valu de sentir ses forces diminuer au point de « voir des étoiles » : l'une en 1978 lors du championnat de France qu'il a remporté à Sarrebourg, et l'autre durant le Tour de France en 1986 dans la montée de Superbagnères. Et dans ces cas-là, même les « petites claques » sur le visage pour se réveiller ne suffisaient pas !

Réécoutez l'intégralité de l'interview de Bernard Hinault dans Planète Liza présentée par Bixente Lizarazu. 

  • Vélo
Choix de la station

À venir dansDanssecondess