Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme DOSSIER : Tour de France 2019

ENTRETIEN - Un des kinés de Romain Bardet sur le Tour de France 2019 vient de la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Julien Lachize exerce à Firminy (Loire), habite à Saint-Paul-en-Cornillon, et fait partie de l'équipe AG2R La Mondiale lors du Tour de France 2019 : il est kinésithérapeute. Un métier au cœur de la santé et donc de la performance des coureurs. Nous l'avons rencontré avant son départ.

Julien Lachize, devant la gare de Saint-Étienne Chateaucreux, est kinésithérapeute pour AG2R, l'équipe de cyclisme
Julien Lachize, devant la gare de Saint-Étienne Chateaucreux, est kinésithérapeute pour AG2R, l'équipe de cyclisme © Radio France - Alexandre Berthaud

Firminy, France

Il fait partie de l'immense machine qui travaille au quotidien avec Romain Bardet pendant le Tour de France pour l'amener vers son rêve de maillot jaune : Julien Lachize est kinésithérapeute. Ce ligérien exerce la majeure partie de l'année à Firminy, dans son cabinet, mais collabore un peu plus de 50 jours par an avec l'équipe cycliste AG2R-la-Mondiale. Il nous détaille son métier, en gare de Saint-Étienne, d'où partait son train pour Bruxelles, lieu du départ du Tour de France.

France Bleu : Présentez-nous votre parcours, comment on arrive à travailler avec AG2R...

Julien Lachize : J'ai eu mon diplôme de kinésithérapeute en 2007, j'ai commencé dans le vélo dans le milieu amateur au vélo club de Vaulx-en-Velin, qui à l'époque était dans le top des clubs amateurs français. On fait des rencontres grâce à ça, il s'avère que le président du club de vélo de Saint-Étienne, l'ECSEL, est le patron des kinés d'AG2R, il s'appelle Gilles Mas. Il m'a proposé de faire quelques jours, ça s'est bien passé, je suis monté en puissance sur des courses de plus en plus importantes, jusqu'au Tour de France, le premier il y a quatre ans.

Quelle est la journée type d'un kiné sur le Tour ?

Deux journées types, une assez simples où dès que les coureurs sont partis on file les attendre à l'arrivée. Dans l'autre cas de figure on est placés sur le parcours pour donner les musettes de ravitaillement aux coureurs. Ensuite à la fin de l'étape, à l'hôtel, là on transforme nos chambres en cabinets, et on enchaîne les soins. Il y a un soin standard, une heure de massage des jambes pour chaque coureur, plus des éventuels petits bobos. Nous sommes deux kinés plus quatre masseurs.

À quoi veillez-vous particulièrement concernant la santé des coureurs ?

En fonction de chaque coureur on a des petites particularités mais ce qu'on retrouve souvent ce sont des douleurs de genou, des douleurs cervicales à cause de la position sur le vélo avec la tête relevée, des douleurs lombaires quand on force trop, ou bien tout simplement les séquelles d'une chute, on sait qu'il y en a beaucoup notamment la première semaine du Tour, généralement tendue.

  - Aucun(e)

Quels ont été les meilleurs moments pour vous sur le Tour ?

On fait vraiment partie de l'équipe donc c'est par exemple l'an dernier quand on a ramené le maillot blanc (Pierre Latour) ou bien quand un coureur gagne une étape, il y a vraiment des belles joies collectives, et puis de la reconnaissance envers notre travail. C'est un regard, un "merci", ce genre de petites choses, une relation qui se crée avec des coureurs.

Vous ressentez plus de pression avec l'attente autour de l'équipe, notamment autour de Romain Bardet ?

On ressent bien que depuis quelques années l'équipe est passée dans une autre dimension, mais moi personnellement je connais bien le métier maintenant donc la pression, non, on ne peut pas dire que je la ressens. Je sais que pendant un mois je vais être à fond pour mettre les coureurs dans les meilleures conditions possibles. Pour eux aussi le travail est déjà fait, des sacrifices depuis de nombreux mois, moi j'apporte "le petit plus" mais le plus important est déjà fait.

Vous n'êtes pas à plein temps avec AG2R, c'est un choix ?

Oui, je suis avec eux 55 jours par an, c'est déjà beaucoup ce sont des jours loin de la famille, de la maison. J'ai mon cabinet le reste du temps à Firminy et je trouve les deux activités complémentaires. Les patients que je vois dans mon cabinet, l'expérience que j'en tire, m'aident à mieux appréhender mon travail avec les athlètes, et inversement.

Ce Tour 2019 sera spécial pour vous, il passe par votre village...

Oui, j'ai emménagé à Saint-Paul-en-Cornillon il y a peu de temps, le tour y passe le 14 juillet et je crois que des habitants ont déjà prévu une banderole pour Romain Bardet. Pour ma part j'y passerai une demi-heure avant les coureurs et je prévois de m'arrêter pour saluer madame le maire !

Enfin on parle beaucoup d'un Tour ouvert, sans Chris Froome, sans Tom Dumoulin, est-ce que Romain Bardet va le faire ?

Je l'espère en tout cas ! Je suis sûr d'une chose c'est qu'il s'est préparé comme il faut, comme il sait le faire depuis toute ces années. Evidemment l'équipe y va avec de grandes ambitions, donc maintenant on croise les doigts !