Médias – People

Mort du champion cycliste Ferdi Kübler, légende du Mont Ventoux

Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse et France Bleu vendredi 30 décembre 2016 à 14:22

Ferdi Kübler lors de la 16e étape du Tour de France 1949 entre Cannes et Briançon.
Ferdi Kübler lors de la 16e étape du Tour de France 1949 entre Cannes et Briançon. © AFP - STF

Ferdinand Kübler s'est éteint jeudi à 97 ans. Vainqueur du Tour de France en 1950, le champion cycliste suisse avait abandonné la course cinq ans plus tard, terrassé par l'ascension du Ventoux.

Le cycliste Ferdi Kübler est décédé jeudi à l'âge de 97 ans, a annoncé vendredi l'agence suisse ATS. Il était le premier Suisse à avoir remporté le Tour de France en 1950.

Kübler était le doyen des vainqueurs du Tour de France. Son nom restera à jamais attaché au mythe cycliste du Ventoux.

Abandon après l’ascension du Ventoux en 1955

Pendant le Tour 1955, Ferdinand Kübler abandonne à l'issue de la 11e étape entre Marseille et Avignon, longue de 198 km. Alors qu'il attaque la montée du Ventoux, Raphael Géminiani le prévient : "Attention, Ferdinand, le Ventoux n'est pas un col comme les autres."

Ferdi Kübler lui répond "Ferdi n'est pas non plus un coureur comme les autres !" Cette réplique participe à la légende du Mont Ventoux.

Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, cite souvent les mots de Ferdi Kübler pour magnifier l'effort qu'exige l’ascension du Ventoux.

À l'arrivée de l'étape à Avignon, Kübler abandonne le Tour de France. Le champion suisse prononce alors ces mots qui deviendront célèbres :

"Ferdi, il est trop vieux. Il a mal. Ferdi s'est tué ! Ferdi s'est tué dans le Ventoux ! "

Pendant ce Tour de France 1955, des soupçons de dopage ont pesé sur Ferdi Kübler. Le champion cycliste zigzaguait pendant la montée du Ventoux et criait à la fin de l'étape.

Pendant le contrôle des chambres, les commissaires ont trouvé des produits dopants et des seringues, mais Kübler a toujours nié s'être dopé.