Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme

Giro : Thibaut Pinot veut toujours voir la vie en rose

jeudi 3 mai 2018 à 17:43 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

Avant le Tour de France en juillet, Thibaut Pinot prend le départ ce vendredi du Giro. Pour son deuxième Tour d'Italie d'affilée, le coureur haut-saônois se fixe le podium comme objectif après son récent succès dans le Tour des Alpes.

Thibaut Pinot en rose sur le Tour des Alpes. Prémonitoire pour le Giro ?
Thibaut Pinot en rose sur le Tour des Alpes. Prémonitoire pour le Giro ? © Maxppp - Pierre Teyssot

Franche-Comté, France

Récent vainqueur du Tour des Alpes, le coureur de Mélisey se présente avec un moral d'acier au départ de ce Giro 2018. L'an passé, Thibaut Pinot avait signé une encourageante quatrième place pour ses premiers pas dans l'épreuve avec à la clé une victoire d'étape. 

Moral et confiance au plus haut 

Le coureur de la formation Groupama FDJ vient de s'imposer en costaud dans le Tour des Alpes en devançant les meilleurs dont Froome qu'il retrouvera sur ce Giro 2018. Thibaut Pinot arrive aussi beaucoup plus frais que l'an passé avec onze jours de compétition en moins dans les jambes. " Cette fois, je suis cité parmi les favoris et non parmi les outsiders comme l'an dernier. Mais pour moi, cela ne change rien : l'objectif reste le podium. J'arrive avec un peu plus de fraîcheur que l'an passé et de la confiance après ma victoire dans le Tour des Alpes. Mon équipe est rodée, je la connais très bien. On espère évoluer à notre niveau. L'objectif de départ, c'est le podium. Après, je suis quelqu'un de gourmand. Evidemment, la première marche fait toujours rêver. Mais avec le podium, je serais très content" confie Thibaut Pinot. La confiance a gagné les rangs de son équipe. 

Marc Madiot est confiant mais prudent sur les ambitions de podium de son leader - Maxppp
Marc Madiot est confiant mais prudent sur les ambitions de podium de son leader © Maxppp - Matthieu de Martignac

" Thibaut a démontré ces dernières semaines qu'il était à un très très bon niveau. Il a bien géré son approche du Giro. On lui a programmé beaucoup moins de jours de course que l'an passé ce qui fait qu'il arrive avec de la fraîcheur au départ. Il s'est bien régénéré durant l'intersaison et l'expérience qu'il a acquise désormais fait qu'il est en phase de progression. Il devrait donc faire un bon Giro" pronostique Marc Madiot, manager général de la formation Groupama FDJ.

Son leader sait aussi que le Tour d'Italie se gère tous les jours. Il n'y a pas que des points de rendez-vous avec des ascensions décisives. C'est une course au quotidien pendant trois semaines ou il faut être vigilant, à l'écoute de son corps et bien récupérer. "La course se fait autant sur qu'à côté du vélo. On doit emmagasiner des réserves pour les moments décisifs. Faire mieux que le podium ? On ne doit pas se projeter dès aujourd'hui sur telle ou telle marche du podium.  C'est quelque chose que nous évaluerons lors de la dernière semaine" prévient Marc Madiot

Le Giro le botte

Le Tour d'Italie, c'est la course à étapes qu'il préfère. Il y est plus à l'aise, plus relâché loin de la pression du Tour de France. Le franc comtois est aussi très apprécié des tifosi, de vrais connaisseurs du cyclisme plus respectueux des coureurs. Le parcours est encore taillé cette année pour Pinot avec six étapes de haute montagne. Sa formation sera entièrement à son service. Cinq des coureurs qui l'épaulaient l'an passé pour son premier Tour d'Italie seront encore là cette année. Les suisses Morabito et Reichenbach notamment essaieront de l'accompagner le plus loin possible dans les cols italiens. Leur leader est très à l'aise sur cette épreuve. Il aime les enchaînements d'étapes avec des ascensions longues et difficiles. Sur le papier, c'est un bon parcours pour Thibaut Pinot. A lui d'être au rendez-vous sur chaque échéance.

Les trois premières étapes du Giro se déroulent en Israël. Arrivée le 27 mai à Rome. 4ème l'an dernier et vainqueur d'une étape, le leader de la formation Groupama FDJ sait que la première semaine de course sera piégeuse. Après le contre-la-montre inaugural très technique de 9 kms 700 dans les rues de Jérusalem, le peloton restera sur le sol israélien jusqu'à dimanche avant un premier transfert, direction la Sicile. "Certains coureurs vont sortir de Sicile avec du retard au général et auront déjà perdu la course au podium. L'Etna jeudi sera un col redoutable, beaucoup plus difficile que les autres années. La première semaine s'annonce difficile avec en plus un weekend très montagneux avec deux arrivées au sommet. On va vite rentrer dans le vif du sujet. C'est aussi pour cela que j'aime le Giro" indique le franc-comtois.

Froome, c'est l'épouvantail 

En 2017, Thibaut Pinot avait eu une forte concurrence en Italie avec Quintana et Nibali. " Nibali est pour moi le champion de la décennie capable de gagner les trois grands tours, Milan-San Remo et le Tour de Lombardie. Cela montre le niveau. Mais cette année, le plateau des grimpeurs est aussi très dense. Cela promet de belles batailles. Froome est le grand favori, l'épouvantail" indique Thibaut Pinot

Sur le Tour des Alpes, Thibaut Pinot a souvent levé les bras.  - Maxppp
Sur le Tour des Alpes, Thibaut Pinot a souvent levé les bras. © Maxppp - Pierre Teyssot

Le leader de l'équipe Sky sera-t-il dans sa meilleure forme ? C'est l'inconnu. Concernant la situation du britannique et les suspicions de dopage qui l'entourent après un contrôle anormal lors du Tour d'Espagne 2017. " C'est un peu lourd qu'on nous pose toujours la question. Cela fait partie du truc. On va vite passer à autre chose. quand la course sera lancée " rétorque le coureur haut-saônois. Froome n'est pas le seul homme à battre. Le tenant du titre, le néerlandais Tom Dumoulin, l'italien Fabio Aru ou encore l'espagnol Miguel Angel Lopez auront aussi leur mot à dire d'ici l'arrivée à Rome le 27  mai.

Retrouvez ici >> le programme complet du Giro 2018.