Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme DOSSIER : Tour de France 2018

EN IMAGES - Tour de France : les cinq passages à ne pas louper dans les étapes alpines

lundi 16 juillet 2018 à 17:09 - Mis à jour le lundi 16 juillet 2018 à 18:52 Par Xavier Demagny, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Les étapes de montagne débutent ce mardi dans les Alpes, pour le Tour de France 2018, au départ d'Annecy. Trois jours d'efforts intenses pour les coureurs. Découvrez sur francebleu.fr les cinq passages qui vont marquer ces trois étapes alpines, à la fois pour leur difficulté et pour leur beauté.

Vue impressionnante des lacets de Montvernier, en Savoie, sur la 12e étape entre Bourg-Saint-Maurice et l'Alpe d'Huez.
Vue impressionnante des lacets de Montvernier, en Savoie, sur la 12e étape entre Bourg-Saint-Maurice et l'Alpe d'Huez. © AFP -

Auvergne-Rhône-Alpes, France

C'est parti pour la montagne ! Après une journée de repos, ce lundi, à Annecy, les coureurs repartent pour une série de trois étapes d'altitude dans les Alpes. Trois jours intenses, surtout pour les grimpeurs, qui réservent au peloton de très belles surprises. Car qui dit montagne, dit montée, difficultés, mais aussi beauté (du paysage). Voici cinq passages à ne pas rater. 

1. Le plateau des Glières 

Voilà l'un des temps forts du Tour de France dans les Alpes et de la Grande boucle 2018 tout court. Le passage sur le plateau des Glières est inédit : jamais les coureurs n'ont traversé ce haut lieu de la Résistance, maquis de la Seconde guerre mondiale, dans le massif des Bornes en Haute-Savoie. 

Pour cette 10e étape au départ d'Annecy, les coureurs vont parcourir 158,5 km et emprunter plusieurs cols (Bluffy, Croix Fry, de Romme, de la Colombière). Mais c'est bien la montée au plateau qui va être terrible : hors catégorie, les coureurs vont faire face à une pente de deux kilomètres à 11,2 %. Avant d'arriver sur le plateau et d'emprunter, pendant deux kilomètres, la route non goudronnée du plateau, une piste terreuse et poussiéreuse

La piste non goudronnée du plateau des Glières.  - Radio France
La piste non goudronnée du plateau des Glières. © Radio France - Marie Ameline

2. Barrage de Roselend

Lors de la 11e étape, entre Albertville et La Rosière, les coureurs vont franchir le barrage de Roselend, le long du lac du même nom, dans le Beaufortain (Savoie). Ce passage offre une splendide vue sur le Mont-Blanc. Pour y arriver, ils auront auparavant grimpé la montée de Bisanne entre Villard-sur-Doron et les Saisies, un ascension bucolique, au milieu des prairies, mais qui peut paraître trompeuse avec 12 kilomètres à 8 % ; puis le Col du Pré.  

Une étape qui aura un air de "déjà vu" pour ceux qui ont participé au Critérium du Dauphiné cette année : elle ressemble en partie à la sixième portion de la course rhônalpine. Notez également un passage au Cormet de Roselend avant une décente vers Bourg-Saint-Maurice et l'arrivée, enfin, à La Rosière. 

Splendide vue sur le lac de Roselend, le barrage et au loin le Mont-Blanc. - Aucun(e)
Splendide vue sur le lac de Roselend, le barrage et au loin le Mont-Blanc. - Flickr/Eric Rayner
Les coureurs vont franchir l'impressionnant barrage de Roselend.  - Maxppp
Les coureurs vont franchir l'impressionnant barrage de Roselend. © Maxppp -
Le Cormet de Roselend, dans la 11e étape du Tour de France.  - Aucun(e)
Le Cormet de Roselend, dans la 11e étape du Tour de France. - Flickr/Werner Bayer

3. Les lacets de Montvernier

Impressionnants, que ces lacets de Montvernier. 18 virages, très rapprochés les uns des autres qui permettent de gravir une véritable falaise. Spectaculaire portion de la départementale D77B en Savoie, déjà empruntée par le Tour de France, en 2015, ascension remportée à l'époque par le français Romain Bardet. 

Plus spectaculaire que difficile, cette portion de la 12e étape - entre Bourg-Saint-Maurice et l'Alpe d'Huez - représente 3,4 km à 8 %. Mais pour admirer ce passage, il faudra être devant sa télévision, puisqu'aucun spectateur, vu l'étroitesse de la route, ne pourra s'installer. 

4. Les 21 virages de l'Alpe d'Huez

Parce qu'il n'y en avait pas assez dans la 12e étape, après Montvernier, ce sont les 21 lacets mythiques de l'Alpe d'Huez qui vont donner le tournis au peloton. Même si ce n'est pas la montée la plus difficile du Tour, ce passage qui permet de relier le Bourg-d'Oisans à l'Alpe, est aujourd'hui un passage (quasi) obligé de la Grande boucle. Les virages sont souvent pris d'assaut par les spectateurs, le virage numéro sept particulièrement par les supporters hollandais. La station de l'Oisans fêtera ainsi sa 30e arrivée du Tour de France.

5. Le col de la Croix de Fer

Le peloton va l'emprunter avant d'arriver à l'Alpe-d'Huez. Là aussi, passage important du Tour de France dans les Alpes, puisque le Tour a emprunté près d'une vingtaine de fois ce col. Il offre une superbe vue sur les Aiguilles d'Arves, frontière entre la Savoie et les Hautes-Alpes. 

La Croix de fer avec vue sur les Aiguilles d'Arves.  - Aucun(e)
La Croix de fer avec vue sur les Aiguilles d'Arves. - Wikimedia Commons/Florian Pépellin
La montée vers le col de la Croix de Fer.  - Maxppp
La montée vers le col de la Croix de Fer. © Maxppp -

Consultez les profils, horaires de passage et routes empruntées 🚲⏰