Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme DOSSIER : Le Tour de France 2017

"J'espère laisser l'image d'un coureur qui s'est toujours battu" : Thomas Voeckler tire sa révérence

dimanche 23 juillet 2017 à 22:31 Par Aude Raso et Lucile Guillotin, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

À 38 ans, Thomas Voeckler a vécu dimanche sa dernière arrivée du Tour de France sur les Champs-Élysées.

Thomas Voeckler, le 14 juillet 2017
Thomas Voeckler, le 14 juillet 2017 © Maxppp -

Il aura écrit l'une des plus belles pages du cyclisme français. Thomas Voeckler a donné dimanche 24 juillet ses derniers coups de pédale sur le Tour de France. À 38 ans, le natif de Schiltigheim (Bas-Rhin), qui a passé une partie de son enfance à Herbitzheim, avant de rejoindre la Martinique puis la Vendée, prend sa retraite avec une 91e place au général de la Grande Boucle, près de 3 heures derrière le vainqueur Chris Froome.

Je ne peux pas cacher qu'il y a de l'émotion, ce serait malhonnête.

Pour son dernier Tour de France, Thomas Voeckler aura vu défiler des centaines de pancartes de remerciements et son nom tracé sur le bitume à maintes reprises. Samedi, le stade Vélodrome lui réservait une ovation. Le cycliste, chouchou du public français, laisse un grand vide. En 2004, il porte le maillot jaune pendant dix jours. Son esprit combatif et sa gouaille le rendent populaire. En 2011, il vit sa plus belle Grande Boucle : il reste en jaune jusqu'à trois jours de l'arrivée, avant de finir 4e au classement général. L'année suivante, il finit meilleur grimpeur avec deux victoires d'étape.

Je suis conscient de la chance que j'ai eue. Et de la chance que j'ai de pouvoir choisir le lieu et l'endroit pour m'arrêter.

"Cela fait des années que j'ai des marques d'affection du public. Si je laisse l'image d'un coureur qui s'est toujours battu et n'a jamais baissé les bras, ça me va très bien", commente le coureur. Thomas Voeckler l'affirme : il n'a plus les jambes pour continuer... Mais il ne devrait pas s'éloigner du cyclisme. Plusieurs pistes s'offrent à lui : devenir consultant pour la télévision, ambassadeur sur le Tour de France ou encore sélectionneur de l'équipe de France.