Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Tour de France 2020

VIDÉO - Tour de France : ce qu'il faut retenir de la deuxième semaine de course

-
Par , , , France Bleu Berry, France Bleu

Ce dimanche, le Tour de France a terminé sa deuxième semaine de course au Grand Colombier. Une semaine marquée par l'abandon de Romain Bardet et la suprématie de l'équipe Jumbo-Visma et son leader Primoz Roglic, toujours en jaune. France Bleu fait le point.

La deuxième semaine de course a notamment été marquée par la suprématie de l'équipe Jumbo-Visma.
La deuxième semaine de course a notamment été marquée par la suprématie de l'équipe Jumbo-Visma. © AFP - Marco Bertorello / AFP

Alors que la première semaine avait été marquée par des chutes en pagaille et la terrible défaillance de Thibaut Pinot, cette deuxième semaine de Tour de France, qui s'est conclue ce dimanche au Grand Colombier, n'a pas non plus souri aux coureurs tricolores. Romain Bardet a notamment dû abandonner la course. Tout va bien en revanche pour le maillot jaune, Primoz Roglic, qui élimine méticuleusement un à un tous ses adversaires directs.

France Bleu fait le point sur cette deuxième semaine de Tour, alors cette journée de lundi est synonyme de repos, en Isère. 

L'abandon de Romain Bardet

C'est une terrible nouvelle tombée samedi soir : le Français Romain Bardet a abandonné le Tour de France, pour la première fois de sa carrière. Le coureur d'AG2R La Mondiale a chuté lors de la 13 étape, sur ses terres. Il souffre d'une commotion cérébrale. "La chute a été violente, en descente, et j'ai lutté toute la journée", a déclaré Romain Bardet. "Les examens médicaux ont confirmé ce que je pressentais et je ne suis pas en mesure de poursuivre la course."

Selon le service médical du Tour, le coureur n'avait pas de signes cliniques alarmants suite à sa chute : "Notre protocole interne fait qu'on suit le coureur après sa chute. Pour Romain Bardet, il n'a pas eu de perte de connaissance initiale et l'examen auquel on a procédé quand on est arrivé était cohérent".

Le Français a bien terminé l'étape, mais ne figurait plus qu'à la 11e place au classement général. C'est sur la route du retour vers l'hôtel que l'Auvergnat, pris de vomissements, a donné des signaux plus alarmants. Cet abandon est une grosse déception pour Romain Bardet, qui avait coché cette étape sur le calendrier et occupait la quatrième place du classement général. Il effectuait en outre son dernier Tour de France avec l'équipe qui l'a vu grandir, AG2R La Mondiale.

Les Français à la peine

La 13e étape de Châtel-Guyon au Puy Mary a douché les espoirs des Français au classement général. À l'image de Romain Bardet, Guillaume Martin a également été vite lâché, et rejeté hors du Top 10.

Suite à sa chute, Romain Bardet avait de toutes façons déjà perdu près de trois minutes sur le maillot jaune, Primoz Roglic. Quant à son compatriote Guillaume Martin, il a été distancé lui aussi dans le col de Neronne. "L'avant-dernière montée m'a été fatale, le tempo était vraiment trop élevé pour moi", a concédé le Normand.

Julian Alaphilippe, après plusieurs tentatives avortées, n'a de son côté remporté aucune étape lors de cette deuxième semaine, confirmant qu'il est moins flamboyant que l'an passé. Rappelons enfin que Thibaut Pinot, qui après une grosse défaillance lors de la huitième étape il y a une semaine a perdu tout espoir de remporter la Grande Boucle, ne semble toujours pas s'être libéré de son mal de dos. Le Français ne s'est jamais affiché aux côtés des leaders et il semble peu probable qu'il anime la dernière semaine de course, lors du passage du peloton dans les Alpes.

Primoz Roglic imperturbable

L'enseignement de la semaine, du côté du général, c'est que le Slovène assume son statut de favori. Primoz Roglic, qui a endossé le maillot jaune dimanche dernier lors de la 9e étape, ne l'a plus lâché et n'a jamais été mis en danger.

Avec son équipe, il a maîtrisé la course et imposé la cadence à ses concurrents dans les étapes-clés. "Chacun de ses coéquipiers pourrait être leader au sein d'une autre équipe", confirme, impressionné, notre envoyé spécial Kevin Blondelle, qui décrit un leader "imperturbable".

Au sommet du Puy Mary vendredi, le Slovène a réussi à prendre le large, et devancé au classement général ses poursuivants, son compatriote Tadej Pogacar et le Colombien Egan Bernal. Rebelote dimanche lors de la 15 étape. Son équipe la Jumbo-Visma a assommé la concurrence et Primoz Roglic a frôlé la victoire au Grand Colombier, devancé de peu par Tadej Pogacar. Au terme de cette deuxième semaine de course, Roglic a relégué ses principaux concurrents loin derrière au général. Les Colombiens Quintana et Bernal pointent respectivement à cinq et huit minutes. Rigoberto Uran, troisième, a près de 1'30 de retard.

Pour le moment, rien ne semble donc pouvoir empêcher son sacre dimanche prochain sur les Champs-Elysées. À moins que le panache de Pogacar, deuxième du général à seulement 22 ans, ne le pousse à disputer la victoire finale. 40 secondes séparent les deux hommes...

Christian Prudhomme positif au coronavirus

"On redoutait ces résultats des tests Covid, que des coureurs soient positifs", confie Kevin Blondelle. Mais mardi dernier, les organisateurs de la course ont annoncé que c'est le directeur du Tour qui a été testé positif lors des examens pratiqués à l'occasion de la première journée de repos en Charente-Maritime. Christian Prudhomme a été écarté du peloton pendant une semaine.

Plusieurs membres de l'encadrement de quatre équipes ont également été testés positifs. Mais aucune formation n'a présenté plus d'un cas positif, ce qui n'entraîne aucune exclusion collective. Les coureurs eux sont tous négatifs. La fameuse bulle-course, qui permet d'isoler les coureurs et leurs staffs du reste du monde semble donc bien fonctionner.

La prochaine (et dernière) vague de tests est prévue ce lundi lors de la seconde journée de repos en Isère. À suivre...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess