Cyclisme

Dopage : "une décision aberrante" selon Docteur Mabuse, alias Bernard Sainz

Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu mardi 5 septembre 2017 à 11:40

Bernard Sainz estime que "le tribunal de Caen est instrumentalisé" et va faire appel du jugement
Bernard Sainz estime que "le tribunal de Caen est instrumentalisé" et va faire appel du jugement © Radio France - Olivier Duc

Le tribunal correctionnel de Caen a condamné les 11 prévenus dans l'affaire de dopage ayant touché le cyclisme amateur normand. Bernard Sainz écope de la plus lourde peine (9 mois de prison ferme et 20.000 euros d'amende). Le naturopathe ornais qualifie ce jugement "de décision aberrante."

Aucun des onze prévenus n'étaient présents ce mardi matin au moment du rendu du jugement par le tribunal de Caen. "On ne s'est pas trompé de date" s'est amusé le président du tribunal avant d'énoncer la condamnation de l'ensemble des prévenus.

Bernard Sainz a été le seul à être condamné à de la prison ferme avec neuf mois, c'est trois mois de plus que ce qui avait été requis en juillet dernier par la procureure. Le naturopathe normand, joint par téléphone, a dénoncé immédiatement "une décision aberrante" et a annoncé" qu'il allait faire appel de ce jugement.

A aucun moment durant les écoutes téléphoniques j'ai été en contact avec les neuf ou dix autres prévenus donc je ne suis pas du tout concerné par cette affaire

"Il y avait un médecin qui leur prescrivait les produits qu'ils pouvaient se procurer en pharmacie, énumère Bernard Sainz. Il y avait le pharmacien incriminé. Ils ont parfaitement expliqué comment ils fonctionnaient. A aucun moment durant les écoutes téléphoniques j'ai été en contact avec les neuf ou dix autres prévenus donc je ne suis pas du tout concerné par cette affaire et à titre d'exemplarité, je considère - et le mot n'est pas trop fort - que ce tribunal est complètement instrumentalisé. C'est comme si on voulait empêcher les thérapeutes de médecines alternatives d'avoir une clientèle de sportif. En d'autre terme, il vaut mieux que ces sportifs consomment des substances allopathiques lourdes donc la situation devient très alarmante - c'est pas le fait que je sois condamné , c'est l'orientation de la lutte antidopage."

Le tribunal en allant au delà des réquisitions a voulu donner la mesure de la capacité de nuisance ou du degré de nuisance de certains personnages qui gravitent autour des coureurs.

Joint également par téléphone, l'avocat de la fédération française de cyclisme s'est réjoui de voir son client reconnu comme partie civile. Cinq des onze prévenus devront lui verser ensemble 5000 euros et 200 euros chacun. Concernant Bernard Sainz, Me Paul Mauriac estime que "le tribunal en allant au delà des réquisitions a voulu donner la mesure de la capacité de nuisance ou du degré de nuisance de certains personnages qui gravitent autour des coureurs et qui salissent ce sport magnifique qu'est le vélo (...) ce que nous souhaitons c'est que des personnages - nommons-le - comme Bernard Sainz qui essayent de tirer partie et donc publicité de tous ces avatars judiciaires sévissent de moins en moins auprès des jeunes générations. Mais je redoute qu'il ait encore une certaine audience."