Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Tour de France 2021

Tour de France 2021 - Cyril Barthe : "Grandiose d'être devant", raconte le Basco-Béarnais

Le cycliste basco-béarnais de 25 ans, qui dispute son deuxième Tour de France a longtemps fait partie de l'échappée du jour ce lundi sur la Grande Boucle entre Lorient et Pontivy.

Cyril Barthe (à gauche du maillot à pois) a passé la journée à l’avant
Cyril Barthe (à gauche du maillot à pois) a passé la journée à l’avant © Maxppp - Thomas SAMSON

Il a passé 175 km dans l’échappée du jour, avant d'être rattrapé à quelques encablures de l'arrivée. Cyril Barthe, le cycliste basco-béarnais, revient sur sa première échappée dans cette édition du Tour de France 2021. Ce lundi 28 juin, c'est Tim Merlier qui s'est imposé au sprint à Pontivy, dans le Morbihan, au terme d'un final marqué par de nombreuses chutes.

France Bleu : Comment s'est déroulée cette première journée "à l'avant" ?

Cyril Barthe : On avait carte blanche pour certains coureurs donc c’était l’occasion. Ce n’est pas évident de prendre les échappées et j'ai pris l'opportunité. Avec le retour du public, c’est quand même grandiose d’ouvrir la route du Tour de France, on a les personnes sur le bord de route qui nous encouragent, qui crient nos noms. C’est pour ça qu’on s’entraîne, c'est pour avoir des frissons. Là, on a eu l’opportunité d’aller dans l’échappée, je pense qu’on en aura d’autres pendant le Tour. On va continuer à être offensif et montrer le maillot.

Repris à 5km de la ligne, y avez-vous cru pouvoir aller au bout ?

On savait que c'était une étape pour sprinters, les équipes savent faire... On a tout donné et c'est ça le principal. 

Une nouvelle journée marquée par les chutes, comme ce début de Tour... 

J'entendais à la radio qu'il y avait beaucoup de chutes. Même les leaders sont tombés. C'est le Tour : il y a beaucoup de nervosité, de tension, tout le monde veut faire bien. Malheureusement, il n'y a a pas la place pour tout le monde, surtout en première ligne. Bryan (Coquart, l'un des leaders de son équipe B&B Hotels, ndlr) est tombé le premier jour. Il retombe là le troisième jour. C'est la poisse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess