Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme

Le Tour de France en Mayenne : "il faut réparer une injustice" selon Olivier Richefou

mardi 10 juillet 2018 à 5:16 Par Gildas Menguy, France Bleu Mayenne

Vendredi 13 juillet, le peloton du Tour de France va sillonner les routes de la Mayenne pour la quatrième fois en six éditions. Mais la dernière halte de la Grande Boucle dans le département remonte à 1999, autrement dit une éternité.

Le président du département, Olivier Richefou en compagnie de Christian Prudhomme et Marc Madiot.
Le président du département, Olivier Richefou en compagnie de Christian Prudhomme et Marc Madiot. - Département de la Mayenne

Laval, France

Alors que le Tour de France va emprunter près de 80 kilomètres de routes mayennaises vendredi prochain, une question interpelle. Pourquoi la plus grande course du monde ne s'arrête t-elle pas dans le département ? Pourtant, la ville de Laval est candidate depuis de nombreuses années, mais l'organisateur du Tour de France (Amauray Sport Organisation) a fait d'autres choix jusque-là. Depuis la création du Tour de France, seuls trois villes ont accueilli la Grande Boucle : Renazé en 1987 (arrivée), Mayenne en 1995 (départ) et Laval en 1999 (arrivée et départ).

Pour le président du département de la Mayenne, Olivier Richefou : "il n'est pas envisageable de laisser vingt ans la Mayenne esseulée. Il faut réparer cette injustice très vite et je porterai à nouveau ce message vendredi auprès de Christian Prudhomme (le patron du Tour) lors de mon déplacement sur l'étape Fougères-Chartres. Avec le maire de Laval, nous ne manquons pas de faire le siège d'A.S.O avec qui les contacts sont de qualités. Il nous faut obtenir, dans les années qui viennent, une arrivée et un départ en Mayenne. Nous, Conseil départemental, nous avons vocation à accompagner toutes villes. A ma connaissance, Laval est la seule commune à avoir poser officiellement sa candidature. Je crains malheureusement, vu le parcours cette année et la forte place laissée à l'ouest de la France, que l'an prochain ne soit pas la meilleure année. Il faut qu'on se donne tous ensemble l'objectif pour 2020, car il y aura un rééquilibrage vers l'ouest de la France."

Pour accueillir une arrivée d'étape du Tour de France, les collectivités doivent verser 110.000 euros à l'organisateur. C'est 60.000 euros pour un départ. Un chiffre auquel il convient bien sûr d'ajouter des frais supplémentaires mais lors du Tour de France, un euro investi, c'est entre cinq et dix euros récupérés.