Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias - People
Dossier : Mort de Raymond Poulidor

L'Étoile de Bessèges pleure Raymond Poulidor

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Raymond Poulidor, décédé ce mercredi à l'âge de 83 ans, était un fidèle de la course gardoise depuis près de 50 ans.

 Roland Fangille et Raymond Poulidor, côte à côte sur l'Etoile de Bessèges pendant près de 50 ans.
Roland Fangille et Raymond Poulidor, côte à côte sur l'Etoile de Bessèges pendant près de 50 ans. © Maxppp -

Bessèges, France

L'Étoile de Bessèges est en deuil après le décès de Raymond Poulidor ce mercredi à l'âge de 83 ans. Depuis presque 50 ans, "Poupou" était une figure incontournable de la course cyclistequi se déroule chaque année au début du mois de février sur les routes du Gard.  Au début, il l'avait connue comme coureur, puis il en était devenu le parrain et il n'avait manqué aucune des 49 éditions

Au fil des années, il avait tissé des liens d'amitié très forts avec les organisateurs et les bénévoles de l'épreuve.  "Raymond faisait vraiment partie de la famille de l'Étoile" explique Roland Fangille le créateur de l'épreuve, très affecté par la nouvelle. "J'ai toujours dit que si la course existait encore aujourd'hui et qu'elle avait acquis cette notoriété, c'est parce qu'il était là à la première en 1971. Et depuis il était toujours revenu. Nous voulions fêter la 50e édition avec lui. Nous sommes vraiment très tristes.

Fidèle et disponible 

Roland Fangille se souvient aussi de ces parties de belotes endiablées le soir après l'arrivée de l'étape et de l'extrême disponibilité de "Poupou" auprès des spectateurs. "Je ne l'ai jamais vu refuser un autographe ou une photo. Il était toujours prêt à faire plaisir aux gens" confirme Cyril Roure, bénévole sur l'Étoile depuis près de 30 ans. 

"C'était sa course. Il aimait cette atmosphère familiale qui fait qu'on se sent bien sur cette épreuve. Il laisse un grand vide. Ça va vraiment être dur de ne plus le voir avec nous. Mais il nous regardera de là-haut pour la 50e édition et l'Etoile brillera pour lui pendant une semaine."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu