Cyclisme

Cyclisme - Championnats de France de sur piste : Quentin Lafargue veut devenir "indispensable au collectif"

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde jeudi 29 septembre 2016 à 4:00

Non retenu pour Rio, Quentin Lafargue a retrouvé le sourire et l'envie d'en découdre
Non retenu pour Rio, Quentin Lafargue a retrouvé le sourire et l'envie d'en découdre © Maxppp - MaxPPP

Le Girondin assure avoir digéré sa non-sélection aux derniers Jeux Olympiques. A 25 ans, il se lance dans une nouvelle olympiade avec l'envie de montrer qu'il peut avoir un rôle à jouer en équipe de France. Premier rendez-vous : les championnats de France qui débutent ce jeudi à Bordeaux.

France Bleu : Est-ce que la déception de votre non-sélection pour les JO est digérée ?

Quentin Lafargue : J'ai vécu les Jeux d'une manière un peu différente. Je suis le compagnon de Laurie Berthon (ndlr : 10ème de l'omnium à Rio) donc j'ai pu suivre les Jeux Olympiques à travers ses courses. J'étais forcément supporter de l'équipe de France et en réalité, j'étais assez triste pour eux de voir ces résultats. Malgré des championnats du monde un peu ratés, j'étais persuadé qu'il y avait quelque chose à faire là-bas. En vitesse par équipes, ils vont chercher la médaille (ndlr : de bronze)et ils sont à leur place. Après, j'étais sûr qu'il y aurait d'autres médailles en individuel. Concernant ma situation personnelle, j'ai digéré tout ça. On se lance dans une nouvelle saison, une nouvelle olympiade et ça commence par les championnats de France à Bordeaux.

Qu'avez-vous changé pour être au rendez-vous des prochains JO ?

Des pistes, il y en a forcément. Je fais partie des plus jeunes donc je dois apprendre encore. Des pistes ont été creusées, j'ai beaucoup évolué dans mon quotidien. J'essaie de m'entourer de ressources qui me manquaient et j'essaie de professionnaliser ma démarche. Le sport de haut niveau ce n'est pas que l'entraînement, que la compétition. C'est la récupération, la préparation mentale, la nutrition, tout un tas de trucs qui font qu'on est un athlète de haut niveau performant.

Dans l'immédiat, je ne suis pas focalisé sur une qualification olympique. Mon objectif, c'est de faire des courses et de les gagner. Quelle que soit la discipline, l'objectif c'est de redevenir très performant au niveau national, européen, et mondial cette saison. De toutes façons, quand on gagne, on devient indispensable au collectif.

Vos objectifs pour ces championnats de France ?

Je viens ici pour vraiment prendre mes marques et entamer la fin de la préparation en vue des championnats d'Europe (ndlr : du 19 au 23 octobre à Saint-Quentin-en-Yvelines). C'est une grosse étape. J'ai gagné la vitesse individuelle en 2014 et en 2015 donc j'ai un objectif dans cette épreuve-là mais aussi sur le keirin et sur le kilomètre où je suis aussi engagé. Aujourd'hui, j'ai besoin d'aller chercher des repères et de la confiance. Je suis très ambitieux sur ces championnats de France même si l'objectif le plus important de ce début de saison reste le championnat d'Europe.

Avant l'ouverture des France, Quentin Lafargue a fait un détour par les studios de FRance Bleu Gironde - Radio France
Avant l'ouverture des France, Quentin Lafargue a fait un détour par les studios de FRance Bleu Gironde © Radio France - Arnaud Carré

Les résultats décevants des pistards français à Rio vont-ils redistribuer les cartes ?

La génération présente à Rio (ndlr : Baugé, Pervis, D'Almeida) a déjà été très performante avec de nombreux titres mondiaux et des médailles olympiques. Elle peut être importante pour les jeunes qui arrivent parce qu'on a tous des modèles et cette génération là, en termes de performance, ne peut qu'en être un. Je ne sais pas comment vont se passer les années qui viennent. Ils se sont accordés, à raison, une grande période de repos et ne seront donc sans doute pas présents en ce début de saison. Moi j'entretiens de bonnes relations avec François Pervis qui est reparti faire un séjour au Japon. Il ne compte pas arrêter tout de suite. Beaucoup de jeunes très talentueux arrivent comme Sébastien Vigier, Melvin Landerneau ou encore Benjamin Edelin. La densité, on l'a et même si les anciens veulent revenir courir avec nous, ce sera encore mieux.

Est-ce que vous avez déjà les JO de Tokyo en ligne de mire ?

Dans l'immédiat, je ne suis pas focalisé sur une qualification olympique. Mon objectif, c'est de faire des courses et de les gagner. Quelle que soit la discipline, l'objectif c'est de redevenir très performant au niveau national, européen, et mondial cette saison. De toutes façons, quand on gagne, on devient indispensable au collectif. Mon idée et mon ambition, c'est de gagner pour assurer ma place en Equipe de France chaque année et créer un collectif performant autour de résultats. Et pas de potentiels résultats.

Quentin Lafargue : "Assurer ma place en équipe de France"

Partager sur :