Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tour de France : "Il faut que j'accepte de repartir de zéro", Romain Bardet

Le leader de l'équipe AG2R La Mondiale, Romain Bardet, s'est confié, ce mercredi au micro de France Télévisions sur sa chute de samedi dernier lors de la 13e étape et son abandon sur le Tour de France.

Romain Bardet, sur le Critérium du Dauphiné le 14 août 2020.
Romain Bardet, sur le Critérium du Dauphiné le 14 août 2020. © Maxppp - JUSTIN SETTERFIELD/POOL

Romain Bardet est revenu mercredi, au micro de nos confrères de France Télévisions, sur son abandon dans le Tour de France 2020 après sa chute sur ses terres, en Auvergne, lors de la 13e étape. 

Romain Bardet : "C'est la première fois en neuf ans que je vois le Tour à la télé donc c'est particulier. [...] Je commence à reprendre un peu de la vitalité et de l'envie depuis la chute. Donc, tout va dans le bon sens. On ne prévoit jamais vraiment une chute, mais il n'y avait pas de danger particulier, on allait à plus de 60 à l'heure, ça s'est visiblement, à cause d'une faute d'inattention d'un coureur. C'était assez violent, mais c'était pas une partie dangereuse. Je me suis un peu laissé tomber. La tête a heurté. C'est une chute comme il en survient malheureusement souvent dans le peloton".

Vous êtes tout de suite remonté sur le vélo, quel courage !

Romain Bardet : "Je ne sais pas si on peut parler de courage []il réfléchit]. Au moment de la chute, [...] je savais que j'étais très attendu au Puy Marie, j'avais des supporters tout au long de la route, je me voyais essayer de grimper au général. Donc je voulais limiter au maximum les dégâts. Donc le seul impératif à l'instant T c'est de remonter sur sa machine".

Quand est-ce que vous avez accepté d'abandonner ?

"C'est quelque chose que j'ai eu du mal à faire au début, mais les médecins qui me suivent depuis de longues années (et que je remercie) ont rapidement étés sans équivoque dans leurs jugements. J'ai eu des nausées, des vertiges, j'ai vomi. Je devais me tenir allongé dans le noir pour que ça aille, donc c'était totalement inenvisageable de repartir sur le vélo le lendemain".

"Ce Tour de France avait bien débuté, la dynamique était excellente [avec la victoire de Nans Peters et le maillot à pois de Benoît Cosnefroy dans l'équipe AG2R La Mondiale NDLR]. On se disait que rien n'était impossible, on arrivait sur un terrain qui nous était propice, donc on ne s'interdisait rien. Ce que je retiens, c'est que j'étais revenu à un excellent niveau de forme après une année moins bien l'année dernière. Maintenant, il faut que j'accepte de repartir à zéro. C'est les aléas d'une carrière de sportif de haut niveau... Désormais, il va falloir revenir à mon meilleur niveau".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess