Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Julian Alaphilippe champion du monde : "J'en ai pleuré", raconte l'aide-soignante qui l'a vu naître

-
Par , France Bleu Berry

Le cycliste berrichon Julian Alaphilippe a décroché dimanche le titre de champion du monde de cyclisme sur route. A Saint-Amand-Montrond, sa ville natale, l'exploit fait la fierté de beaucoup de monde, à commencer par Marie-Thérèse Gaillard, aide-soignante qui a vu naître le coureur il y a 28 ans.

Marie-Thérèse Gaillard, très fière d'avoir sa photo dédicacée de Julian Alaphilippe.
Marie-Thérèse Gaillard, très fière d'avoir sa photo dédicacée de Julian Alaphilippe. © Radio France - Jérôme Collin

C'est sans doute l'une des plus grandes fans de Julian Alaphilippe. Marie-Thérèse Gaillard, 77 ans a vu naître le champion berrichon, sacré dimanche champion du monde de cyclisme sur route sur le circuit d'Imola en Italie. Aide-soignante à la maternité de Saint-Amand-Montrond, elle était dans la salle d'accouchement le 11 juin 1992, quand Julian Alaphilippe est venu au monde. 

Quand il est né, la sage-femme a dit : "Ca, c'est une graine de champion"

"C'est quand il est venu à Saint-Amand pour son premier Paris-Nice en 2015 que je me suis dit : 'mais attends, je suis sûr qu'il est né à Saint-Amand ce garçon, parce que je lui ai mis son premier pyjama, il faut que je le rencontre'. Et c'est là que j'ai fait sa connaissance. Il est même né trois jours avant mon petit-fils", raconte Marie-Thérèse Gaillard, aujourd'hui retraitée.

"Je lui ai mis son premier pyjama"

"Lui quand il est né, la sage-femme a dit : "Ca, c'est une graine de champion". Elle a dû voir que c'était un petit excité, en tout cas des jambes !", assure la Saint-Amandoise, qui ne manque pas une apparition du coureur dans sa commune. Dimanche, elle n'a pas pu regarder l'attaque du Berrichon dans les derniers kilomètres du circuit d'Imola : "J'étais à l'anniversaire de ma petite-fille, je voulais le regarder en replay mais je n'ai pas eu le temps, tout le monde m'a appelé pour m'annoncer qu'il était sacré champion du monde !" 

"Remarquez, c'est mon compagnon qui était soulagé parce que quand je suis devant la télé, il n'entend rien tellement je monte sur la table et je crie", rigole Marie-Thérèse Gaillard. Elle dit qu'elle a pleuré quand elle a appris le sacre de son "petit Julian". Et même s'il a déménagé encore enfant à Montluçon, où il est toujours aujourd'hui licencié, Marie-Thérèse assure que Julian Alaphilippe reste "avant tout un Saint-Amandois. On reste de la ville où on est né". Elle sera bien sûr de la partie, pour les festivités organisées en l'honneur du champion par la ville de Saint-Amand-Montrond. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess