Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme
Dossier : Tour de France 2019

Tour de France : Julian Alaphilippe ou Thibaut Pinot, un Français peut-il remporter la Grande Boucle cette année ?

-
Par , France Bleu

34 ans après Bernard Hinault et à six étapes de l'arrivée sur les Champs-Élysées dimanche, on peut se poser la question : et si un Français remportait de nouveau le Tour de France ? Le maillot jaune Julian Alaphilippe surprend de jour en jour et Thibaut Pinot (4e) rattrape peu à peu son retard.

Pour le moment Julian Alaphilippe est en tête, mais Thibaut Pinot est en embuscade.
Pour le moment Julian Alaphilippe est en tête, mais Thibaut Pinot est en embuscade. © AFP - Marco Bertorello

Il ne reste que six étapes et aucun favori n'a (encore) écrasé la 106e édition de la Grande Boucle. Les Alpes sont en vue et tout est encore possible dans ce Tour de France. Mais la question qui rythme le quotidien depuis la 3e étape est la suivante : est-ce que le Français Julian Alaphilippe est en mesure de conserver le maillot jaune ? 

Si Alaphilippe nous surprend de jour en jour, Thibaut Pinot semble dans la forme de sa vie. Alors la question mérite d'être posée : un Français peut-il remporter le Tour de France 34 ans après le sacre de Bernard Hinault en 1985 ? 

Le classement général avant la 16e étape à Nîmes - Aucun(e)
Le classement général avant la 16e étape à Nîmes - ASO

Alaphilippe va-t-il faiblir ?

Il s'est emparé du maillot jaune lors de la 3e étape à Épernay, puis l'a perdu lors de la 6e au sommet de la Planche des Belles-Filles. Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a réussi à remettre la main dessus à l'issue de la 8e étape à Saint-Étienne. Il a su faire preuve de caractère dans ce Tour et à des moments où personne ne l'attendait. 

Il a surpris tout le monde en s'imposant au contre-la-montre de Pau, creusant l'écart avec son principal rival et vainqueur du dernier Tour Geraint Thomas (Team Ineos), puis a fait un nouvel exploit le lendemain en arrivant deuxième en haut du col du Tourmalet, alors même que la montagne est censée être son point faible. Il devait perdre du temps dans les Pyrénées, il en a gagné. 

Mais ce dimanche, il a semblé moins bien pour la première fois. Si Julian Alaphilippe a conservé son maillot jaune, il a toutefois perdu une trentaine de seconde sur Geraint Thomas. "Il n'y avait pas grand chose à faire de plus je suis cramé", a t-il déclaré au micro de France Télévision. 

Les Alpes, quitte ou double pour l'actuel maillot jaune

Cependant, le plus dur semble à venir pour le puncheur français. Trois étapes dans les Alpes - jeudi, vendredi et samedi - avec notamment des passages sur le col d'Izoard, le col du Galibier et surtout le col de l'Iseran (2.770 mètres), point culminant de la Grande Boucle. Après tous les efforts fournis par Julian Alaphilippe dans les deux premières semaines, va-t-il réussir à rester devant pour ces trois étapes de haute montagne ? Cela semble compliqué mais, depuis le début de cette édition 2019, il ne cesse de surprendre tout le monde avec d'incroyables performances. 

Pour réussir cet exploit, il faudra aussi que l'équipe de Julian Alaphilippe se mette à son service. Car pour le moment, il a été énormément esseulé et ce sont plutôt ses propres performances qui l'ont conduit à porter et conserver ce maillot jaune. Enric Mas, qui devait être le leader de la Deceuninck-Quick Step, va devoir aider le coureur français si l'équipe veut espérer garder la première place au général. 

Si je craque, j'espère que Thibaut Pinot reprendra le flambeau côté français" — Julian Alaphilippe après la 15e étape

Cependant ses raids solitaires semblent aussi embêter les autres équipes et notamment la Team Ineos (ex-Sky). "C'est un casse-tête pour toutes les équipes. Elles doivent essayer de se débarrasser de lui tout en s'occupant des favoris du classement général. Cette problématique rend la course complètement différente", a expliqué le patron de la team Ineos, Dave Brailsford avant d'avouer : "S'il venait à gagner ce Tour, ce serait l'un des plus grands coureurs de tous les temps".

Mais Alaphilippe le sait : il n'est toujours pas favori et la tendance actuelle peut s'inverser très vite. "Ce n'est que du bonus pour moi, c'est une journée de plus en jaune, je ne me fais pas de plans. Si je continue de perdre du temps, ce ne sera pas une déception. Il ne faut pas s'enflammer, je vais juste profiter de ce qui m'arrive en ce moment", a-t-il déclaré.

