Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : quand le Tour de France 2020 passera-t-il en Béarn et en Bigorre ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Béarn Bigorre

L'info n'est pas encore officielle mais c'est tout comme : le Tour de France 2020 ne s'élancera pas comme prévu le 27 juin de Nice. Et donc le peloton n'arrivera pas chez nous à Loudenvielle le 4 juillet, ni ne roulera entre Pau et Laruns le lendemain. Tous les acteurs espèrent un report.

Les coureurs du Tour ne savent pas encore à quelle date ils arpenteront les routes menant à Laruns en 2020.
Les coureurs du Tour ne savent pas encore à quelle date ils arpenteront les routes menant à Laruns en 2020. © Maxppp - Alexandre Marchi

Le Tour de France 2020 aura-t-il lieu ? Une chose est certaine, les annonces d'Emmanuel Macron ce lundi soir rendent impossible la tenue de la Grande Boucle aux dates initialement prévues, puisque le chef de l'État a exclu tout rassemblement public avant la mi-juillet. Alors, les organisateurs de l'épreuve planchent sur le report, et les acteurs locaux sont dans l'expectative.

Mise à jour : Le Tour de France 2020 débutera finalement le 29 août prochain, avec un passage donc en Béarn pour l'étape Pau/Laruns le 6 septembre, toutes les infos en cliquant ici.

Les collectivités se tiennent prêtes

Le 5 juillet prochain, Josy Poueyto s'attendait à accueillir une fois de plus la caravane du Tour à Pau. La conseillère municipale en charge du dossier "Tour de France" espère que ce n'est que partie remise : "Ça fait partie des priorités, j'ai évidemment dit à Christian Prudhomme qu'on s'adapterait, son jour sera le nôtre ! L'important, c'est que le Tour vienne, qu'on puisse offrir ce bonheur aux Palois." Josy Poueyto met en avant la réactivité et "l'habitude de la ville à recevoir le Tour" comme éléments-clés permettant un adaptation rapide, quand une solution sera trouvée, d'autant qu'avec un "simple" départ cette année, la logistique est moindre, confie Josy Poueyto. Le peloton devrait néanmoins partir de Pau un dimanche, si la logique est respectée et que le départ est donné de Nice un samedi.

Le Tour de France à huis-clos ? "Inimaginable" pour Josy Poueyto

Le département des Hautes-Pyrénées se retrouve dans la même situation. "En général en amont du Tour, il y a tout un tas d'équipements, du barriérage, des chapiteaux pour la salle de presse et autres, à réserver et à gérer. Là, forcément, tout est en stand-by", confirme Michel Pélieu, le président du conseil départemental du 65, qui attendait une arrivée d'étape à Loudenvielle le 4 août prochain. Michel Pélieu attend maintenant les nouvelles d'ASO, la société organisatrice, avec un point d'interrogation supplémentaire, celui concernant le Tour d'Espagne (également organisé par ASO). En effet la Vuelta, normalement censée se dérouler entre fin août et début septembre avait programmé une arrivée au sommet du Tourmalet le 23 août, après une étape qui passera notamment par Laruns. Si le créneau est occupé par le Tour de France, comment faire ? Pour l'heure, personne n'a la réponse...

Michel Pélieu, président du conseil départemental des Hautes-Pyrénées : "On se tient prêt"

Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France à Loudenvielle, ville arrivée en 2020.
Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France à Loudenvielle, ville arrivée en 2020. © Radio France - Damien Gozioso

Matthieu Ladagnous : "Même si on est moins compétitifs, j'espère que le Tour aura lieu"

En attendant d'y voir plus clair, Matthieu Ladagnous, le coureur béarnais de la Groupama-FDJ, reste confiné chez lui en famille dans les environs de Nay. Six jours sur sept, il pédale entre une et deux heures sur son "home trainer", le vélo d'appartement pour les pros. Le 11 mai prochain, il espère bien pouvoir reprendre un entraînement "normal" sur route : "Si tout va bien, si les conditions sont réunies comme a dit le président. C'est notre boulot, et si on part seul sur la route, il n'y a aucun risque par rapport au virus, donc j'espère que ce sera à ce moment-là."

Quant à savoir quand et comment se déroulera le Tour de France, le Nayais reste mesuré : "Cela risque d'être compliqué de partir sur le Tour sans avoir beaucoup roulé, et sans avoir fait de compétition avant s'il ne peut pas y en avoir avant mi-juillet... Mais bon, j'espère que le Tour aura lieu, même si on est moins performants, parce que ça fera du bien aux gens". Et en attendant, Matthieu Ladagnous prend son mal en patience, "mais ça se passe bien, franchement", assure-t-il, en décrivant la situation moins enviable d'autres équipes cyclistes, à la situation financière plus précaire que la sienne, "pour les sponsors aussi, un Tour ça ferait du bien".

Le cycliste béarnais Matthieu Ladagnous sur le Tour de France 2019.
Le cycliste béarnais Matthieu Ladagnous sur le Tour de France 2019. © Maxppp - Alexandra Marchi
Choix de la station

À venir dansDanssecondess