Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme

Le Tour de la Mirabelle monte en gamme pour son édition 2019

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Pour sa 17e édition, le Tour de la Mirabelle passe au niveau supérieur. Désormais inscrite au calendrier international et professionnel, l'épreuve qui a débuté ce vendredi à Pont-à-Mousson entre dans la cour des grands.

Le Danois Morten Hulgaard a remporté la première étape du Tour de la Mirabelle
Le Danois Morten Hulgaard a remporté la première étape du Tour de la Mirabelle © Radio France - Cédric Lieto

Meurthe-et-Moselle, France

C'est sa 17e édition et pourtant ce Tour de la Mirabelle a comme un goût de première fois. La plus grande course par étapes en Lorraine fait partie pour la première fois du calendrier de l'UCI (Union cycliste internationale) et accueille des équipes professionnelles. Une course qui s'achèvera dimanche à Damelevières et qui a tout d'une grande, ou presque.

Un niveau bien plus élevé sur le vélo

Sur la ligne d'arrivée à Vandoeuvre ce vendredi, ils étaient plus d'une centaine à attendre les coureurs comme Laurence, venue en curieuse : 

"J'aime bien les courses de vélo. Même le dernier a du courage pour sprinter".

Ce qu'aime Laurence, c'est aussi cette ambiance, le podium, les remises de maillot, comme à la télévision. Une course dont le niveau est monté d'un cran comme le constate Antoine Grimard, membre de l'équipe meurthe-et-mosellane Macadam's Cowboys, l'une des moins bien classées du plateau : 

"La grosse différence, c'est l'organisation des équipes, la tactique. C'est sûr que nous, il ne faut pas que l'on mette le coup de pédale de trop comme on dit. Parce que derrière, on n'arrivera plus à ressortir ou à suivre."

Parmi les cadors de ce Tour de la Mirabelle, l'équipe danoise Coloquick qui a fait le doublé sur la première étape entre Pont-à-Mousson et Vandoeuvre ce vendredi. Une formation professionnelle venue en Lorraine pour des raisons biens précises comme l'explique son directeur sportif Christian Andersen : 

"C'est très montagneux, on veut voir ce que nos garçons sont capables de faire en montagne. C'est une course bien organisée, c'est vraiment une course à laquelle nous voulions participer."

Pas d'équipe pro française

Le Tour de la Mirabelle va devoir maintenant se faire une place dans le calendrier des équipes françaises. Les neuf formations professionnelles au départ sont étrangères. Au grand regret du directeur de course Laurent Goglione : 

"Elles se font désirer. On n'a pas de chance, on est en même temps que le grand prix de Plumelec dimanche, qui est une énorme course de Coupe de France professionnelle et les équipes ne peuvent pas forcément dédoubler les équipes. Mais bon, Cofidis, FDJ ou Fortuneo auraient pu dédoubler en nous envoyant une équipe, ils ont l'effectif pour.  On n'est pas encore assez connus pour eux."

Troisième étape ce samedi entre Epinal et Gérardmer-La Mauselaine. Départ du champ de Mars à 13h25 pour une arrivée après 17h à Gérardmer.