Il espère néanmoins, s'il était amené à perdre son maillot jaune, que ce soit on compatriote Thibaut Pinot "qui reprenne le flambeau"

Thibaut Pinot en embuscade pour la victoire finale 

Depuis quelques jours, le phénomène Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) fait aussi beaucoup parler. Après la 10e étape, tout le monde disait que Thibaut Pinot avait perdu le Tour de France après un coup de bordure qui lui avait fait perdre 1'40" sur ses principaux concurrents. Il n'en est rien. Alors qu'il reste six étapes à courir, le Franc-Comtois est revenu dans la course au fur et à mesure. D'abord au contre-la-montre de Pau où il a repris du temps à Egan Bernal notamment mais surtout où il n'en a pas perdu beaucoup face a des spécialistes de la discipline comme Geraint Thomas ou encore Steven Kruijswijk. 

Il s'est ensuite permis le luxe, le lendemain lors de la 14e étape, de signer une victoire de prestige en haut du col du Tourmalet, réduisant un peu plus son écart avec Geraint Thomas, Egan Bernal mais aussi Emmanuel Buchmann. Il l'a emporté avec panache en attaquant très fort dans les derniers kilomètres. 

Il a récidivé le lendemain en attaquant une nouvelle fois peu avant l'arrivée. S'il n'a pas remporté l'étape au Prat d'Albis, il a récupéré de précieuses secondes voire des minutes à ses concurrents directs (de 18 secondes et jusqu'à 1'22"). 

Avant le départ de la 16 étape mardi à Nîmes, il est 4e au classement général à 1'50'' du leader, à 15 secondes du deuxième Geraint Thomas, vainqueur du dernier Tour, et à trois secondes du 3e, Steven Kruijswijk. 

Sans cette bordure, il serait sûrement deuxième, en lutte directe avec Alaphilippe. Son objectif est connu : être sur le podium de ce Tour. "Le prochain objectif, c'est de retrouver le podium à Paris, je l'ai dans la tête et je sais que j'en suis capable, même si il y aura eu 1 min 40 sec un peu balancée par la fenêtre.... il me reste huit jours à tenir et je vais tout faire pour réaliser cela", a t-il déclaré après sa victoire au Tourmalet.

Pinot, mieux armé pour l'emporter dans les Alpes ?

Si Thibaut Pinot est devenu un coureur polyvalent, il est réputé pour être un très bon grimpeur. Et avec le parcours dans les Alpes, ses qualités en montagne pourraient bien lui permettre de continuer à jouer les devants de la scène. Il aime ces pentes raides qui permettent d'attaquer. Il devrait donc continuer à réaliser de bonnes performances, surtout qu'il semble dans la forme de sa vie. 

Mais à la différence d'Alaphilippe qui paraît esseulé dans son équipe, Thibaut Pinot a à sa disposition des coureurs qui devraient lui permettre de pouvoir faire cette différence et rattraper son retard. Il pourra notamment compter sur le jeune coureur breton, David Gaudu, qui samedi lors de la 14e étape a fait craquer certains favoris pour faciliter l'attaque et la victoire de Pinot. L'équipe Groupama-FDJ semble avoir trouvé son vrai leader et elle court pour lui. 

Thibaut Pinot le reconnait d'ailleurs volontiers : "J'avais avec moi David (Gaudu) qui a fait un gros boulot encore, j'ai récupéré Rudy (Molard) et Seb (Reichenbach). On a montré qu'on était une équipe offensive et solide", a-t-il dit après sa deuxième place sur la 15e étape. 

Un Tour indécis pour le plus grand bonheur des Français

Par chauvinisme ou par passion, les Français semblent avoir retrouvé la flamme du Tour de France. L'hégémonie récente de la Sky avec les victoires - attendues - de Christopher Froome (2013, 2015, 2016, 2017) puis de Geraint Thomas (2018) ont désintéressé un public qui n'y trouvait plus tellement d'intérêt sportif. 

Mais cette 106e édition indécise fait le bonheur des amoureux de la petite reine en ce mois de juillet 2019. À moins d'une semaine de l'arrivée, impossible de savoir qui portera le maillot jaune sur les Champs-Élysées. 

Amateur de cyclisme ou non, la plupart s'extasie sur les performances de Julian Alaphilippe et de Thibaut Pinot. Jusqu'au bouquet final tricolore à Paris dimanche soir ?

► Notre dossier complet 

Choix de la station

France Bleu